vendredi 13 dcembre 2019 15:36:50

Consommation : Le couffin fait sa valise

La mercuriale installe sa courbe dans le haut du tableau, pour refixer la logique du maxima et du minima. cette chaine de consommation prend l’allure d’une situation conflictuelle qui met les ménagères en position de victimes quant à la flambée systémique des prix.

PUBLIE LE : 26-11-2019 | 0:00
D.R

La mercuriale installe sa courbe dans le haut du tableau, pour refixer la logique du maxima et du minima. cette chaine de consommation prend l’allure d’une situation conflictuelle qui met les ménagères en position de victimes quant à la flambée systémique des prix.
La pomme de terre reprend son lustre avec le prix exorbitant de 60 da le kilogramme, juste derrière la carotte — qui arrive quelque peu à apaiser cette tension — avec 50 da le kilogramme. Le gouffre est de taille : les ménagères se rabattent sur les cucurbitacées, choux et épinards qui arrivent à échapper à cette sauvage dynamique des prix. La mercuriale en folie affiche la martingale des zéros. Un véritable bras de force est engagé entre les brigades de contrôle des prix et les spéculateurs qui tentent de manipuler l’écriteau. Leur marge bénéficiaire sauvagement fixée dans tous les points de vente fait des émules si bien que même les petits revendeurs de condiments montent au créneau pour vous filer la pâte feuilletée à 80 DA.
Le ton est donné, on devra désormais apprendre à compter à partir de 1.000 DA pour remplir le modique couffin quotidien. Pour un début d'hiver on est bien parti ! A chaque échéance, on nous fait goûter l'amère potion des olives vertes et violettes, le tout … dans la joie et l'allégresse d’une fin d’automne. Les Algériens ont bon dos pour résister passivement à cette guerre imposée contre leur pouvoir d'achat.
L'humour ne manque pas pour effacer le souvenir d'une pénible journée. Le soir venu, on se délecte enfin autour d'un thé et d'une friandise pour faire le bilan d'un parcours du combattant. Au lendemain, on rectifie le tir pour acheter à moindre coût. C'est face à cette adversité imposée que certains arrivent quand même à acheter utile. Ils ne sont pas légion.
Les spéculateurs, jouant sur un répertoire psychologique «du produit manquant», titillent l'ego des ménagères pour les mettre à la merci de l'offre sauvage.
Et comme chaque année, les victimes de ce mélodrame mercantiliste apprennent à leurs dépens que s'il y a spéculation, il y a toujours preneur. La tentation et la boulimie sont autant de facteurs qui font qu'aujourd'hui les prix sont fixés au bon vouloir… des bourses incontrôlées.
Mohamed Bentaleb

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions