vendredi 13 dcembre 2019 15:37:02

Le moineau, de Kamel Yaïche, au TNA : Expérience et talent sur les planches

«Ezzaouech" ou le moineau est une nouvelle pièce théâtrale produite par le théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (TNA) pour la saison théâtrale 2019/2020 dont la générale sera présentée au public algérois jeudi prochain.

PUBLIE LE : 03-12-2019 | 0:00
Ph : Billel

«Ezzaouech" ou le moineau est une nouvelle pièce théâtrale produite par le théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (TNA) pour la saison théâtrale 2019/2020 dont la générale sera présentée au public algérois jeudi prochain.
En effet, la générale de cette pièce théâtrale est programmée pour jeudi prochain à la prestigieuse salle du théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (TNA). C’est une mise à nu de la vie en Algérie où le public aura l’occasion d’assister à une représentation de la pièce de théâtre «le Moineau», adaptée et mise en scène par Kamel Yaïche, sur une scénographie de Mustapha Nadjaï.
Cette pièce est inspirée de l’œuvre «le Bosendorfer» de l’écrivain hongrois Ferenc Karinthy. Dans la perspective de présenter cette œuvre, une conférence de presse a été organisée, hier, à la salle de conférences du TNA, animée par le metteur en scène M. Kamel Yaïche aux côtés de Mme Hafida Benrazi, l’assistante metteur en scène, et M. Brahim Chergui, comédien et auteur.
«La pièce se déroule à travers une conversation téléphonique», a affirmé M. Yaïche.
«Je pense que le public va investir cette pièce d’un nouveau sens», dit-il,  en ajoutant : «de toute manière, nous avons œuvré dans cet aspect pour coller l’actualité socio-politique du pays et donner une nouvelle lecture de cette pièce.» 
Répondant à une question relative à son choix des comédiens, le metteur en scène affirme : «C’est une pièce qui demande une interprétation très rigoureuse, pour ne pas dire parfaite, donc il fallait prendre des comédiens par rapport à leurs expériences.» Soulignant que la pièce est d’une durée d’une heure et demie et se déroule entre deux personnages, M. Yaîche estime qu’«il faut absolument beaucoup d’expérience et de talent pour pouvoir rester intéressant durant une heure et demie». M. Yaïche précise : «le projet remonte à l’année 2015 ou 2016 quand le TNA avait fait appel à un projet et j’ai présenté mon texte comme beaucoup d’autres auteurs. on a été auditionnés par le staff technique du TNA pour défendre nos projets», a-t-il conclu.
De son côté, M. Brahim Chergui dira : «cette pièce m’a permis de me remettre en cause et de me poser des questions.»  Avec toute modestie, il affirme : «A un certain moment, je me suis dit qu’il me faut un autre metteur en scène, quelqu’un qui puisse travailler avec moi et me permette de m’assujettir par rapport à quel niveau je pourrais arriver.»
Evoquant le personnage qu’il interprète, le comédien de renom du quatrième art et du petit écran algériens qualifie celui-ci de «très distingué». «J’ai l’ultime conviction que le public qui assistera à la générale se remettra en cause», car, dit-il, «c’est un spectacle qui répondra favorablement aux attentes de chaque citoyen».
Il y a lieu de noter que «Ezaouech» est  une tragicomédie qui narre un moment de solitude particulier, durant lequel un artiste inconscient se transforme en être maléfique, capable, pour son seul bon plaisir, de faire vivre tout au long du spectacle le plus grand des supplices à une vieille femme solitaire, dont le seul tort est d’avoir fait paraître sur le journal son numéro de téléphone pour une éventuelle  vente de piano.
Sihem Oubraham

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions