jeudi 01 octobre 2020 21:35:12

Chômage des diplômés : Une équation à plusieurs inconnues

C’est demain, et pour une durée de trois jours, que s’ouvre la 14e édition du Salon de l’emploi et de la formation. Un évènement qui intervient au moment où la problématique de l’emploi voit son coefficient se multiplier.

PUBLIE LE : 26-01-2020 | 23:00
D.R

C’est demain, et pour une durée de trois jours, que s’ouvre la 14e édition du Salon de l’emploi et de la formation. Un évènement qui intervient au moment où la problématique de l’emploi  voit son coefficient se multiplier.

Des promesses d’abord. Le commissaire du Salon, Ali Belkhiri, évoque une offre de quelque 3.000 postes d’emploi. Le Salon s’adresse, notamment, aux demandeurs d’emploi et aux personnes souhaitant créer leur propre entreprise, ainsi qu’à tous ceux parmi les diplômés universitaires qui veulent renforcer leurs compétences et savoir-faire par des cycles de formation complémentaires. Pour les universitaires, l’équation est complexe. Leur employabilité pose toujours problème. Les diplômés qui arrivent sur le marché du travail sont de plus en plus confrontés à de sérieuses difficultés d’insertion professionnelle. Les chiffres de l’ONS pour l’année 2019 sont révélateurs. Sur l’ensemble de la population en chômage, les diplômés de la formation professionnelle en constituent 26,5% (384.000 chômeurs), alors que les diplômés de l’enseignement supérieur en forment 27,8% (402.000 chômeurs). En moyenne, précise-t-on, plus de six chômeurs sur dix (62,9%) sont des chômeurs de longue durée, cherchant un poste d’emploi depuis une année ou plus. A ce sujet, Noureddine Bouderba, consultant en questions sociales indiquait que «la recherche d’un emploi est caractérisée par sa longue durée, 57% de plus d’une année, dont 37% de plus de deux années», ajoutant que «cette durée en cas de perte d’emploi est supérieure à deux ans pour 44% des cas». Quant aux raisons, l’ancien dirigeant syndicaliste (Ugta) précise que «c’est l’abandon de la politique d’industrialisation du pays et l’aventure néo-libérale ponctuée de l’impasse actuelle, suite à la baisse du prix du pétrole, qui explique ce chômage qui repart à la hausse». Aujourd’hui, le lancement de réformes économiques va certainement favoriser la relance de l’outil de production dans de nombreux secteurs ainsi que la création de nouvelles entreprises. Ce qui encouragera les entreprises à former leurs salariés et à recruter de nouvelles compétences pour être plus compétitives. La manifestation intitulée «Carrefour de l’emploi et de la formation» regroupera environ 40 entreprises publiques et privées dans plusieurs secteurs d’activité, et proposeront des emplois aux jeunes, aux côtés de 60 écoles de formation, a précisé le commissaire du Salon. Il considère que cet espace a pour but d’établir «un dialogue direct à travers des entretiens d’embauche et des contacts d’information», estimant qu’ «environ 25.000 visiteurs sont attendus. Une grande partie sont des demandeurs d’emploi et de formation de différents profils». Ce Salon sera également un espace de rencontres entre les organismes publics d’emploi et les jeunes porteurs de projets, tout comme il permettra aux jeunes de s’informer sur les mesures de financement des différents projets liés aux start-up et à la micro-entreprise.  
Fouad Irnatene

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions