vendredi 28 fvrier 2020 11:15:46

Plan d’action du Gouvernement : L’impératif d’une gestion saine et transparente

Inspiré des 54 engagements du président de la République, ce qui est attendu du Plan d’action du gouvernement, c’est d’aller vers la concrétisation de la stratégie du renouveau national devant s’appuyer sur le principe d’une gestion saine et transparente des affaires publiques.

PUBLIE LE : 13-02-2020 | 0:00
D.R
Principe fondamental de la bonne gouvernance, il est urgent en effet d’affiner les méthodes de gestion à  divers niveaux de responsabilité, dans une  volonté de provoquer un véritable saut  qualitatif en abandonnant à jamais les pratiques néfastes du passé et en coordonnant les efforts pour édifier un avenir prospère. 
 
L’amélioration de la gestion des affaires publiques a constitué, pour rappel, ce principe  à chaque fois mis en relief  par M. Tebboune, y compris lors des précédents Conseils des ministres. C’est en effet dans ce même cadre de  concertation officielle que le président de la République avait instruit les membres de l’Exécutif de tenir compte essentiellement, dans leur action, «du niveau de prise en charge réelle des besoins et des préoccupations exprimés par les citoyens, en général, et par les opérateurs économiques et sociaux, en particulier». 
Il ira même jusqu'à joindre le principe d’obligation dans ses  propos, en  indiquant clairement, lors de la seconde réunion du Conseil des ministres, que «l’exercice des missions et attributions sera évalué et apprécié à l’aune de la responsabilité et de la redevabilité». A ce propos, le politologue Redouane Bouhidel  se dit  «convaincu que le Plan d’action du gouvernement sera doté nécessairement  d’outils de contrôle, de suivi et d’évaluation permanente de sa mise en œuvre sous la  bienveillance du président de la  République ». 
 
«Une bonne gouvernance implique, d’abord et avant tout, une optimisation  du  rôle  de l’Administration»,  a-t-il également fait savoir dans une déclaration à El Moudjahid. De son côté, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a assuré à l’APN que l’une des  missions prioritaires du gouvernement «est d’assainir l'héritage désastreux de la gouvernance des années précédentes par la mise en place de nouvelles pratiques ouvrant la voie à un changement politique et économique auquel aspire le peuple». Tout en s’engageant à cristalliser la vision globale du président de la République, nourrie, dit-il, des réalités politique, économique et sociale, inspirées des attentes des citoyens, le Premier ministre a aussi inscrit dans sa feuille de route l’émergence d’une nouvelle génération d’élus, «où les jeunes et les femmes occuperont une place de choix afin de participer à la gestion des affaires».  
 
En décodé, la promotion d’une réelle  démocratie  participative sera, à l’évidence, érigée au rang de règle d’or dans la mise en œuvre du Plan d’action du gouvernement, afin de s’assurer de la consécration de l’ensemble de ses objectifs. En effet, eu égard au potentiel dont dispose l’Algérie tant en termes de compétences humaines que de ressources naturelles,  il  est nécessaire de privilégier la consultation, en vue d’affiner les mécanismes  de gestion dans le cadre d’une nouvelle  dynamique à insuffler dans tous les secteurs d’activités. C’est là, d’ailleurs, un principe  réitéré par le président de  la République lors des audiences qu’il a accordées à des personnalités pour une meilleure  adhésion au projet d’instauration d’une Algérie nouvelle. Le  renouveau  est l’affaire de tous. 
  Karim Aoudia    
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions