samedi 19 septembre 2020 21:09:12

Kamel Rezig, ministre du Commerce : «Accélérer le processus des exportations hors hydrocarbures»

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a relevé, hier, la détermination du gouvernement à accélérer le processus des exportations hors hydrocarbures et améliorer la performance de l’Algérie.

PUBLIE LE : 20-01-2020 | 23:00
Ph. Wafa

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a relevé, hier, la détermination du gouvernement à accélérer le processus des exportations hors hydrocarbures et améliorer la performance de l’Algérie.

S’exprimant hier à l’ouverture d’un séminaire organisé par la Caci et consacré aux incoterms qui est une des conditions du contrat commercial, le premier responsable du secteur indiquera que la Zone de libre échange commercial en Afrique, dont l’entrée effective en vigueur est prévue pour juillet prochain, constitue une belle opportunité, et nous permettra, ensuite, de revoir le positionnement de l’Algérie sur le marché arabe et pourquoi pas européen. Cette démarche, une fois réalisée, permettra, d’une part, à «libérer l’investissement et à l’Algérie de reprendre sa place au sein des marchés internationaux». Pour ce faire, le ministre rappelle que des mesures sont prises, citant entre autres la redynamisation du Conseil national du Commerce extérieur, ainsi que la Zlecaf qu’il considère comme un acquis important pour libérer le commerce intra-africain et lever différents écueils qui bloquent jusque-là les échanges entre les pays du Continent. Sur sa lancée, M. Rezig fait part de la détermination de son département à renforcer la relation de confiance avec différents opérateurs et œuvrer, comme l’a précisé le chef de l’Etat, pour une économie de l’invention et de l’efficacité. En marge de cette rencontre, le ministre a rassuré les agriculteurs quant à un accompagnement qui soit à la hauteur de leurs efforts, leur demandant d’améliorer la productivité pour aller vers l’export qui est une opération complexe car chaque marché a ses spécificités. Sur la rencontre organisée par la CACI, M. Rezig relève l’importance de comprendre la terminologie commerciale, précisant que les incoterms sont importants pour le développement du marché extérieur. De son côté, le premier responsable de l’Agence nationale des exportations algériennes, Ali Bey Nasri, affirme que les incoterms permettent de se protéger de tous les risques, relevant que dans nombres d’opérations l’assurance ne se fait qu’à posteriori, et également de payer le juste prix. Défendant l’internationalisation de l’entreprise algérienne, le même responsable relève la nécessité de libérer l’investissement des entreprises algériennes en Afrique et réviser les textes qui empêchent le développement des exportations. Notons par ailleurs que les textes des Incoterms 2020 ont été approuvés en juin 2019 et publié en septembre de la même année.  La version actuelle n’a pas supprimé d’incoterms, ni n’en a créé de nouveaux. Elle pérennise les changements radicaux introduits dans la version de 2010 : la division entre les incoterms pour tous modes de transports ainsi que ceux pour le transport maritime et l’adaptation des incoterms à une vente nationale.
    Fouad Irnatene

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions