mercredi 27 mai 2020 00:57:01

Gouvernance et institutions : Nouvelle approche

Le gouvernement a entamé l’élaboration du plan d’action sur la base des instructions et orientations données par le chef de l’État, lors du dernier Conseil des ministres de dimanche dernier.

PUBLIE LE : 12-01-2020 | 0:00
D.R

Le gouvernement a entamé l’élaboration du plan d’action sur la base des instructions et orientations données par le chef de l’État, lors du dernier Conseil des ministres de dimanche dernier. L’Exécutif, conduit par Abdelaziz Djerad, s’est réuni mercredi pour préparer le programme portant mise en œuvre des engagements du président de la République et qui sera soumis à l’adoption des deux chambres du Parlement.
Au cours de cette importante réunion, le cap a été tracé et la méthodologie de travail expliquée par le Premier ministre, qui a tenu à préciser les grands principes constitutifs du plan d’action en préparation. Désormais, les membres du gouvernement sont chargés de développer et de privilégier une nouvelle approche en matière de gouvernance et de gestion des affaires publiques, à la lumière de la nouvelle politique décidée par le chef de l’État.
La transparence et l’efficacité sont désormais les deux principes érigés en norme dans la gestion des affaires publiques. Le gouvernement veut obtenir rapidement des résultats palpables sur le terrain, notamment dans les domaines socio-économiques. Les membres du gouvernement sont déterminés à concrétiser dans les faits le changement auquel aspire les citoyens, option qui passe par la mise en œuvre rapide, effective et efficace des engagements pris par le président de la République devant le peuple dans son discours d’investiture, le 19 décembre 2019.
Lors de la réunion du gouvernement, tenue mercredi, la première sous la présidence du Premier ministre Abdelaziz Djerad, les objectifs ont été fixés et les grands chapitres du plan d’action précisés. Ainsi, parmi les priorités et urgences annoncées, figure en haut du tableau, la décision de «débureaucratiser les procédures administratives qui concernent directement les citoyens».  Cette action va certainement alléger le quotidien des citoyens qui souffrent des entraves et lourdeurs des administrations. L’introduction d’une souplesse et d’une flexibilité dans le fonctionnement de l’administration publique à tous les niveaux aura des conséquences positives dans tous les domaines et contribuera grandement dans le processus de redressement économique qui sera engagé prochainement.
  La débureaucratisation dans la phase actuelle est impérative et urgente, afin d’assurer une meilleure prise en charge des préoccupations et demandes exprimées par le citoyen. Cette action va également préparer un environnement approprié et sain pour la relance du développement économique et social du pays. Sur un autre plan, il a été décidé l’optimisation d’utilisation des budgets de l’État. Cette politique porte sur la rationalisation de la gestion des dépenses publiques.
Cette mesure doit être scrupuleusement observée dans tous les secteurs d’activité et à tous les niveaux, dans le cadre de la préservation des réserves du pays. Le Premier ministre a d’ailleurs saisi l’occasion de cette réunion, pour aborder la structuration du gouvernement. Sur cette question précisément, il a notamment insisté sur l’impérieuse nécessité de «prendre rapidement les mesures destinées à parachever l'organisation gouvernementale», tout en annonçant que «les ministres délégués et les secrétaires d'État ne disposeront pas d'administrations spécifiques, qui pourraient impacter les dépenses de fonctionnement de l'État». Cette mesure entre justement dans le cadre de la politique de rigueur budgétaire et de rationalisation des dépenses publiques. Ces deux axes rappelés par le Premier ministre donnent, de manière claire, l’orientation générale sur la nouvelle gouvernance en cours de mise en œuvre, conformément aux instructions du chef de l’État. Les contours de cette politique de renouveau institutionnel commencent à se préciser bien avant même le parachèvement de l’opération de l’élaboration du plan d’action. Un programme qui définira les actions prioritaires à même de répondre favorablement aux attentes et aspirations du peuple algérien. Il est important de rappeler que la prise en charge des besoins des citoyens demeure le souci et l’objectif principal des pouvoirs publics. Ces derniers déploient d’importants efforts et mobilisent tous les moyens nécessaires pour satisfaire les exigences et revendications exprimées par les populations. Cette première réunion du gouvernement aura servi à baliser le cadre pour l’élaboration d’un plan d’action à la hauteur des ambitions de l’Algérie de demain, telle que présentée par le chef de l’État dans son projet portant édification dune nouvelle République où l’État de droit sera une réalité. À présent et pendant des jours, l’Exécutif concentrera ses efforts sur le contenu du programme qui sera soumis au Conseil des ministres consacré a l’examen, à la discussion et à l’adoption du plan d’action du cabinet dirigé par Abdelaziz Djerad.
C’est à l’issue de cette étape que seront connues publiquement et officiellement les mesures et actions préconisées pour la concrétisation concrètes et sur le terrain des engagements du chef de l’État dans son programme présidentiel. Durant les prochains jours, les regards resteront braqués sur le palais du gouvernement qui abrite les réunions au sommet sur les arbitrages, les débats et la finalisation de l’élaboration du document de la feuille de route de l’Exécutif.
M. Oumalek

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions