mardi 28 janvier 2020 09:57:30

Droit de l’Afrique au développement : L’attachement constant de l’Algérie

Le vice-président de l'Assemblée populaire nationale, Ferhat Arghib, a réitéré, vendredi depuis Djibouti, la position de l'Algérie en faveur de la défense du droit des Etats africains au développement, et son appel à la réforme du système économique mondial.

PUBLIE LE : 02-12-2019 | 0:00
D.R

Le vice-président de l'Assemblée populaire nationale, Ferhat Arghib, a réitéré, vendredi depuis Djibouti, la position de l'Algérie en faveur de la défense du droit des Etats africains au développement, et son appel à la réforme du système économique mondial.  ntervenant lors de la 42e Conférence des présidents des Parlements membres de l'Union africaine à Djibouti, M. Arghib a réaffirmé "les convictions et la position de l'Algérie en faveur de son droit et du droit des pays africains au développement, et son appel à la   réforme du système économique mondial pour un système plus juste et plus  équitable permettant à tous les pays, notamment les moins développés, de raffermir leur souveraineté économique et de renforcer leurs potentialités nationales matérielles et humaines dans le cadre de la solidarité et de la complémentarité, loin de toute ingérence dans les affaires internes et de toute tentative d'hégémonie".  "L'Algérie œuvre sincèrement et constamment en faveur d'un continent stable et développé à travers des partenariats régionaux et internationaux favorisant la complémentarité économique en Afrique", a souligné le chef de la délégation algérienne, affirmant que "la sécurité et la stabilité sont une condition sine qua non pour la dynamisation du développement". Rappelant que "l'Algérie n'a eu de cesse de contribuer à la réalisation de cet objectif à travers les différents mécanismes décidées par la coopération et la solidarité africaines, dont les mécanismes de lutte   antiterroriste et les crimes afférents, en développant la Convention africaine de lutte contre le terrorisme et l'initiative des pays du Champ au Sahel africain", il a mis en avant son "attachement constant à la résolution des crises par les  voies pacifiques, et par le recours, pour ce qui est des crises difficiles, à des médiations efficientes dans  l'élaboration d'approches permettant de prémunir l'unité et la solidarité des peuples, conformément aux principes de la Charte de l'ONU, contraignants pour l'ensemble de la communauté internationale,   essentiellement la non-ingérence dans les affaires internes des pays et le respect de leur souveraineté".  
 A cette occasion, le vice-président de l'APN a lancé un appel  aux Parlements nationaux pour le "soutien des efforts des gouvernements dans la concrétisation de la solidarité entre les peuple d'Afrique au service de la sécurité, la paix, la stabilité et le développement", plaidant pour "la   contribution efficace à l'élaboration d'une stratégie d'appui aux processus   d'intégration continentale, de protection contre les conflits, les catastrophes, les épidémies et la famine, et de coopération dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, la drogue et le crime organisé".  Concernant la thématique du débat, la contribution des jeunes à la promotion de la démocratie, de la paix, de la sécurité et de l'Etat de droit dans les pays africains", le représentant de l'APN a indiqué que "le   développement participatif est l'approche escomptée face au sous-développement et à l'instabilité en Afrique".  Il a évoqué, à ce propos, "la situation de dépendance au niveau de la   production, l'absence d'alternative économique, le poids de l'endettement extérieur, le manque de ressources humaines qualifiées, la faible maîtrise de la technologique, outre les crises, menaces et risques auxquels est   confronté le continent, et qui sont autant d'entraves supplémentaires au développement". M. Arghib a rappelé, dans ce cadre, l'initiative de l'Union africaine relative à une approche globale de développement à l'horizon 2063 qui "allie les dimensions politique, institutionnelle, sociale, économique et environnementale, tout en œuvrant pour une complémentarité constructive   entre les Etats africains".  
Le vice-président de l'APN a saisi l'occasion pour affirmer que l'Algérie "a rendez-vous avec une échéance démocratique pour élire un président de la République doté de la légitimité démocratique, notamment à la faveur de la   réunion de l'assise juridique et des mécanismes réglementaires garantissant   la transparence, la régularité et la crédibilité de l'élection, ainsi que la protection du choix des citoyens". "C'est là une démarche qui va dans le sens du Hirak pacifique pour une gouvernance consacrant la citoyenneté active comme base de la légitimité, source de la législation et finalité de toutes les politiques publiques", a-t-il conclu.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions