mardi 28 janvier 2020 09:47:11

Bejaia : La population investit les quartiers européens

11 Décembre 1960, une date gravée dans l’histoire de notre glorieuse révolution. Une date qui marqua la révolte pacifique des milliers d’algériens qui sont sortis massivement pour revendiquer leur indépendance et rejeter toute domination coloniale.

PUBLIE LE : 11-12-2019 | 0:00
D.R

 11 Décembre 1960, une date gravée dans l’histoire de notre glorieuse révolution. Une date qui marqua la révolte pacifique des milliers d’algériens qui sont sortis massivement pour revendiquer leur indépendance et rejeter toute domination coloniale. Cette révolte populaire s’est déclenchée après la première visite  du général de Gaulle en Algérie, le 9 décembre 1960, en déclarant, à l’adresse des troupes armées françaises installées en Algérie, que  «l’Algérie est française», confiant que l’unique issue à ce conflit armé résidait dans l’instauration d’un état algérien étroitement lié à la France. Un rêve chimérique et utopique de la France coloniale. Une déclaration qui vient au moment où le peuple algérien menait une guerre sans répit à l’armée française depuis le 1er  novembre 1954. Ainsi, la hogra des colons envers la population algérienne et surtout les paysans et la confiscation de leurs terres ont créé un sentiment de révolte chez ces derniers qui ont répondu, à leur manière, aux colons par des slogans forts, tels que : «Algérie algérienne». Une révolte qui s’est instaurée dans toutes les villes du pays  dont les localités de la vallée de la Soummam, qui abrita auparavant le premier rassemblement des chefs de zones, le Congrès de la Soummam, le 20 Août 1956. Les populations, hommes, femmes et enfants, brandissant des drapeaux vert, blanc et rouge, confectionnés à la hâte, sont sortis dans les communes d’Ighzer Amokrane, Akbou, Kherrata, Souk El Tenine et Bougie (Béjaia). la population de Bougie, comme l'appelaient les francais, a investi les quartiers habités par les européens, comme le boulevard Biziou (Bd Amirouche), boulevard Clemenceau (Bd Bouaouina) et autre quartiers, créant une panique chez ces derniers qui ne s’attendaient pas à cette grande mobilisation et à cette réaction farouche des Algériens qui revendiquaient très haut l’indépendance de l’Algérie. Le moudjahid Attoumi djoudi, qui a pris part à cette manifestation avec quelques moussabeline, a témoigné: «La visite de de Gaulle en Algérie, le 9 décembre 1960, et sa déclaration d’instaurer une ‘‘Algérie Française’’ a provoqué une véritable étincelle chez la population qui a répondu par une manifestation grandiose à travers les rues. De la plaine jusqu’au boulevard Clemenceau, quartier des européens, la foule était grandiose, bravant les quelques policiers français en faction devant le commissariat de la place Lumumba et criant haut et fort ‘‘l’Algérie aux algériens’’». Jamais la population n’avait affiché auparavant pareilles grande volonté et détermination d'en finir avec le colonialisme. Cinquante-neuf années se sont écoulées depuis cette manifestation populaire qui ébranla le président français de Gaulle et les troupes coloniales. une véritable leçon de nationalisme pour que la France revoie sa copie et confirme d’elle-même que le peuple algérien, épris de justice et de liberté, est attaché plus que jamais à sa souveraineté et son indépendance  pour une «Algérie algérienne». Une Algérie qui a vu le soleil briller un 5 Juillet 1962. Une Algérie qui a arraché des mains du colonialisme toutes ses richesses et qui s'est lancée, tous azimuts, dans la reconstruction du pays. Une Algérie qui aspire toujours à assurer une vie meilleure à ses populations et une souveraineté totale de son territoire.
M. Laouer 
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions