dimanche 05 avril 2020 02:39:49

Tourisme dans le Sud : Un potentiel créateur de richesse

La Chambre d'artisanat et des métiers d'Adrar a accueill, hier, la délégation des journalistes et des représentants de l'Association nationale des commerçants et artisans (ANCA), pour discuter des problèmes liés au commerce, à l’industrie et à l'artisanat dans la région.

PUBLIE LE : 13-02-2020 | 0:00
D.R
De notre envoyé spécial : 
Tahar Kaidi
 
Le directeur de tourisme de la wilaya a expliqué que le tourisme constitue la panacée pour rattraper le retard de développement du sud du pays, et affirmé que le potentiel touristique de la capitale de Touat permet de promouvoir plusieurs formes de tourisme, telles que le culturel et le religieux.
 
Omari Touhami a évoqué, à cette occasion, la disponibilité des autorités locales à étudier et à accompagner les initiatives des acteurs et investisseurs dans le secteur de tourisme, appelant les pouvoirs publics à «revoir les stratégies de développement du secteur du tourisme, par la mise en place des conditions visant à rendre les wilayas du Sud attractives» aux investissements. Il cite en exemple, la création de chaînes d’hôtels et l’allègement des procédures de création  d'agences de voyages et autres.
 
Il s’agit également, a expliqué le même responsable, d’un ensemble d’actions qui doivent être mises en œuvre par l'État, notamment des lois et décrets qui encadrent l’activité, en vue de développer l’offre des services touristiques dans les wilayas du Sud et promouvoir l'Algérie comme destination privilégiée.
Abondant dans le même sens, le représentant du bureau local de l'ANCA, Abdelkader Ali, a expliqué que le potentiel et la richesse de la wilaya d'Adrar, et le grand Sud en général, imposent l’élaboration des stratégies, la mise en œuvre  de programmes d’aménagement du territoire et l'ouverture des structures d’accueil qui, soutient-il, sont les principaux facteurs pour  créer  les conditions de relance du tourisme dans le Sud.
 
Dans son côté, le président de la Chambre de commerce de Touat, Azzi Soltane, a plaidé pour la révision du cadre juridique du commerce, relevant que l'Algérie, par sa position géographique, pourrait créer un «carrefour de commerce international solide», notamment avec  les pays voisins.
 
La quête d’une  diversification des sources de richesse et la promotion du commerce extérieur impliquent de revoir la  législation de manière à pouvoir lever les contraintes liées au développement des activités des entreprises et exportateurs.
 
Le président de l'ANCA, Tahar Boulenouar, a signalé, quant à lui,  la nécessité de  développer le transport aérien et routier. «Pour booster l'activité économique, le commerce et la mobilité, il est impératif de relier les régions du Sud, productrices de richesse, à celles du nord du pays», a-t-il souligné. Concernant le commerce extérieur, il a déclaré qu'il est «impossible de pénétrer le marché africain tant que les réseaux de distribution, de transport et les structures de stockage et des marchés de gros sont lestés par différents problèmes liées à l'absence des cadre juridique».
 
Le président de l'ANCA a également plaidé pour la promotion l'industrie de transformation et l'agroalimentaire, par le biais «de la création d'unités et d'usines de transformation dans les wilayas du Sud, où le potentiel agricole n'est plus à démontrer». Dans cet esprit, Boulenouar a exigé l'abolition du système des quotas pour les éleveurs, car «cela handicape le plus souvent l'évolution d'une industrie agricole puissante», appelant à la mise en place d’un «cadre juridique pour la pratique de troc dans les régions du 
Sud».
T. K.
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions