mercredi 23 septembre 2020 23:25:59

Réunion à Genève du comité syrien pour une nouvelle constitution : Les prémices d’une entente ?

Le comité syrien, chargé de rédiger une nouvelle Constitution, qui s'est réuni pour la première fois le 30 octobre à Genève sous l’égide des Nations unies, doit poursuivre ses travaux, demain en Suisse, a indiqué, devant le Conseil de sécurité, l’Envoyé onusien pour la Syrie, Geir Pedersen.

PUBLIE LE : 23-11-2019 | 23:00
D.R

Le comité syrien, chargé de rédiger une nouvelle Constitution, qui s'est réuni pour la première fois le 30 octobre à Genève sous l’égide des Nations unies, doit poursuivre ses travaux, demain en Suisse, a indiqué, devant le Conseil de sécurité, l’Envoyé onusien  pour la Syrie, Geir Pedersen.

«Il y a eu de nombreux échanges et des idées ont été avancées. Et ils ont accepté de revenir à Genève, le lundi 25 novembre», a déclaré M. Pedersen, qui briefait les membres du Conseil à New York. «Je félicite les membres du comité de leur courage et de leur patriotisme, lors de leur participation à ces premières procédures et de la manière dont ils l'ont fait. Ce n'était pas facile. Il y avait de la méfiance et de la suspicion et des sentiments forts parmi les membres. Il y avait des sentiments profonds de colère et de perte, personnels et nationaux», a dit le médiateur de l’ONU. Le 30 octobre dernier, pour la première fois en huit ans de conflit, le gouvernement syrien et l’opposition ont accepté de s’asseoir autour d’une table pour discuter de la Constitution. Le Comité constitutionnel syrien est composé de 150 membres représentant le régime, l’opposition et la société civile. «Les récits, les positions et les propositions ont fortement divergé. Parfois, les débats étaient pénibles et les émotions fortes», a relaté M. Pedersen. «Et, pourtant, tout le monde est resté impliqué. Les membres du Comité se sont mis d’accord sur un ordre du jour initial et se sont écoutés.» Selon l’Envoyé de l’ONU pour la Syrie, il serait trop tôt pour dire qu'il existe un accord sur les principes constitutionnels ou sur les questions qui devraient être abordées dans un futur texte constitutionnel et celles qui devraient l'être par d'autres moyens. «Mais il y a eu une discussion initiale solide et il y a des points communs sur lesquels s'appuyer», a-t-il estimé. Sur un autre plan, la 14e réunion des pays garants sur la Syrie se tiendra dans la capitale kazakh, Noursoultane, en décembre, a annoncé le ministre kazakh des Affaires étrangères, Mukhtar Tileuberdi. Le chef de la diplomatie kazakh, cité par l'agence Anadolu, a affirmé que les prochaines discussions sont prévues pour les 10 et 11 décembre, rappelant que la 13e réunion des pays garants s'était déroulée les 1er et 2 août dernier. Cette réunion avait permis à la Turquie, à la Russie et à l'Iran de se mettre d'accord pour entreprendre des mesures concrètes destinées à empêcher les pertes civiles et à assurer la sécurité du personnel militaire des pays garants dans la zone de désescalade à Idleb, en Syrie. Mi-septembre dernier, les trois pays, principaux acteurs internationaux dans le conflit en Syrie, se sont engagés à éviter une nouvelle détérioration de la situation humanitaire dans le bastion rebelle d'Idleb et d'y protéger la population civile. Ces promesses ont figuré dans un communiqué conjoint publié, à l'issue d'un sommet à Ankara qui avait réuni les présidents turc Recep Tayyip Erdogan, russe Vladimir Poutine et iranien Hassan Rohani.     
M. T. et Agences

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions