samedi 19 septembre 2020 21:31:17

Le Président Tebboune recevra mardi une délégation des responsables de médias publics et privés

Éclairer l’opinion publique nationale sur les questions de l’heure

PUBLIE LE : 16-01-2020 | 17:30
D.R
Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, recevra, mardi 21 janvier au siège de la présidence de la République, une délégation de directeurs et responsables de médias publics et privés, a indiqué jeudi un communiqué de la présidence de la République. Cette rencontre «sera une occasion pour éclairer l'opinion publique nationale sur les questions de l'heure au double plan interne et externe», a précisé le communiqué. S'inscrivant dans le cadre des engagements du président de la République d'organiser des rencontres périodiques avec les médias, cette audience sera suivie par d'autres entretiens avec des journalistes et des responsables d'organes de presse, a conclu le communiqué. 
 
Un partenariat pour dynamiser le changement 
 
Signe de haute considération de la plus haute institution de l’État à l’égard des médias, l’audience qu’accordera, mardi prochain, le président de la République à une délégation de directeurs et responsables des médias atteste de l’importance qu’accord le Président Tebboune au secteur  de la communication, en tant que partenaire dans la construction  de la nouvelle Algérie. 
«Cette rencontre sera une occasion pour éclairer l’opinion publique nationale sur les questions de l’heure au double plan interne et externe», indique un communiqué de la présidence de la République. Ce rendez-vous scelle une nouvelle relation de partenariat entre les pouvoirs publics et les médias, s’accordent à dire des universitaires. 
Le professeur Idriss Attia explique, à ce propos, la nouvelle approche du président de la République en matière de perfectionnement de la gouvernance, où, dit-il, «le rôle des médias et prépondérant dans le processus de consécration des objectifs que se fixe M. Tebboune à court et à moyen termes». 
Dans une déclaration à El-Moudjahid, ce docteur en sciences politiques et en relations internationales met en relief, notamment, ce qu’il qualifie de «profonde conviction» chez le président de la République, pour qui, explique-t-il, le renouveau national et les changements préconisés à travers ses 54 engagements ne peuvent se concrétiser «que dans une logique de complémentarité entre les deux secteurs public et privé, et qu’il faudrait doter aussi d’un accompagnement omniprésent de la part des médias».  «Pour le président de la République, les médias sont de véritables partenaires dans la mise en œuvre de son programme de développement», insiste notre interlocuteur, rappelant la vision de M. Tebboune, concernant ce secteur, qui s’appuie autant sur la promotion de la liberté d’expression que sur le principe d’un traitement responsable obéissant aux règles d’éthique et de déontologie dans le traitement de l’information. 
À une questions traitant des principaux sujets pouvant être inscrits à l’ordre du jour de la rencontre, M. Attia met en avant les récentes activités politiques au plus haut sommet de l’État. «Les questions qui seront abordées, lors de la rencontre de mardi, traiteront, notamment des consultations qu’a entrepris le président de la République avec nombre de personnalité et compétences nationales, du projet de  révision de la Constitution  ainsi que des défis à relever sur le plan régional, à commencer par la sécurisation de la Libye et l’aboutissement du processus de paix dans ce pays voisin. 
Il se pourrait aussi que le président de la République fasse  un compte rendu de son déplacement de dimanche (demain, ndlr) à Berlin, où il participera à la conférence internationale sur la Libye initiée sous l’égide des Nations unies», souligne  notre interlocuteur. 
De son côté, le politologue Redouane Bouhidel met l’accent sur l’importance de la communication dans la gouvernance, qui constitue selon lui, l’une des raisons pour lesquelles le président de la République a invitéune délégation de directeurs et responsables des médias publics et privés. 
«Durant la campagne électorale, M. Tebboune a évoqué, maintes fois, l'importance de la communication dans la gouvernance. Cet intérêt qu’il porte aux activités de communication s’est confirmé, dès les premiers jours ayant suivi son élection à la tête de l’État, à travers notamment la nomination pour la première foi d'un ministre conseiller porte-parole de la présidence de la République», explique-t-il. Pour le politologue, la rencontre de mardi obéit aussi à l’idée de consolider le droit du citoyen à une information juste, ce qui signifie la possibilité de recourir dans les prochains jours à une stratégie efficace pour lutter contre les fake-news. 
Pour M. Bouhidel, cette rencontre  est aussi synonyme de rupture avec les anciennes pratiques,  à travers le début de la mise sur pied d’un nouveau modèle d’organisation des médias en parfaite communion avec les objectifs de la communication institutionnelle, dans le cadre de la dynamique du changement telle qu’élaborée par le Président Tebboune. 
À ce propos, il est d’ailleurs indiqué, dans le communiqué de la présidence, que cette première concertation s’inscrit «dans le cadre des engagements du président de la République d'organiser des rencontres périodiques avec les médias. Cette audience sera suivie par d'autres entretiens avec des journalistes et des responsables d'organes de presse», a-t-on ajouté de même source.
Karim Aoudia 
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions