jeudi 09 juillet 2020 09:50:53

Affaire de corruption dans le montage automobile : Chronologie d’un procès inédit

Le verdict sera rendu aujourd’hui.

PUBLIE LE : 10-12-2019 | 0:00
Ph. Louiza M.

Les Algériens se souviendront longtemps du procès historique qu’a abrité le tribunal de Sidi M’hamed. D’ex hauts responsables du rang de Premier ministre et d’anciens membres de l’Exécutif ont comparus pour répondre des chefs d’inculpations de corruption et de dilapidation de deniers publics. Ce procès a démontré que l'industrie du montage automobile, qui peine à dépasser le stade de l’intention, était entre les tentacules d’une pieuvre nommée corruption. Il a permis aussi de lever le voile sur la connexion entre l’argent et la politique.
Ainsi, pour la première fois dans les annales judiciaires en Algérie, d’anciens dirigeants politiques sont présentés à la barre, dont l’ex-conseiller et frère du président sortant Abdelaziz Bouteflika. Sa présentation, en qualité de témoin, a constitué l’un des moments phares du procès. Le président de l’audience a annoncé tard dans la soirée duedimanche dernier, que le verdict du procès «sera rendu mardi prochain (aujourd’hui ,ndlr)». Les plaidoiries des avocats de la défense se sont poursuivies jusqu'à une heure tardive de la soirée. Il s’agissait uniquement des avocats des concessionnaires Mohamed Bairi, Hassan Arbaoui et Ahmed Mazouz. La défense des ex-hauts responsables, Premiers ministres et ministres, des cadres du ministère et autres hommes d’affaires a maintenu le boycott décidé par les bâtonnats d’Alger et de Blida, à l’exception de Me Aifa Ouyahia, qui a décidé de plaider en faveur de son frère Ahmed Ouyahia.
Le procès a été clôturé vers 23h, après quatre jours d’audiences, sans plaidoiries de la défense de Sellal et les autres ex-ministres et en l’absence de leurs familles, à l’exception de l’épouse de Yousef Yousfi. Reporté la première fois, pour 48heures, en raison de la désorganisation, notamment suite à l’autorisation d’accès des citoyens à l’audience. Le tribunal de Sidi M’Hamed a pris, de nouvelles mesures pour assurer le bon déroulement du procès. Des écrans géants ont été installés dans le hall du 1er étage et également au rez-de-chaussée. Cela a permis aux médias de diffuser des images du procès en temps réel. Toutes les audiences des autres chambres ont été reportées et l’accès a été limité aux avocats, aux familles des prévenus et aux représentants des médias. Un dispositif sécuritaire spécial a été mis en place à l’intérieur du tribunal. Des unités spéciales de la police et de la Gendarmerie, à savoir la Brigade de recherches et d’intervention (BRI) et la Section spéciale d’intervention (SSI), ont été mobilisées pour l’escorte des détenus et la sécurisation du tribunal en coordination avec les unités du maintien de l’ordre. Aucun incident n’a été signalé, le procès s’est déroulé dans le calme et la sécurité. Dans la salle du pôle judicaire spécialisé dans les affaires de corruption, qui avait déjà abrité de grands procès, notamment celui de Kamel Chikhi alias Kamel El Boucher, l’affaire de la fuite des sujets du Baccalauréat et l’affaire de l’ex-PDG de Sonatrach. Des avocats, anciens magistrats et journalistes se bousculaient pour voir de prés les accusés peu ordinaires. L’affaire a été confiée pour examen au juge Lakhdar Achaichia, un jeune magistrat qui avait déjà examiné des dossiers sensibles à l’exemple de la bousculade meurtrière lors du concert du rappeur Soolking et des manifestants poursuivis pour atteinte à l’unité nationale. Selon plusieurs avocats, il a parfaitement maîtrisé le dossier et a bien géré les auditions dans le cadre du respect de la loi. Pour preuve, aucune «altercation» n’a été enregistrée avec les accusés. Il a même fait preuve de souplesse et de diplomatie face au comportement de certains accusés.

Un procès sans incident notable

Il en est de même pour le représentant du ministère public. Le jeune juge Bellouta a tenté de lever le voile sur cette affaire inédite. Dans son réquisitoire, il a voulu lancer un message pour rassurer les Algériens quant à l’indépendance de la justice et la fin de l’impunité. Affirmant que «ce procès est une réponse aux revendications des citoyens qui sont sortis le 22 Février 2019». Il a, en outre indiqué que ce procès est historique en raison du statut des accusés. Il a argumenté sa plaidoirie, qui a duré plus de deux heures, par les montants des préjudices qu’ont engendrés les décisions et les indus avantages accordés à des hommes d’affaires «non qualifiés». Le tribunal a, durant les 4 jours, tenté de démontrer les malversations dans le secteur du montage automobile en Algérie, qui ont porté un coup dur pour l’économie nationale, mais aussi sur les mécanismes de la corruption, du blanchiment d’argent et du transfert illicite de fonds vers l’étranger.
Les témoignages des concessionnaires expérimentés, mais marginalisés, ont fait ressortir que cette activité a bénéficié des largesses «de l’Etat» à travers des mesures prises sous le gouvernement des deux anciens Premiers ministres. Lors des audiences, les sommes hallucinantes dévoilées (des milliers de milliards) ont stupéfait l’assistance. Le procès a tracé, en outre, le profil des ex-hauts responsables, notamment la fragilité émotionnelle de l’ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui s’est effondré en larmes, à la fin du procès alors qu’Ahmed Ouyahia a gardé son sang froid. Les autres ont su garder leur calme jusqu'à la fin du procès et ont tenu à plaider «non coupables» tout en rejetant l’accusation de corrompus.  Le verdict de cette affaire sera donc rendu aujourd’hui. Rappelons que ce procès pour corruption est le premier d’une longue série qui permettra sans nul doute de faire la lumière sur l'ampleur de la prédation qui a régné 20 ans durant. A ce titre, le tribunal avait annoncé que deux autres grands dossiers liés au montage automobile sont toujours en cours d’instruction. Ceux concernant Mahieddine Tahkout, patron de Cima Motors et Mourad Oulmi, Pdg de Sovac.
    Neila Benrahal
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions