vendredi 03 avril 2020 22:08:59

Nouvelles de mascara

En se rendant au marché pour faire leurs emplettes quotidiennes, les ménages ont remarqué, avec bonheur, que les prix affichés chez les bouchers ont sensiblement baissé pour le poulet de chair.

PUBLIE LE : 01-02-2020 | 0:00
D.R
Prix du poulet 
Une baisse sensible 
 
En se rendant au marché pour faire leurs emplettes quotidiennes, les ménages ont remarqué, avec bonheur, que les prix affichés chez les bouchers ont sensiblement baissé pour le poulet de chair. 
 
les ménages ont été tout simplement et agréablement surpris par cette bonne nouvelle qui fait chaud au cœur et au... porte- monnaie, surtout en ces jours de froid glacial qui sévit dans la région de Beni Chougrane. En nous rendant aux marchés couverts de Tighennif, sig, Mohammadia, Mascra et Ghriss lors de la couverture du ministre du commerce dans la wilaya, l’on a constaté effectivement que les prix du poulet de chair a sensiblement baissé passant de 340 DA le kg en seulement quelques jours à 200 et 220 DA le kg et l’on explique cette baisse des prix par les facteurs de l’offre et de la demande et de l’abondance du produit chez les aviculteurs qui ont bénéficié des mesures incitatives des pouvoirs publics, d’exonération des taxes mais aussi par la multiplication des éleveurs des filières avicoles dans la région, à la grande joie des consommateurs qui se rabattent sur la viande blanche vu les prix des viandes rouges (ovines et bovines) jugés exorbitants et inaccessibles. 
Certains fellahs nous disent que le prix du poulet vivant vendu sur les lieux d’élevage coûte beaucoup moins cher pour les commerçants de gros, ils le payent, selon certaines indiscrétions, entre 140 et 160 DA le kg.  toutefois, le poulet vidé est cédé à 280 DA le kg aux consommateurs dans certaines localités de la wilaya de Mascara en dépit de la chute du prix du poulet constaté ces derniers jours dans la cité de l’Emir. Le poulet rôti qui «culminait» à un prix de 750 DA le kg est descendu au seuil de 500 DA la pièce, et ce, quel que soit son poids. «pourvu que cela dure, nous dit une ménagère, et que cela ne soit pas conjoncturel, car nous  étions habitués à de telles pratiques commerciales qui ne font pas long feu». 
Les producteurs avicoles nous assurent, de leur côté, que compte tenu de l’importance des grandes quantités de viande blanche mises sur la marché, les prix risquent de fléchir un peu plus. profitant de cette aubaine, certains consommateurs et ménages avertis achètent en grandes quantités et stockent dans des congélateurs, car  on ne sait pas de quoi demain sera fait. des propos sages d’un homme aguerri et expérimenté en matière des bonnes occasions. 
Le boucher du coin nous assure que le poulet de chair vidé et conditionné par ses soins se vend en grandes quantités ces derniers jours et tout le monde en profite avant un quelconque retournement de situation, mais il trouve que cela ne le dérange outre mesure et ce qui l’intéresse au premier lieu c’est le bonheur du client... pas plus. 
Ce dernier nous a révélé qu’il a vu son cahier de commande de poulet de chair tripler et ses ventes ont nettement augmenté, mais une chose est sûre... chacun y trouve son compte.   
 
Environnement urbain 
PREMIERES PLUIES, premières LACUNES 
 
Les pluies qui se sont abattues sur la wilaya de Mascara ont mis à découvert plusieurs points noirs.  La ville a été inondée à plusieurs endroits, même la gare routière, qui a pourtant subi de grands travaux de bitumage. D’ailleurs, les voyageurs n’ont pas trouvé d’issues pour rejoindre les taxis et ne pouvaient même circuler à l’intérieur de la gare, vu les eaux stagnantes dues au manque de pente vers  les avaloirs aménagés à proximité. Les services techniques doivent revoir ces travaux pendant qu’il est temps. les dernières chutes de pluie diluviennes  ont fait craindre le pire aux habitants de la région de béni chougrane, notamment les mal-logés  des vieux quartiers populaires dans les grandes agglomérations où les maisons menaçant ruine sont toujours occupées par des familles. En dépit de tous les efforts des pouvoirs publics pour éradiquer le vieux bâti et l’habitat précaire, le problème n’est pas entièrement réglé pour ainsi dire, et les intempéries  causent le plus souvent des dégâts. Des instructions fermes ont été données pour le curage systématique des cours d’eau et des voies de canalisation, des plans d’eau et des oueds et rivières à travers tout le territoire de la wilaya de Mascara. L’on a appris qu’après les dernières précipitations, qui n’ont pas dépassé le seuil des 4 mm, les rues et artères et même les axes routiers de circulation se sont trouvés bloqués et impraticables, ce qui a causé des désagréments aux usagers. Les douars, des zones enclavées, sont les plus touchés car il est très difficile d’intervenir pour apporter aide et assistance aux sinistrés. Les éleveurs font tout pour sauver leurs cheptel et troupeaux de moutons qui front face aux dangers des eaux en crue. Ils quittent leurs domiciles avec leurs familles. Pour parer à de telles déconvenues, toutes les disposions ont été prises afin de juguler les phénomènes de dévastation des cultures à proximité des oueds ou généralement l’on constate amèrement à la perte des   motos-pompes englouties par les eaux. Le trafic routier est le plus souvent interrompu. Des passagers sont contraints de rester sur les lieux jusqu'au matin sur les routes de circulation. Les eaux ont provoqué l'isolement des douars de la région, et les services techniques des travaux publics font tout pour évaluer la situation. Des campagnes de sensibilisation entamées par les services de la protection civile et de la SDO sont menées à plusieurs niveaux  pour faire toucher du doigt le citoyens sur les  dangers imminents de la mauvaise utilisation de moyens à l’intérieur des foyers et les accidents domestiques qu’ils occasionnent après le recours aux procédés rudimentaires de moyens de chauffage défectueux et ne répondant aux règles de sécurité élémentaire comme les voies d’aération et d’évacuation des gaz brulés du chauffage. Face à la vague de froid glacial qui accompagne ce changement climatique, la demande sur les énergies de gaz butane se fait de plus en plus pressante et les localités qui ne sont pas pourvues de gaz de ville sont s’’approvisionnement en bonbonnes de gaz butane. Dans certaines localités où le gaz naturel fait cruellement défaut, les habitants nous ont fait part  de leur désappointement  face à la corvée des bouteilles de gaz butane dont ils stockent une grande partie chez eux, mais parfois, toutes les précautions d’usage ne riment à rien nous explique  ce citoyen de la localité face aux ruptures de stock au lendemain du déluge. un vrai casse-tête  pour cette partie de la population de  la région. La route reliant certaines localités à d’autres se trouve également coupée à la circulation suite au débordement de l'oued El Hamam, et à titre préventif, cette année, contrairement à l’année précédente, toutes les mesures seront prises pour cerner comme il se doit les conséquences des intempéries. 
 
 
 
Sûreté de Wilaya   
sensibilisation aux dangers de la route 
 
 Poursuivant leurs activités de sensibilisation en matière de sécurité routière au profit des différentes franges des usagers de la route, les services de la Sureté de Wilaya de Mascara ont participé, en fin de semaine, en coordination avec le Groupement Territorial de la Gendarmerie Nationale et des autres partenaires, à une campagne de sensibilisation au niveau de la gare routière de Bouhanifia. Cette campagne a été destinée aux conducteurs de bus de transport de voyageurs et de marchandises, sous le slogan : «La conduite professionnelle, sécurité et responsabilité. En effet, des cadres et gradés relevant du Service de Wilaya de Sécurité publique ont participé à prodiguer des conseils routiers au profit des conducteurs de ce type de véhicules. Les éléments de la police ont procédé à la distribution de dépliants de sensibilisation portant sur les dangers de l’infraction aux règles du code de la route, notamment les excès de vitesse, les dépassements dangereux, en se conformant au nombre défini de passagers dans le souci d’assurer leur sécurité, ainsi que l’importance du contrôle technique des bus et l’entretien périodique, tel que le contrôle du dispositif de freinage et des roues et de l’état du moteur, en vue d’éviter tout défaut soudain pouvant conduire à un accident. Les conducteurs ont aussi été sensibilisés sur l’importance du repos notamment lors de la conduite en longues distances afin d’éviter la fatigue qui influe négativement sur la conduite saine. En outre, les conducteurs ont été sensibilisés sur les autres infractions susceptibles de mettre en danger leur vie et celle d’autrui. 
 
 
Transport 
LES HABITANTS DE DJENANE LOUZ S’EN REMETTENT AU WALI
 
Les habitants du lieu dit «Djenane Louz», à quelque 3 km du chef-lieu, disent qu’ils demeurent marginalisés, au vu de ce qu’ils vivent quotidiennement. en premier, le douar est traversé par une route étroite qui met la vie de leurs enfants en danger. Par manque de transport scolaire, les lycéens des douars Atla, Dahamna, Bouazid et flita sont transportés le matin pour être déposés sur la déviation de la RN 14 et doivent ensuite rejoindre leurs établissements à pied sur plus de quatre cents mètres, et le soir, ils doivent rejoindre leurs domiciles à pied. Pour aller à l’école Sarsar Attou, on doit traverser une piste de quelque trois cents mètres, boueuse durant les journées pluvieuses. Si Mohamed parle de la salle de soins qui n’a toujours pas été construite malgré les nombreuses promesses. les femmes se déplacent à Matemore ou à Mascara pour une simple injection. Ces habitants réclament également le gaz naturel. Ces derniers transportent la bouteille de gaz de la déviation de la RN 14 à leurs domiciles sur quelque 2 km ou  payent un clan pour cinq cents dinars plus le prix de la bouteille. Les citoyens ont également soulevé le problème de l’octroi de l’habitat rural, la plupart de ces personnes n’ont pas de terrain et ne peuvent prétendre à un logement social en ville. ils veulent qu’on leur trouve une solution vu l’état de leur logis. D’un autre côté, ceux qui ont bénéficié de l’aide pour l’habitat rural demeurent sans électricité. Pour cela, les habitants de Djenane Louz lancent un appel aux autorités de la wilaya. 
 
 
Faculté des sciences et de la nature 
conférence sur LE DÉVELOPPEMENT DURABLE 
  
L’Université de Mascara, Faculté des Sciences de la Nature et de la vie, a abrité une conférence nationale sur l’Environnement et le Développement Durable cette semaine. 
A cette conférence ont participé des professeurs de huit wilayas du pays qui avaient à débattre des différents sujets ayant trait à l’environnement et le développement durable. La conférence plénière, présentée par le Professeur Bekki Abdelkader, a porté sur les symbioses rhizobium légumineuse et les interactions micro-organismes plantes et l’équilibre des écosystèmes, sujet qui a retenu l’intention des présents et qui sont intervenus en nombre durant les débats. La conférence nationale sur l’environnement, tenue au niveau de la wilaya de Mascara,  une région à vocation agricole, apportera sans doute des résultats positifs.
 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions