lundi 06 avril 2020 02:33:54

­­­Mascara : Le jour où la population se souleva

Il est des dates qui demeurent ancrées dans la mémoire du peuple algérien... Et 59 ans après, les événements du 11 décembre 1960 font toujours date dans l’histoire de l’Algérie.

PUBLIE LE : 11-12-2019 | 0:00
D.R

Il est des dates qui demeurent ancrées dans la mémoire du peuple algérien...
 Et 59 ans après, les événements du 11 décembre 1960 font toujours date dans l’histoire de l’Algérie.

Cet événement de grande dimension historique de l’épopée de toute une nation entière n’est pas seulement à commémorer mais c’est une opportunité de revisiter un douloureux événement qui nous rappelle que ce jour-là, le peuple algérien, à travers l’ensemble des villes, s’est soulevé pour scander de vive voix : «non à l’Algérie française.» Toute la population, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, a bravé la peur pour faire entendre sa voix et exprimer fermement son attachement aux valeurs de novembre 54, faisant face, les mains nues, aux forces coloniales. Parmi les moudjahidine, témoin de l’heure,  toujours en vie, si Abdallah nous dira à ce propos que le 11 décembre est une cinglante réponse du peuple algérien à de Gaulle pour que vive l’Algérie libre et indépendante. Une réaction claire et décisive. Un événement qui intervient six ans après le déclenchement de la lutte armée  durant lesquelles le peuple algérien a eu droit à toutes les souffrances et les atrocités de ceux qui ont spolié sa terre et ses biens. Depuis 1830, le peuple algérien n’a cessé de dire non à la soumission et à l’assimilation clamant son attachement aux principes et aux valeurs de novembre 1954. Le peuple algérien était décidé de mener le combat jusqu’à la victoire finale. S. B. dira : «Ce sont des manifestations populaires mais organisées et spontanées, c’est le déclic, et surtout une prise de conscience que la liberté ne se donne pas mais s’arrache.»
Quant au maquisard boudjellal, il s’agit de sursaut national car, pour lui, en investissant la rue et en manifestant, les algériens ont brandi l’emblème national pour montrer leur détermination et prouver au monde entier que les algériens défendraient leurs terres, jusqu’à la dernière goutte de sang s’il le fallait. Et c’est aussi après 1958 que furent lancées les opérations dites «Pierres précieuses», nous explique H. D., professeur universitaire et historien. D’après lui, les manifestations du 11 décembre ont permis aux nations entières de se rendre compte de la gravité de la situation en Algérie et la cause algérienne fut entendue à l’ONU.
Les manifestations du 11 décembre sont la continuité de tous les événements qui ont précédé cette date historique à travers lesquels le peuple algérien a démontré qu’il était décidé à aller jusqu’au bout de ses revendications, c'est-à-dire la victoire finale. Les générations qui n’ont ni connu ni vécu ces douloureux événement, s’ils ne sont pas informés de l’histoire réelle de leur pays, resteront à la marge de ce que le peuple a enduré de 1830 à 1962.
Il est grand temps que les générations montantes apprennent ce qui s’est passé durant cette période. Les manifestations du 11 décembre 1960 contre la colonisation française n'ont pas touché uniquement les grandes villes mais se sont déroulées à travers tout le territoire national, selon les déclarations de M. T., historien. argumentant ses déclarations, notre interlocuteur avait indiqué que plusieurs villes, même au Sahara, se sont manifestées face à l'atrocité des Français, à l'image de la ville de Saïda qui a vécu des mouvements de représailles à la suite desquels des édifices ont été saccagés, tels que le siège de la mairie. M. D. et M. B., historiens et professeurs universitaires, s’accordent à affirmer que cet événement historique, qui a donné un nouvel élan à la guerre de libération, était une révolution de tout un peuple avec ses diverses franges. Ces manifestations ont obligé le colon à venir s’asseoir autour de la table des négociations avec la délégation du Front de Libération Nationale et a permis de mettre fin à l’époque coloniale d’une façon prématurée. L’Histoire en témoigne.
Ces pratiques inhumaines utilisées par la France pour faire avorter les tentatives de lutte n’ont fait que renforcer l’attachement des Algériens à l’autodétermination dans le cadre de l’unification des rangs du mouvement national. Cinquante-neuf années sont déjà passées et les Algériens s’en souviennent.
Le 11 décembre 1960, qui coïncide cette année avec la tenue de l’élection présidentielle, est commémoré dans toute sa dimension historique. Une opportunité douloureuse, ajoutent-ils, de revenir sur les crimes contre l’Humanité commis par la France coloniale. Des témoignages sur la répression sanglante des manifestations du 11 décembre et du Mouvement national, qui s’inscrivent dans le cadre de la commémoration de ces événements, ont été rapportés par des moudjahidine, chercheurs et étudiants dans leurs mémoires de fin d’études. Certains historiens se sont penchés sur les massacres sanglants commis durant ce mois, et bien d’autres commis depuis le début de la colonisation. Le 11 décembre, un soulèvement populaire, est à l’origine de répercussions positives sur la Révolution.
Des drapeaux distribués en cachette ont été brandis ce jour-là à la tête de chaque rassemblement... et c’est là qu’ils ont essuyé des rafales de mitraillettes ; c’était une véritable marée humaine qui a  envahi les rues notamment à Alger. El Hadj Boukhari, ancien docker au port, se rappelle bien que c’était le 11 Décembre qui a redonné espoir à tout un peuple vaillant. L’auteur a mis en exergue les conséquences désastreuses citées par l’historien dans son livre, notamment le génocide et la torture contre les manifestants, le bombardement des villes par des avions ou à partir de la mer avec l’implication de légions étrangères. Des témoignages de moudjahidine sur les manifestations du 11 décembre 1960 ont mis à nu les atrocités perpétrées à l’encontre du peuple algérien (tortures, arrestations et autres). Au cours des manifestations, beaucoup de militants de première heure ont été arrêtés et emprisonnés. Nos interlocuteurs nous ont expliqué que les manifestations du 11 décembre, même si elles n’étaient pas d’une grand ampleur comme dans les grandes villes, les régions de l'oranie n'ont pas échappé, pour ainsi dire, à l’hégémonie destructrice du colonisateur. Les festivités marquant le 56e anniversaire du soulèvement du 11 Décembre 1960 se dérouleront cette année à Zahana, ville natale du premier chahid guillotiné, Ahmed Zabana.
 Né en 1926 dans la commune de Zahana (Mascara), le chahid Ahmed Zabana, de son vrai nom  Ahmed Zahana, a été guillotiné le 19 juin 1956 à la prison Barberousse (Alger). Ce valeureux martyr était militant de la cause nationale pendant plusieurs années dans les rangs des Scouts musulmans algériens et au sein du Mouvement national pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) avant de rejoindre le maquis. Après son arrestation en 1954, le tribunal militaire de la France coloniale l'a condamné à mort.
Les conférences prévues à cet effet dont le débat ouvert avec des échanges de questions réponses entre les moudjahidine et les jeunes générations permettront à coup sur de mieux comprendre et de savoir ce qui s’est réellement passé. Les soulèvements populaires dans la région de béni chougrane contre l’occupant dans l'Algérie combattante. Des évènements qui font date dans l’histoire de l’Algérie tels que le 8 mai 1945, le 1er novembre 1954, le 20 août 1955, le 17 octobre 1961, le 19 mars 1962, le 5 juillet 1962, le  11 décembre 1960, sont plus que des évènement à commémorer.
Le soulèvement populaire de 11 Décembre a réussi à attirer l’attention des autres peuples et des dirigeants de plusieurs pays qui ont soutenu avec ferveur et fermeté sa cause. Lors de ses visites en Algérie, le général de Gaulle s’est rendu à l’évidence que les ultras agissaient à l’encontre de sa politique vis-à-vis de l’Algérie, de même qu’il s’est rendu compte du désir des Algériens présents dans les rues partout où il est passé.
Les manifestations du 11 décembre sont la continuité de tous les événements qui ont précédé cette datte historique à travers lesquels le peuple algérien a démontré qu’il était décidé à aller jusqu’au bout de ses revendications... l’indépendance. Le 11 décembre 1960 a constitué, en définitive, un tournant crucial et définitif dans la lutte de libération qui a permis à la nation de recouvrer son indépendance pour que l’Algérie vive libre et souveraine. S’il est établi historiquement que les événements du 11 décembre 1960 sont douloureux pour les algériens, des actes de barbarie commis par la colonisation française contre le peuple Algérien, des représailles, l’histoire en témoigne.
A. Ghomchi

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions