jeudi 01 octobre 2020 22:46:47

Communauté nationale à l’étranger : Le vote a débuté hier

C’est parti. Le vote de notre communauté nationale établie à l’étranger a débuté hier, pour se poursuivre jusqu’au 12 décembre. C’est ainsi que depuis les premières lueurs du jour, les Algériens résidant à l’étranger se sont rendus, en masse, aux bureaux de vote pour accomplir leur devoir électoral.

PUBLIE LE : 07-12-2019 | 23:00
D.R

C’est parti. Le vote de notre communauté nationale établie à l’étranger a débuté hier, pour se poursuivre jusqu’au 12 décembre.
C’est ainsi que depuis les premières lueurs du jour, les Algériens résidant à l’étranger se sont rendus, en masse, aux bureaux
de vote pour accomplir leur devoir électoral.

En effet, les images diffusées par la télévision algérienne témoignent que les électeurs et électrices étaient nombreux à voter au niveau des différents centres diplomatiques et services consulaires profitant ainsi de leur jour de repos pour répondre à l’appel de la Nation. «Je suis ici depuis 7 heures du matin. J’aime mon pays et je suis venue voter pour le voir entre de bonnes mains», a déclaré une électrice vivant à l’étranger qui a été approchée par la presse nationale chargée de couvrir l’événement.
Qu’ils soient à Paris, à Marseille, Abu Dhabi, à Tunis, où ailleurs, à travers les autres régions du monde, les Algériens de notre communauté interviewés par la presse dans les centres de vote, étaient unanimes sur le fait que le vote est un droit mais également un devoir national.
«C’est un devoir. On doit venir et voter. Aussi, tous les jeunes doivent être là», a affirmé une autre concitoyenne vivant en Tunisie.
Il est bon de souligner que l’ensemble des électeurs interrogés à l’issue de leur participation au scrutin, ont fait part d’une seule et même conviction. Elle a été illustrée par cette phrase : «On est toujours là, présents pour répondre à l’appel du pays».  
Les électeurs ont également mis l’accent sur le fait que «l’Algérie est un pays démocratique» et que par conséquent, «tout le monde est libre de voter». Par ailleurs et pour ce qui est du choix entre les cinq candidats en lice, chacun s’est dit choisir celui qu’il considère «comme le plus apte à diriger le pays», sans citer de noms, cependant.
Remarque importante à retenir : le fichier électoral national électronique élaboré par l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) fait ressortir qu’ils sont en fait pas moins de 914.308 électeurs inscrits au niveau des centres diplomatiques et consulaires à l'étranger et qui sont attendus depuis hier au niveau des 400 bureaux de votes.  Signalons également que le président de l'ANIE, Mohamed Charfi, avait indiqué dans une récente déclaration que l'opération de révision périodique des listes électorales, effectuée du 12 au 17 octobre dernier, avait permis le recensement de 24.474.161 électeurs, dont 914.308 électeurs inscrits au niveau des centres diplomatiques et consulaires à l'étranger.

456 encadreurs mobilisés au niveau des commissions électorales diplomatiques et consulaires

Pour ce qui concerne l'encadrement de l'opération de vote, le même responsable a souligné la mobilisation d'un total de 501.031 encadreurs, dont 456 encadreurs affectés aux commissions électorales diplomatiques et consulaires. Aussi et pas plus tard que mardi dernier, le président de l'ANIE avait souligné que les ambassades et les consulats dans les différentes villes à travers le monde étaient «prêts à 100%» pour le début de l'opération de vote pour la communauté nationale établie à l'étranger en prévision de la présidentielle du 12 décembre.  Le vote qui a débuté hier se poursuivra pour une durée de six jours et ce, comme prévu dans la loi organique relative au régime électoral, il est octroyé une durée de 120 heures pour le vote de la communauté nationale établie à l’étranger.  Il faut savoir d’autre part que les électeurs résidant à l’étranger ont — comme les citoyens résidant au pays — la possibilité de voter directement ou par procuration, en cas d’empêchement ne leur permettant pas d’accomplir leur devoir le jour du scrutin auprès des représentations diplomatiques ou consulaires.
Pour ce faire, une décision datée du 1er octobre 2019 relative au vote des citoyens algériens résidant à l’étranger publiée au Journal Officiel, explique que la procuration «ne peut être donnée qu’à un mandataire jouissant de ses droits civiques et politiques», et que ce dernier «ne peut disposer que d’une seule procuration». Il est bon de savoir que la période d’établissement des procurations — qui débute dans les quinze jours qui suivent la date de convocation du corps électoral — prend fin trois jours avant la date du scrutin et que les procurations sont inscrites sur un registre ouvert à cet effet, coté et paraphé par le chef de la représentation diplomatique ou consulaire.
Après l’étape d’entame du vote pour notre communauté à l’étranger, une autre, toute aussi importante, devrait concerner celle des bureaux itinérants. Une opération qui débutera 72 heures avant le jour du scrutin du 12 décembre. Viendra ensuite le jour « J » où tous les Algériens seront appelés à élire le futur président de la République en toute liberté et transparence.
Soraya Guemmouri
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions