dimanche 05 avril 2020 03:02:46

Affaire du rapt des touristes étrangers dans le Sud algérien : Report du procès en appel de Kamel Djermane

Le procès en appel de Kamel Djermane, en détention, a été renvoyé, hier, par le tribunal criminel près la Cour d’Alger, a-t-on constaté. Suite à l’absence de l’avocat de la défense, le président de l’audience, le magistrat, Mohamed Hattab, a prononcé ce report à la fin de la session criminelle, sans pour autant déterminer de date précise.

PUBLIE LE : 23-01-2020 | 0:00
D.R

 Le procès en appel de Kamel Djermane, en détention, a été renvoyé, hier, par le tribunal criminel près la Cour d’Alger, a-t-on constaté. Suite à l’absence de l’avocat de la défense, le président de l’audience, le magistrat, Mohamed Hattab, a prononcé ce report à la fin de la session criminelle, sans pour autant déterminer de date précise. Kamel Djermane est poursuivi pour adhésion à un groupe terroriste armé, atteinte à l’ordre public, importation d’armes et séquestration de personnes. L’accusé est impliqué dans l’enlèvement, en 2003, de 32 touristes allemands, suisses et autrichiens dans le Sahara algérien.
Kamel Djermane, alias Abou Djalil, est considéré comme le bras d’Amari Saifi, surnommé Abdderrazak El-Para, chef dans le groupe terroriste ex-Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC).
Lord du premier procès, il avait exigé la présence d’Abderrezak El Para. Ce dernier est en détention depuis son extradition de la Libye vers l’Algérie en octobre 2004. Selon l’arrêt de renvoi, Kamel Djermane a été arrêté par le Mouvement tchadien pour la démocratie et la justice et remis aux services de sécurité libyens, qui l’ont livré aux services de sécurité algériens, en date de 14 juillet 2007.
L’accusé avait reconnu, durant l’enquête préliminaire et l’instruction judiciaire, avoir participéà plusieurs actes terroristes depuis son adhésion en 1993 au GSPC, alors dirigée par Hassan Hatta qui s’est rendu aux autorités militaires et a bénéficié des dispositions de la charte pour la réconciliation nationale.
L’accusé a également reconnu que le groupe d’Abderrezak El Para, dont il était membre, est le responsable de l’enlèvement touristes étrangers à l’extrême sud-est du pays. 14 otages avaient été libérés moyennant une rançon de 5 millions d’euros qui a servi de fonds à El Para pour l’achat d’armes.
Lors du procès, l’accusé est revenu sur ses déclarations, niant avoir participé aux attentats terroristes, notamment l’enlèvement des touristes étrangers. Il a affirmé qu’il était chargé de liaison et que lors des faits il était à l’est pays. Le 23 mai 2009, le tribunal criminel avait condamné à la réclusion à perpétuité, par contumace, Gouaz Lakhdar, Allouane Imad, Abdelouahab Ahmed (de nationalité yéménite) et Sahraoui Nabil, alors que Djermane Kamel avait été condamné à la perpétuité par le tribunal criminel de Dar El Beida, lors d’un procès au mois de février 2019.
Neila Benrahal

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions