samedi 18 janvier 2020 14:31:27

Libye : Sarraj et Haftar à Moscou pour signer le cessez-le-feu

Lavrov évoque un progrès dans les négociations

PUBLIE LE : 14-01-2020 | 0:00
D.R

Le chef du Gouvernement libyen d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU, Fayez al-Sarraj, et le maréchal Khalifa Haftar étaient attendus, hier à Moscou, pour signer un accord de cessez-le-feu, a annoncé un haut responsable libyen.

La signature de cet accord ouvrira la voie à la relance du processus politique, a déclaré le président du Conseil d'Etat (l'équivalent d'un Sénat) basé à Tripoli, Khaled al-Mechri, à la télévision Libya al-Ahrar.
M. Mechri a indiqué qu'il accompagnerait M. Sarraj à Moscou, tandis que le maréchal Haftar aura à ses côtés le président du Parlement libyen, Aguila Salah, basé dans l'Est.
Dans un bref discours à la télévision, M. Sarraj a appelé les Libyens à «tourner la page». «J'appelle tous les Libyens à tourner la page du passé, à rejeter la discorde et à resserrer les rangs pour se lancer vers la stabilité et la paix», a-t-il dit. Un cessez-le-feu est déjà entré en vigueur dimanche dernier en Libye après plus de neuf mois de combats meurtriers aux portes de la capitale Tripoli, sur fond de craintes d'une internationalisation accrue du conflit. Le maréchal Khalifa Haftar a annoncé que ses forces respecteraient ce cessez-le-feu, peu avant son entrée en vigueur à minuit heure locale. Fayez al-Sarraj a annoncé ensuite une cessation des hostilités.    M. Mechri a précisé que l'accord de Moscou prévoit «des forces de surveillance de l'application» du cessez-le feu, sans autre précision sur la nature de ces forces ou leur nationalité.

Conférence internationale en janvier à Berlin

Par ailleurs, une conférence internationale pour tenter de résoudre le conflit en Libye avec les principaux protagonistes et pays impliqués sera organisée en janvier à Berlin, a indiqué hier un porte-parole du gouvernement allemand. Les préparatifs d'une telle conférence sont en cours, a déclaré lors d'une conférence de presse régulière, Steffen Seibert, porte-parole du gouvernement, ajoutant qu'elle serait réunie «dans tous les cas» en janvier. Elle pourrait se tenir dimanche prochain, le 19 janvier, a-t-il dit, même s'il est encore trop tôt pour pouvoir le confirmer à ce stade. En parallèle, la présidence turque a annoncé une visite ce jour-là du chef de l'Etat Recep Tayyip Erdogan à Berlin, sans en préciser le motif. Et la présidence égyptienne a indiqué de son côté que le chef de l'Etat Abdel Fattah al-Sissi, impliqué dans le conflit, s'était entretenu avec la chancelière allemande Angela Merkel. Cette conférence devrait réunir sous l'égide de l'ONU au moins dix pays : les cinq membres du Conseil de sécurité, ainsi que l'Allemagne, la Turquie, l'Italie, l'Egypte et les Emirats arabes unis. Cette annonce de sommet international sur la Libye fait suite à l'entrée en vigueur dans le pays d'une fragile cessez-le-feu entre les belligérants : le gouvernement d'union libyen (GNA) reconnu par l'ONU et les forces du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen. Angela Merkel avait rencontré à ce sujet samedi dernier le président russe Vladimir Poutine à Moscou. Le président français, Emmanuel Macron, a insisté lui lundi sur la nécessité que le cessez-le-feu soit «crédible, durable et vérifiable» pour créer les conditions d'une reprise du dialogue inter-libyen, a indiqué son entourage lundi. Entre l'arrivée sur le terrain libyen de la Turquie, la présence suspectée de mercenaires russes et l'existence d'une multitude de groupes armés - notamment des milices terroristes, des trafiquants d'armes et des passeurs de migrants -, les pays européens craignent de voir le conflit libyen s'internationaliser et dégénérer. Depuis le début de l'offensive des pro-Haftar sur Tripoli, plus de 280 civils ont été tués tout comme quelque 2.000 combattants, d'après l'ONU. Près de 150.000 Libyens ont été déplacés.

---------------------------------

Lavrov évoque un progrès dans les négociations

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a fait savoir hier que des progrès avaient été faits, lors des négociations entre les belligérants libyens à Moscou, indiquant qu'un document permettant de concrétiser les questions liées à la trêve entre les parties en conflit était en cours d'examen. Des représentants du Gouvernement d'entente nationale ont signé le document concrétisant le cessez-le-feu, tandis que le maréchal Khalifa Haftar a demandé du temps supplémentaire pour l’examiner, a fait savoir le chef de la diplomatie russe, alors que Moscou accueille des négociations entre les parties en conflit en Libye. «Un certain progrès a été obtenu», s'est félicité M. Lavrov, lors d'une conférence de presse avec son homologue turc, à l'issue de négociations à Moscou destinées à signer un accord formel de cessez-le-feu en Libye entre les deux chefs belligérants. Fayez al-Sarraj a mis sa signature sur l'accord, alors que le maréchal Khalifa Haftar a demandé «un peu de temps supplémentaire jusqu'au matin» pour réfléchir, a-t-il précisé.
M. Haftar considère ce document «de manière positive», a toutefois affirmé M. Lavrov.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions