mardi 28 mars 2017 09:15:14

Lotfi double Canon, Mohamed Allaoua et le syrien Ali Deek créent les plus beaux moments de Djemila

Le festival arabe de Djamila a connu sa vitesse de croisière avec la présence fort remarquée de jeunes en quête de détente et de loisirs.

PUBLIE LE : 28-07-2010 | 20:54
D.R.

Le rappeur Lotfi double Canon, Mohamed Allaoua, connu  dans le monde de la chanson kabyle et le syrien Ali Deek qui excelle dans  la chanson populaire folklorique de la région du Cham (Moyen-Orient), ont animé mardi à Sétif la sixième soirée du festival arabe de Djemila au grand bonheur  du public.          
Grâce à la qualité de leurs prestations qui a été du goût d'un public  plus nombreux par rapport aux précédentes soirées, le festival arabe de Djamila  a connu sa vitesse de croisière avec la présence fort remarquée de jeunes en  quête de détente et de loisirs.          
C’est l’artiste syrien Ali Deek, connu pour ses tubes "Allouch" et "Samra  Oua Ana Hassoudi" qui a réussi, des le début de cette soirée, à envoûter le  public au théâtre romain de Djemila, avec sa "Debka Chamia" et des morceaux  musicaux du terroir typiquement folkloriques.          
Avec un répertoire riche de 180 chansons et cinq albums, l’artiste Ali  Deek, à la voix généreuse et chaude, chante la mère et la terre, qui sont, selon lui, "nos protecteurs et nos guides". "L’homme et le fellah arabe ont un cœur  bon et sage", a dit Ali Deek lors d’une conférence de presse, indiquant que  son genre musical " El Itaba Oua El Moual" représente "le sommet du romantisme  authentique".           
Le chanteur Ali Deek, qui a débuté sa carrière artistique en 1997, a  estimé que "le vrai artiste peut réussir partout où il va", appelant les arabes  et étrangers à visiter l’Algérie et rencontrer son peuple "hospitalier, prospère  et respectueux de ses valeurs" , avant de lancer : " L’Algérie et la Syrie  forment une seule nation".          
La soirée s’est poursuivie avec le passage sur scène de l’artiste Mohamed  Allaoua qui a entonné des chansons kabyles glorifiant la mère et l’amour et  suscitant danses ininterrompues au théâtre romain de Djemila. "Je suis heureux  de me produire sur la scène du théâtre romain de Djemila", a révélé Mohamed  Allaoua qui compte éditer un nouvel album en 2011.          
Avant de quitter la scène, Mohamed Alloua a réussi un duo avec Lotfi Double Canon avec la chanson "Affous Affous".          
Le public a été, par ailleurs, ravi de retrouver le chanteur Lotfi Double  Canon qui, grâce à la thématique sociale qu’il traite dans ses tubes (Hogra,  chômage, bureaucratie, entre autres soucis de la vie) a réussi à enflammer plus  d’un.          
Sollicités pour donner leurs avis ou impressions sur cette soirée, Mohamed.  S, 26 ans et Kamel. D, 43 ans, venant de Constantine et accompagné de leurs  familles, se sont dits satisfaits des prestations artistiques de ce festival.          
D’autres jeunes qui étaient nombreux à Djemila, malgré le prix élevé  du ticket d'entrée (500 dinars), espèrent, quant à eux, que ce genre de soirées  "ne soit pas conjoncturel ou sporadique".          
Les artistes algériens Hakim Salhi, Cheb Bilal, Yazid et Aarres animeront  la septième soirée du festival arabe de Djamila.
APS

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions