dimanche 09 aot 2020 09:24:23

Journée mondiale des malades : Le bilan positif de «Matansaniche»

L’Association des personnes atteintes d’Alzheimer, de Parkinson et des Maladies apparentées «Matansaniche», créée, à l’origine, par un groupe de personnes sur facebook, toutes concernées, pour la plupart, directement ou indirectement, par les conséquences de ces pathologies, aux plans à la fois médical et social, fait parler d’elle, dans les milieux initiés, et ce malgré leur petite expérience sur le terrain.

PUBLIE LE : 10-02-2020 | 23:00
D.R
 
A peine agréée, il y a quatre mois de cela, elle fait beaucoup parler d’elle et voit même déjà les fruits de son labeur, sur le terrain ; elle qui s’investit à fond pour aller doucement mais sûrement vers la réalisation de ses objectifs. 
La feuille de route de «Matansaniche» est mise en branle, avec des actions concrètes et tangibles qui vont, toutes, dans le sens de l’amélioration de la prise en charge de la population, touchée par les maladies neurodégénératives. En effet, la première responsable de l’association, Mme Dalila Abdelli tout en rappelant les grandes lignes du programme du jeune, néanmoins dynamique, mouvement qui s’articule sur la formation des aidants familiaux, le lancement de campagnes de sensibilisation autour de ces pathologies, l’organisation de travaux manuels et physiques afin d’aller vers l’amélioration de la concentration, le ralentissement de la dégénérescence neuronale, la stimulation de la fabrication de dopamine pour les malades de Parkinson et enfin la création de groupes pour faire face à l’exclusion et la marginalisation, qualifie son le bilan de «Matansaniche» de positif d’autant plus que ce qui était jusque-là, considéré comme projets pilotes de la wilaya de Blida servent aujourd’hui, d’exemples pour les autres régions où se mobilisent déjà certains des adhérents de l’association pour y ouvrir des bureaux notamment à Oran, Bouira, Sidi Bel Abbès et Chlef. Elle affirmera également que sa feuille de route sort, ainsi, de la théorie à la pratique avec des pas franchis, en termes d’objectifs atteints et de bilans, citant dans ce cadre la convention de gestion partielle, signée avec l’Office des établissements de jeunesse de la wilaya de Blida (ODEJ) Blida qui permet d’assurer, en collaboration avec la directrice du centre de loisirs scientifiques de Bab Edzair Mme Fella, le premier atelier de dessin et peinture depuis le 8 du mois en cours, ainsi qu’une première séance d’activité physique spécifique, et ce en présence des médecins de l’association. 
«Nous comptons pour le moment seulement trois adhérents, 2 malades de Parkinson et une aidante familiale, en attendant d’en accueillir d’autres, relèvera-t-elle, avant d’ajouter que des séances de groupes de parole en présence d’une psychologue sont également programmées afin de libérer et exprimer les souffrances des malades. Mme Abdelli ne manquera pas de souligner par ailleurs que cinq des adhérentes, aidantes familiales de malades d’Alzheimer et Parkinson, de la même association, ont bénéficié d’une formation gratuite de quatre jours, par un formateur, acteur de santé et assistant en soins gérontologie. Une expérience, selon elle, très enrichissante pour les concernés puisqu’elle leur a permis d’apprendre des techniques théoriques et pratiques indispensables de prise en charge des personnes âgées. Sur le même élan, elle annoncera le lancement de deux campagnes de sensibilisations pour le 15 de ce mois et le 11 avril prochain dans le cadre de la commémoration de la journée mondiale des Personnes atteintes d’Alzheimer, de Parkinson. 
Le premier événement sera organisé, en collaboration avec le centre culturel islamique Youcef-Benkhadda de Diar El Bahri, à Beni Méred, situé dans la wilaya de Blida, samedi, prochain, pour accueillir une conférence-débat sur les méthodes et stratégies de la prise en charge du malade d’Alzheimer. Le deuxième, pour sa part, aura lieu au centre culturel d’Hussein Dey Mohamed Aissa Messaoudi, le 11 avril prochain et portera principalement sur le sujet du traitement chirurgical qu’est la stimulation cérébrale profonde avec un professionnel de la santé. Un événement, pour rappel, destiné au grand public. 
Aujourd’hui, l’association dispose d’un programme riche et ambitieux pour lutter contre l’exclusion des malades d’Alzheimer, de Parkinson et des maladies apparentées, mais le problème de local demeure le cauchemar de «Matansaniche», d’autant plus que son contrat de location est appelé à expirer prochainement. 
Samia D. 
 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions