jeudi 01 octobre 2020 22:30:36

Energies renouvelables : Une méga-centrale électrique prévue à Biskra

Une méga-centrale électrique combinée d’une capacité de 1.300 mégawatts est prévue, dans les prochaines années, au niveau de la wilaya de Biskra.

PUBLIE LE : 21-01-2020 | 23:00
D.R

Une méga-centrale électrique combinée d’une capacité de 1.300 mégawatts est prévue, dans les prochaines années, au niveau de la wilaya de Biskra. Le projet d’une valeur de 730 millions de dollars vient, en effet, d’être remporté par un consortium  sud-coréen, dirigé par Hyundai Engineering & Construction, composé de la société POSCO International et HYENCO.  La co-entreprise, selon la règle 51/49, est constituée avec Sonelgaz.

Un document souligne que le projet devant être réalisé dans 5 ans concerne une centrale à cycle combiné de 1.300 mégawatts. Une fois achevée, l’usine aura une capacité de production électrique annuelle de 9,68 MW par heure, indique la même source qui relève que Hyundai E&C recevra de ce projet 580 millions de dollars et que le reste reviendra aux deux autres sociétés.
Il faut dire qu’une fois à terme, ce projet est appelé à renforcer grandement l’utilisation de l’énergie solaire au niveau du Sud, notamment.
En août dernier, plusieurs conventions ont été signées avec cinq sociétés nationales en vue de la réalisation de neuf centrales de production d'électricité photovoltaïque d'une puissance de 50 MWc au profit des régions du grand Sud ce qui permet à l’Algérie d'économiser annuellement 20.600 tonnes de gasoil en moyenne avec un gain estimé à 14 millions de dollars par an, pour ces neuf projets seulement.
Les experts s’accordent à dire que notre pays a tout à gagner en adoptant un modèle de transition énergétique basé sur les énergies renouvelables, et ce, aux fins de parvenir à une sécurité en la matière.
L’énergie solaire constituera donc le «rayon» d’avenir. Et pour cause, en sus de l'impact économique de tous ces projets, il y a lieu de citer également leur intérêt sur le double plan socio-économique et environnemental étant donné que l’énergie solaire permet aux populations des zones reculées l'accès à l'électricité, tout en réduisant la dépendance de l'Algérie des énergies fossiles en minimisant les émissions de plusieurs milliers de tonnes         de CO2, par an.
L’Algérie, et eu égard à toute l’importance du recours aux énergies renouvelables, a tracé un programme national des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique qui s’étend jusqu’à l'horizon 2030. Ce programme incluait à sa mise en place, en 2011, 12.000 MW destinés à la consommation domestique (7.200 MW de solaire thermique, 2.800 MW de solaire photovoltaïque et 2.000 MW d'éolien) ainsi que 10.000 Mégawatts destinés à l’export.
Le programme a connu une actualisation en 2015, le destinant exclusivement à la consommation locale pour constituer une part de 27% du mix électrique national. Ainsi, sur un total de 22.000 MW, la part du photovoltaïque a été portée à 13.575 MW, celle de l'éolien à 5.010 MW, 2.000 MW pour le solaire thermique, 1.000 MW issus de la biomasse, 400 MW issus de la cogénération ainsi que 15 MW issus de la géothermie.
Selon un bilan présenté récemment par le commissaire aux énergies renouvelables et à l'efficacité énergétique, Noureddine Yassaa, les réalisations des capacités installées en énergies renouvelables en Algérie entre 2010 et 2019 sont évaluées à environ 390 MW, soit 1,8 % des 22.000 MW de la capacité totale à déployer à l’horizon 2030.
Ce premier bilan comprend notamment, détaille le premier responsable du Commissariat aux énergies renouvelables et à l'efficacité énergétique, 25 MW en solaire thermique de la centrale hybride solaire-gaz sise à Hassi R’mel d'une capacité totale de 150 MW, réalisée par Neal en 2011. De plus, 21 centrales solaires photovoltaïques ont été réalisées entre 2014 et 2017 dans le Sud et les Hauts Plateaux, d'une capacité totale de 343 MW. Le bilan inclut également une centrale pilote multi-technologies de 1,1 MW déployée en 2014 à Ghardaïa, une ferme éolienne de 10,2 MW installée à Kabertène (Adrar) en 2014, réalisées par SKTM/Sonelgaz et la centrale solaire photovoltaïque de 10 MW mise en service en 2018 à Ouargla par Sonatrach.
En somme, si des choses ont été faites, beaucoup d’autres restent à faire pour arriver, enfin, à l’objectif escompté d’ici à 2030.
    Soraya Guemmouri

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions