dimanche 12 juillet 2020 18:30:32

Abdelwahab Ziani, président de la CIPA : Appel à la tenue d’une tripartite

Le président de la Confédération des industriels et patrons algériens (CIPA) a appelé, hier à la tenue d’une tripartite réunissant le gouvernement, le patronat et les syndicats.

PUBLIE LE : 13-02-2020 | 0:00
D.R
Convié à s’exprimer sur les ondes de la radio algérienne, Abdelwahab Ziani demande «une réunion d’urgence pour qu’on puisse discuter du nouveau modèle économique à mettre sur pied pour une économie forte et durable». 
 
Selon M. Ziani, c’est le moment de créer un modèle économique propre à l’Algérie, en engageant des discussions avec l’ensemble acteurs concernés, pour le construire sur des bases solides. Il a, dans ce sillage, relevé l’importance d’instaurer le dialogue entre les différents acteurs et partenaires sociaux pour trouver des solutions concertées en vue de sauver notre économie, tout en soulignant la nécessité de mettre en place une stratégie s’appuyant sur la valorisation des compétences algériennes. «Nous devons construire notre pays par nous-même. Nous avons les compétences pour le faire, il suffit juste leur donner l’occasion», a soutenu l’Invité de la rédaction de la Chaîne III. Le président de la CIPA a mis l’accent, ensuite, sur la nécessité de faire confiance au producteur algérien apte à satisfaire nos besoins de divers produits, ajoutant que la stabilité économique est un gage de confiance. Il recommande de travailler en toute urgence pour stabiliser les lois afin de garantir un climat des affaires attractif pour l’investissement. 
«Cette stabilité permettra aux industriels de se lancer sur le marché en toute confiance a expliqué M. Ziani, précisant que des lois devraient être accompagnées par des textes d’application afin d’encourager les opérateurs à être plus performants. 
L’intervenant qui a appelé au changement et à la nécessité d’améliorer le cadre d’investissement a émis un certain nombre de propositions pour sauvegarder les entreprises, confrontées à difficultés, précisant que l’année 2019 a été totalement blanche. «Pour que ces entreprises puissent revenir sur le marché et reprendre leur activité, il leur faudrait un moratoire, a fait remarquer le président de la CIPA. Plus explicite, il dira que la CIPA a demandé un report de toutes les échéances, les intérêts et la fiscalité qui pèsent lourd sur l’entreprise pour qu’elle puisse reprendre du service. M. Ziani a indiqué qu’en 2019, le déficit était énorme. «Durant cette année, nous avons perdu entre 60 et 70% de notre chiffre d’affaires», a fait savoir l’hôte de la radio, ajoutant que « c’est la raison pour laquelle nous avons demandé un moratoire qui va concerner environ 80% des entreprises en difficultés, recensées dans différents domaines d’activités. Il citera en premier lieu les Sociétés de bâtiments, travaux public et hydraulique (BTPH), ensuite la filière de l’agroalimentaire, l’industrie et la sous-traitance.
 L’intervenant a relevé, également, la nécessité de revoir le système fiscal et les mécanismes de subventions pour promouvoir le produit fabriqué localement. «Donner plus de facilitations aux producteurs nationaux pourrait réduire de manière sensible les factures des importations», a-t-il noté tout en mettant l’accent sur la consolidation des filières de lait, de céréales, notamment et de subventionner le blé dur produit en Algérie. M. Ziani dira que l’année 2020 promet beaucoup de choses. «Il suffit juste de rétablir la confiance et œuvré ensemble à redresser l’économie nationale», a-t-il enfin conclu.
Kamélia Hadjib
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions