vendredi 13 dcembre 2019 15:48:33

Le rapace, de Hamid Grine, aux éditions Casbah : Histoire d’un désenchantement

Le dernier roman de Hamid Grine met en scène un journaliste intègre, Cherif Sidhoum. Ce dernier est contacté par un grand patron d’entreprise dénommé Farès Faker, pour être son «spin doctor», une sorte de guide d’opinion, un conseiller du prince.

PUBLIE LE : 03-12-2019 | 0:00
D.R

Le dernier roman de Hamid Grine met en scène un journaliste intègre, Cherif Sidhoum.  Ce dernier est contacté par un grand patron d’entreprise dénommé Farès Faker,  pour être son «spin doctor», une sorte de guide d’opinion, un conseiller du prince.

Cherif Sidhoum accepte parce que confortablement rétribué. Ce sera sa première concession. Il va déchanter et vivre un dilemme qui finira par bouleverser  ses certitudes les plus affermies. Le PDG  milliardaire  charge ce journaliste de relooker son image car il est décidé à se lancer dans la politique pour conquérir le pouvoir. Cette mission n’honore pas Cherif Sidhoum, le défenseur de la veuve et de l’opprimé, pourfendeur des ripoux, au contact d’un sybarite enrichi,  manipulateur. Il va subir crescendo une métamorphose kafkaïenne, en se faisant instiller à dose homéopathique, le venin du conformisme qui fait le deuil de ses idéaux.  Il ne se console pas d’être pris dans les rets d’un marigot qui lui est insupportable, de s’être engouffré dans une espèce de guêpier qui le maintient dans une posture d’obligé, corvéable à merci.
Cherif  Sidhoum ne pouvait plus écrire un mot sur l’assassinat de son épouse. C’est un  journaliste désormais connivant. Plongé dans les turpitudes d’un monde interlope, le personnage est tiraillé entre l’impossibilité de rester tel et la difficulté de devenir autre, de troquer presque à son corps défendant, une identité qui n’est pas la sienne. Cruelle réalité du monde l’argent, de ses privilèges, qui lui ouvre une énorme brèche dans ses convictions. Au lieu de voir le personnage principal  s’ériger en un imperturbable héros, comme on aurait pu le supposer, l’auteur le pousse à s’accommoder d’une vie de conformiste, étouffante de banalité. «Le rapace» est l’histoire d’un échec. On y rencontre, au fil des chapitres, des personnages consentants face au délitement des valeurs, à la perte des repères, comme Cherif Sidhoum qui finit par comprendre que le monde dans lequel nous vivons exige des compromis. Le roman est également  une satire sociale d’hommes et de femmes parvenus au sommet de la pyramide grâce à leurs réseaux d’influence, à l’argent et à la politique. C’est surtout une plongée dans un monde des médias qui n’est pas toujours en odeur de sainteté avec l’éthique. Ce n’est pas la première fois que l’écrivain aborde ce sujet. Il récidive avec ce roman. Hamid Grine, journaliste,  est l’auteur de nombreux livres : essais sportifs, philosophiques, politiques et œuvres romanesques. On peut citer notamment «Comme des ombres furtives», «Cueille le jour avant la nuit», «La dernière prière», «Camus dans le narguilé», «Il ne fera pas long feu». L’écrivain a été ministre de la communication de mai 2014 à mai 2017.
M. B.

Le Rapace, un roman de Hamid Grine, Casbah Editions, 283 pages, 2019. 800 DA.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions