vendredi 13 dcembre 2019 15:43:20

Expulsion de parlementaires basques du Sahara occidental : Le Front Polisario demande au gouvernement espagnol de se prononcer

Aminatu Haidar : « La société civile européenne doit se mobiliser pour la cause sahraouie. »

PUBLIE LE : 03-12-2019 | 0:00
D.R

Le Front Polisario a demandé au gouvernement espagnol de «s’intéresser à l’expulsion de ses citoyens avec la même inquiétude que celle avec laquelle il a tenté d’alarmer les coopérateurs et les personnes solidaires qui visitent les camps de réfugiés sahraouis». «Jusqu'à présent, cette année, le Maroc a déjà expulsé 24 Espagnols du Sahara occidental occupé, sans que le ministère des Affaires étrangères en vienne à se plaindre ou à demander des explications au régime marocain», a souligné, hier, le délégué du Front Polisario dans la région basque, Abdallah Arabi, demandant au gouvernement espagnol de «déclarer et de demander des explications au Maroc sur l'expulsion d'El-Aâyoun, capitale du Sahara occidental, de quatre parlementaires basques et d'un juriste». Le 1er décembre, Eva Juez, du Parti nationaliste basque, Inigo Martinez, du parti Podemos, Josu Estarrona et Carmelo Barrio, du Parti populaire basque, membres de l'Intergroupe de solidarité avec le Sahara occidental, ainsi que Ioana Osa Etxebete, coordinatrice de l'Unité pour le Sahara occidental d'«Euskal Fondoa», n'ont même pas pu descendre de l'avion dans lequel ils sont arrivés à El-Aâyoun pour rencontrer des associations œuvrant pour la défense des droits fondamentaux de la population sahraouie. Peu de temps après avoir atterri à El-Aâyoun, un policier civil est monté et a informé les parlementaires basques qu'ils ne pouvaient pas descendre et devaient rentrer aux Canaries.

Aminatu Haidar : « La société civile européenne  doit se mobiliser pour la cause sahraouie. »

La militante sahraouie des droits de l'homme et Prix Nobel alternatif 2019, Aminatu Haidar, a demandé, hier à Stockholm, aux organisations internationales et à l'ensemble de la société civile européenne de se mobiliser pour mettre fin aux graves violations des droits de l'homme commises par les autorités marocaines dans les zones occupées du Sahara occidental. «La cause sahraouie est la responsabilité de tous ceux qui luttent pour la paix et la justice», a déclaré Mme Haidar, lors d'une conférence organisée par Emmauss et le Comité de soutien du peuple sahraoui, en coordination avec d'autres organisations suédoises.
Lors de son discours, Mme Haidar a transmis au public une image détaillée de la situation dégradante dans les zones occupées du Sahara occidental, ajoutant que «malheureusement, l'opinion publique européenne n'est pas au courant de la situation sur le dernier territoire en cours de décolonisation en Afrique».
La militante de renommée internationale a également évoqué le blocus imposé aux médias. Abordant le rôle de l'Union européenne et son implication dans la recherche d'une solution définitive au conflit au Sahara occidental, Haidar a souligné la position négative de certains gouvernements du continent européen et leur soutien aux politiques expansionnistes du régime d'occupation marocain. «La France et l'Espagne sont devenues un obstacle au processus de paix et au respect du droit international», a dénoncé la présidente de l'Association des défenseurs des droits de l'homme des Sahraouis (CODESA). La militante sahraouie a également souligné la position du gouvernement suédois concernant la signature d'accords illégaux entre l'Union européenne et le Maroc.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions