vendredi 13 dcembre 2019 15:50:40

Solidarité : Le noble geste des praticiens généralistes

La solidarité entre Algériens est beaucoup plus qu'un simple devoir qu'il faut accomplir, pour des considérations qui ne sont pas forcément les mêmes pour tout le monde.

PUBLIE LE : 03-12-2019 | 0:00
D.R

La solidarité entre Algériens est beaucoup plus qu'un simple devoir qu'il faut accomplir, pour des considérations qui ne sont pas forcément les mêmes pour tout le monde. L’entraide est pour les Algériens un geste presque «héréditaire», et donne un sens à leur vie quotidienne. La générosité est sans limite.  Elle n'est certainement pas stéréotypée ou confinée dans les seuls aspects classiques, standardisés par la société ou les traditions.

En fait, l'entraide et le partage  sont plus qu’une simple forme d’aide, les «bienfaiteurs» empruntent mille et un chemins lorsqu’il s’agit de voler au secours de personnes dans le besoin. Chacun y va avec sa touche personnelle et à sa manière, selon ses moyens propres pour manifester son soutien, l’objectif étant de consacrer l'altruisme jusqu'au bout, n’hésitant pas à faire don de leur temps et de leur argent pour la cause qu’ils défendent. C'est le cas de ces hommes et femmes qui ne reculent devant rien, pour honorer le serment d'Hippocrate, allant jusqu'à  assurer des consultations gratuites, ou encore à des sommes symboliques. C’est le cas de ce généraliste d'Akbou, wilaya de Béjaïa, qui soigne ses malades sans recevoir un dinar. Le médecin qui a mis  son savoir depuis 1972 au service  de ses concitoyens -et il n'est pas le seul heureusement- donne une idée sur la volonté de faire du bien, de rendre le sourire aux malades en  leur prodiguant des soins gratuitements. Lahcène Irkiss ou le «toubib des pauvres» comme aiment le surnommer toute la population de la région, qui lui rend honneur pour lui dire à quel point ces habitants lui sont redevables et reconnaissants, a, pendant plus de 50 ans consacré le  droit aux soins même si ces malades n’ont pas un sou pour payer la consultation. La cérémonie organisée, récemment, par les malades et les habitants suffit à témoigner au médecin toute la gratitude et le respect que ces personnes lui témoignent, et ce pour sa bravoure et son dévouement. Les mots étaient forts, profonds et venaient  du cœur de tous ces intervenants qui  avait pris la parole pour remercier monsieur Irkiss L'émotion, de cet homme, avec un grand "H", mais également de la foule qui était présente dans la grande salle, transmise par une chaîne de télévision, se lisait sur les visages. Le Dr. Irkiss, pour répondre à tous ces messages d’amour, de respect et de reconnaissance qui lui ont été adressés, une fois de plus, leur dira, sans surprise, qu’il n’avait fait que son devoir  envers les contribuables grâce auxquels il avait fait ses études de médecine.   Praticien d’Akbou, il n’est pas  l’unique médecin à avoir choisi, d’utiliser son stéthoscope pour une double cause : guérir et tendre la main aux nécessiteux.
Aujourd’hui,  l’on assiste, de plus en plus à l’implication  de nombreux médecins dans ce genre d’actions.  
À Bachdjerah et aux Annassers, deux autres médecins suivent la même voie, et d’autres distribuent aussi  des médicaments et des couvertures aux sans abris, une fois la nuit tombée. C’est dire que tous  les chemins,  aujourd’hui, pour les Algériens mènent à la… solidarité.  Des exemples  à suivre et surtout  à multiplier, un peu partout à travers  le territoire national pour que tout le monde ait accès aux soins.
Samia D.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions