samedi 18 janvier 2020 14:18:37

Agence algérienne pour le rayonnement culturel : Yennayer conjugué à l’art

La fête de Yennayer, coïncidant avec le 12 janvier de chaque année, est célébrée tel qu’il se doit.

PUBLIE LE : 14-01-2020 | 0:00
D.R

La fête de Yennayer, coïncidant avec le 12 janvier de chaque année, est célébrée tel qu’il se doit. De grandes festivités et des activités culturelles qui s’étaleront durant toute une semaine, dans le but de témoigner de l’importance, de cette fête qui ressemble tous les Algériens et Algériennes et qui renseigne sur l’étendue identitaire et historique de l’Algérie. Ainsi, l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel a été au rendez-vous, hier, avec la programmation de manifestation culturelle et artistique à Dar Abdellatif. Il y en avait pour tout les goûts : cinéma, exposition, vente-dédicace, musique et poésie.
 La célébration a été marquée par la projection du film, un long métrage de fiction «Tamachahut-N-Selyuna» du réalisateur Aziz Chelmouni, retraçant la vie de Selyuna, une jolie et sage princesse,qui s’est refugiée dans la forêt pour fuir le serment fait par son frère de la prendre comme épouse, après la découverte d’un de ses cheveux dans une fontaine. La malédiction jetée par Selyuna est tombée sur Mastene lorsqu’il lui coupa le doigt. Un os s’est planté dans son pied et personne ne pu le soigner. C’est ainsi que Selyuna, malheureuse, a décidé de revenir pour guérir son frère à condition qu’il se rétracte et ne la prenne pas comme épouse.
 Après cette projection, l’assistance a eu droit à  une  séance de vente-dédicace de l’oeuvre du chercheur en patrimoine et en histoire, Mohamed Benmeddour, intitulé «Contes et légendes berbères d’Algérie», dans lequel  l’auteur présente les trésors immatériels de la vielle médina (Alger).
Il  a précisé que la réalisation de cet ouvrage a suscité  en lui «un intérêt plus que singulier» car, «les contes et légendes du livre me plongent infiniment dans l’enfance et permettent de me remémorer  les scènes de mes parents et de mes voisins de la houma (quartier)» explique-t-il. Les amateurs et amoureux de l’art on pu aussi satisfaire leur soif à à travers l’inauguration de l'exposition intitulée «Héritage ancestral» signée par l’artiste plasticien Karim Sergoua. Une exposition d’art contemporain dans laquelle l’artiste s’est inspiré de l’héritage artistique rupestre, qui a engendré des hommages, des vécus personnel et sociétal d’une manière générale pour terminer avec un nouveau tableau conçu pour sa prochaine exposition.
Ce dernier évoque les événements du pays «le Hirak»… Le programme, de la célébration de Yennayer s’est clôturé en apothéose, avec un spectacle de chant et de poésie amazighes animé par les deux jeunes sortant de l’école «Alhane wa chabab», Celia Ould Mohand et Bilal Mohri pour le chant et Ait Gherbi Ouiza, Bey Mouloud et Manseri Hacene pour la poésie.
Kafia Ait Allouache
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions