vendredi 13 dcembre 2019 15:38:36

Nouvelles de Mascara, Logements ruraux : Sans électricité

Aménagement urbain : Où sont passés les services chargés du suivi ?

PUBLIE LE : 27-11-2019 | 0:00
D.R

Page animée par Abdelkader GHOMCHI

Des citoyens ayant bénéficié d’une aide à l’habitat rural ont enfin achevé les travaux de construction de leur logement, mais faute de raccordement à l’électricité, hélas, ils ne peuvent les occuper.

Si Abdelkader qu’on a rencontré à proximité de son logement disait : « on remercie l’Etat pour cette aide qui m’a permis de construire un logement, malheureusement, je ne suis pas en mesure de débourser le montant nécessaire pour me raccorder à l’électricité sur plusieurs dizaines de mètres. Un seul pilon coûte plusieurs millions. Nous voilà donc coincés.  on ne peut ni abandonner cette maison ni l’occuper sans électricité. Pour ce problème qui touche plusieurs citoyens, quelle est la solution ?

----------------------------------

Aménagement urbain 
sont passés les services chargés du suivi ?

 

La ville de Maoussa est entrain de subir un aménagement à travers le boulevard qui n’est que le prolongement de la RN 14. Les travaux effectués jusqu’à présent ont en premier lieu causé la destruction de certains arbres de muriers, soit une dégradation de l’environnement et la défiguration de l’ornement de la ville. Ces arbres datent de l’ère coloniale, donc ont un âge avancé et ne peuvent aujourd’hui être remplacés. Les travaux se déroulent d’une manière qui n’est pas conforme, ce qui montre qu’ils s’effectuent en l’absence du suivi et d’hommes connaisseurs de ce genre d’aménagement. Si Mohamed, maçon de son état, disait : «Ce qu’on constate sur le boulevard n’est pas conforme avec la technicité qu’on peut utiliser durant l’aménagement de la ville». En effet, ajoute le maçon, ils ont aménagé les trottoirs, puis ils passent au rigoles, laissant la chaussée en dernier, donc, ils vont revenir au décapage de la chaussée ce qui va automatiquement faire sauter les travaux déjà effectués. c’est du travail bâclé. Si Habib, un retraité de la DTP, dira à son tour : « Pourquoi on n’a pas engagé les travaux du décapage de la chaussée comme prévu, ensuite entamer les trottoirs et les avaloirs ? D’ailleurs, ces avaloirs ont été aménagés il y a moins de deux ans et les voilà qui sont saccagés. cette opération doit faire l’objet d’une enquête avant qu’on ne passe à la deuxième opération.» Beaucoup de choses se disent à propos de cette opération et la population de la ville n’est pas contente de ce qui se passe sous leurs yeux. Si Hadj Ahmed dit : «c’est de la dilapidation des biens du trésor public et nous, habitants de cette ville, on se sent complices.» Les responsables de la Wilaya doivent dépêcher sur le terrain les hommes de métier pour remettre les choses en place avant qu’il ne soit trop tard.

----------------------------------

Période hivernale 
Retour de la pluie tant  attendue

Les pluies de retour avec l’arrivée de l’automne font la joie des fellahs. Les températures ont  légèrement fléchi. Les dernières  chutes de pluie ont fait craindre le pire aux habitants de la région de béni chougrane, notamment les mal-logés des vieux quartiers populaires, dans les grandes agglomérations  ou les maisons menaçant ruine et toujours occupées par des familles.
En dépit de tous les efforts des pouvoirs publics pour éradiquer le vieux bâti et l’habitat précaire, le problème n’est pas entièrement réglé pour ainsi dire et les intempéries causent le plus souvent des dégâts. Des instructions fermes ont été données pour le curage systématique des cours d’eau et des voies de canalisation, des plans d’eau et des oueds et rivières à travers tout le territoire de la wilaya de Mascara.
 L’on a appris qu’après les dernières précipitations pluviales qui n’ont pas dépassé le seuil des 4 mm, les rues et artères et même les axes routiers de circulation sont devenus impraticables. Pour parer à de telles déconvenues, toutes les disposions doivent être prises afin de juguler les phénomènes de dévastation des    cultures à proximité des oueds où généralement l’on constate amèrement la perte des   motos-pompes englouties par les eaux.
Le trafic routier est le plus souvent interrompu. les services techniques des travaux publics  font tout pour évaluer la situation et envisagent des mesures lors des chutes de pluies torrentielles qui s’abattent sur la wilaya de Mascara. Des campagnes de sensibilisation  sont menées à plusieurs niveaux pour sensibiliser les citoyens sur les dangers imminents de la mauvaise utilisation des moyens de chauffage à l’intérieur des foyers et les accidents qu’ils occasionnent faute de voies d’aération et d’évacuation des gaz brulés. 
Plusieurs ruelles principales de la Cité de l’émir ont été inondées en ce début de soirée du dimanche, suite aux premières pluies de l’automne. Les eaux pluviales se sont infiltrées dans beaucoup de maisons et dans les  commerces.
La circulation automobile a été difficile et coupée dans certains quartiers. Toutes les mesures doivent d’être prises pour cerner comme il se doit les conséquences des intempéries.
le travail bâclé a été mis à nu par ces pluies au vu de la dégradation, dans plusieurs localités de la wilaya, des routes et  des chaussées devenues difficilement praticables. Dans les vielles bâtisses précaires, les occupants ont passé une nuit blanche craignant tout éventuel effondrement ou glissement de terrain.

----------------------------------

Formation régionale  
Les procédures d’inventaire et de gestion budgétaire au menu

 

La Maison de l’environnement de Mascara, sous l’égide du CNFE, assure une formation régionale sur la gestion du budget pour 14 Directeurs de maisons d’Environnement représentant 14 wilayas de l’ouest du pays.  Cette formation a été précédée par une autre  au niveau d’Alger pour les maisons de l’Environnement du Centre et sera suivie par une autre également au niveau de l’Est du pays puis une conclusion par une formation nationale pour l’ensemble. La formation au niveau de la maison de l’environnement est assurée par M. Oukmoum Laid.  En marge de la séance de formation, on a rencontré deux directrices, celle d’Ain Temouchent Mme Fatmi Frid Siham nous a déclaré : «la formation programmée par le CNFE s’avère très importante pour les cadres en particulier sur la gestion des budget». Par contre Mme Hafyan Keltoum de la Wilaya de Naâma  dira quant à elle. «On avait besoin d’un stage du genre sur la gestion du budget et sur la gestion des stocks, aujourd’hui, on est satisfait surtout que tous les moyens sont réunis ».  Mme Siham Kortbi Directrice de la maison de l’Environnement dit : «Je suis très contente que la Maison de l’Environnement abrite un stage pareil et je ferai tout ce qui est de mon mieux pour que le stage réussisse et que les stagiaires passent un agréable séjour.»

----------------------------------

Service public
Une postière exemplaire

On a été agréablement surpris de constater en nous rendant à la poste de la commune de sehailia,  à quelques encablures de la daïra de Tighennif, que la préposée au guichet est une femme très jeune mais qui accomplit sa tâche d’une manière exemplaire en se rendant utile et disponible à toutes les demandes des clients de la poste où elle travaille.
Un sourire beat en accueillant les clients qui en dit long sur la courtoisie et l’affabilité de cette  guichetière. Les habitants de cette bourgade ne disent que du bien sur elle, chose inhabituelle d’entendre de tels tendres mots de ces habitants qui ne tarissent pas d’éloges à son égard. un vrai cas de figure de  prestations de service au sens noble du terme car il est très aisé de décrier une mauvaise situation dans n’importe quelle administration mais là c’est tout à fait le contraire et il n’y pas photo quand il s’agit de faire l’analogie avec certains bureaux de poste ou la tension est palpable au premier moment de la journée entre les  clients et les préposés aux guichets qui sont en contact permanent avec le public, notamment pendant les périodes du retrait des paies des différentes couches des salariés et travailleurs des divers secteurs d’activité. Il est faux de croire que le succès est seulement réservé aux professionnels et aux gens d’affaires.

----------------------------------

Circulation
154 motocycles immobilisés

Les services de police de la sécurité publique relevant de la sûreté de wilaya de Mascara ont saisi, durant le mois d’octobre dernier, 154 motocycles.  Le chef de la cellule de communication et des relations publiques a indiqué que les services de la sûreté de wilaya se focalisent, dans leurs opérations, sur la lutte contre les comportements négatifs et toutes formes de troubles causés et autres manœuvres dangereuses par les motocyclistes, ce qui a entraîné 5 accidents corporels durant le mois d’octobre dernier.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions