dimanche 05 avril 2020 02:18:29

Agrumes : prévision d’un excédent de 4 millions de quintaux en 2024

L’Algérie entend enregistrer un excédent de trois à quatre millions de quintaux dans sa production nationale d’agrumes durant l’année 2024, a annoncé, hier à Tipasa, le président du Conseil interprofessionnel de la filière agrumes (CNIF/Agrumes), Mohamed Nadji.

PUBLIE LE : 23-01-2020 | 0:00
D.R

L’Algérie entend enregistrer un excédent de trois à quatre millions de quintaux dans sa production nationale d’agrumes durant l’année 2024, a annoncé, hier à Tipasa, le président du Conseil interprofessionnel de la filière agrumes (CNIF/Agrumes), Mohamed Nadji.
«Le Conseil interprofessionnel de la filière agrumes prévoit une production nationale de 20 millions de q d’agrumes en 2024, sur une superficie globale de 90.000 ha, dont un volume de trois à quatre millions de quintaux d’excédent», a indiqué Mohamed Nadji, en marge de la 17e foire d’agrumes de la wilaya. Le président du CNIF/Agrumes a appelé les autorités publiques, dont particulièrement les secteurs du Commerce et de l’Agriculture, en vue, a-t-il dit, de «se préparer sérieusement à la prise en charge de cet excédent de production, pour éviter toute perte».
 «Il est impératif de trouver des solutions urgentes et de se préparer dès cette année, avant qu’il ne soit trop tard», a-t-il averti, citant notamment le secteur du Commerce qui est tenu, a-t-il souligné, de «préparer les moyens d’élargir la production et de soutenir l’exportation, tout en encourageant la création de chambres froides et autres structures de stockage, outre le soutien à apporter à l’industrie de transformation», qui est, a-t-il affirmé, «de plus important maillon de l’opération». Mohamed Nadji a particulièrement plaidé pour l’«impératif, pour tous les agriculteurs, investisseurs et opérateurs réunis, de s’orienter vers l’agriculture et de lancer des projets de transformation des agrumes, à travers le pays», ceci d’autant plus, a-t-il dit, que «l’État s’oriente aujourd’hui vers le soutien du secteur (agricole)». Le président du CNIF/Agrumes a fait part, à cet effet, d’instructions rigoureuses données à tous les walis de la République, en vue de «faciliter les procédures des projets d’investissement dans le domaine de l’industrie agroalimentaire». Concernant la campagne 2019/2020, M. Nadji a fait part d’une prévision de production nationale située entre 16,5 millions et 18 million de quintaux d’agrumes. Une «production pouvant aisément consacrer une autosuffisance pour la consommation locale», a-t-il estimé. La campagne agrumicole 2018/2019 avait enregistré une production de plus de 16 millions de quintaux sur une superficie globale cultivée de 70.000 hectares. «La filière agrumicole est tributaire d’une meilleure organisation et d’un encadrement susceptibles de lui permettre de pénétrer les marchés mondiaux», a soutenu le même responsable, plaidant, à cet effet, pour l' «amélioration de la production et la labellisation des différentes variétés d’agrumes».  Il a signalé une prévision d’atteinte de 32 conseils de wilaya pour la filière agrumes, contre 21 conseils recensés actuellement. Le CNIF/Agrumes plaide également, a-t-il ajouté, pour l’impératif de création d’un banque ou d’un fonds spécial pour la promotion de l’activité agricole, outre la révision de la Loi sur les coopératives qui constitue, selon lui, une «entrave majeure au développement et à la promotion du travail de celles-ci (coopératives)».

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions