jeudi 05 dcembre 2019 17:16:37

Présidentielle du 12 décembre : La campagne est lancée !

Les candidats à la présidentielle et les médias ont signé, hier à Alger, la Charte d’Éthique des pratiques électorales, élaborée par l’Autorité nationale indépendante des élections et formant le cadre du comportement moral attendu des acteurs participant au processus électoral.

PUBLIE LE : 17-11-2019 | 0:00
Ph. Wafa

Des dispositions qui visent à instaurer un climat d’une saine compétition, lors de la campagne électorale pour la présidentielle qui débute aujourd’hui.
À l’avenir, il est attendu de voir la charte se hisser en un document référentiel en matière, non pas uniquement des rendez-vous électoraux, mais aussi de l’exercice politique au sens le plus large du terme. Dans son intervention, le président de l’Anie, M. Mohamed Charfi, a qualifié la Charte «d’acquis historique» devant contribuer efficacement à consolider les fondements de la nouvelle Algérie.  «Une Algérie dotée d’un système de représentation démocratique, où le choix libre et souverain du peuple dans l’élection de son dirigeant sera consacré conformément, d’une part, aux vœux des artisans de la glorieuse Révolution de Novembre qui se sont soulevés pour libérer le pays du joug du colonialisme, et, d’autre part, à l’aspiration vivement revendiquée dans le sillage du mouvement pacifique qu’a vécu le pays, ces derniers mois», a encore soutenu M. Charfi. Il rappelle, en outre, que la Charte, initiée par l’ANIE, conformément aux dispositions d’une loi organique, a été élaborée après des concertations autour du principe et du contenu. Il a aussi fait savoir que le recours à l’élaboration de ce genre de document ne constitue pas une «invention», tant des exemples similaires à ce guide de moralisation de la pratique électorale ont déjà été adoptés dans une vingtaine de pays depuis un quart de siècle. Toutefois, a-t-il relevé, ce qui distingue la Charte, première du genre en Algérie, est son caractère à la fois consensuel et astreignant autant pour les membres de l’Anie que pour les candidats, ainsi que les médias nationaux public et privés, tous supports confondus. L’approbation de son contenu par les concernés témoigne «de l’engagement de tous dans le processus de contribution à l’émergence de l’État consensuel fondé sur le libre choix pour tous, en toutes circonstances et chaque fois que nécessaire», a-t-il encore insisté.
Il a tenu, à ce propos, à rappeler que le rôle de l’Anie est d’œuvrer à la consécration des principes de la démocratie constitutionnelle, mettant ainsi en relief le fait que l’autorité qu’il préside aspire, à travers cette initiative, «à concrétiser la pratique consensuelle et l’utiliser comme outil pour atteindre cet objectif».

Les candidats saluent le contenu de la Charte et s’engagent à respecter son contenu
 
Dans leurs déclarations, les candidats ont été unanimes à se féliciter de l’élaboration de ce document, tout en réitérant leur engagement à respecter scrupuleusement ses dispositions. «Depuis sa création en 2012, le Front-El-Moustakbal a toujours inscrit la moralisation de la vie politique parmi les principaux objectifs de son action», a indiqué Abdelaziz Belaïd, président de cette formation. «La signature de la Charte est à la fois un moment grandiose et une action historique. Il s’agit d’un document judicieux et d’un acquis historique pour l’État et pour le peuple», affirme, de son côté, Ali Benflis, président du parti Talai’e El-Hourriyet.
«À travers cette Charte, l’Algérie est résolument engagée dans l’édification d’une réelle démocratie. Nous sommes engagés à mener une campagne électorale propre», dit, pour sa part, Abdelkader Bengrina, président du mouvement El-Bina. «Le document constitue le premier jalon d’une Algérie démocratique et intègre, et son contenu augure de l’instauration d’une nouvelle République à laquelle aspirent les Algériens», a aussi déclaré Abdelmadjid Tebboune, candidat indépendant.
«La Charte est un véritable contrat moral entre les candidats et le peuple, et ses dispositions signent la naissance d’une nouvelle culture basée sur l’intégrité et une compétition loyale», indique Azzeddine Mihoubi, SG par intérim du RND. La cérémonie de la signature de cette charte a eu lieu, en présence de l’ambassadeur coordonnateur résident des Activités opérationnelles du Système des Nations unies pour le développement, de l’ambassadeure de la République d’Indonésie, représentante de l’Organisation de la coopération islamique, de l’ambassadeur du Cameroun, représentant du Groupe africain, de l’ambassadeur du Sultanat d’Oman, représentant de la Ligue arabe, de l’ambassadeur de la Syrie, vice-doyen du corps diplomatique, ainsi que du président de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel. Après les candidats, la Charte a été signée, dans l’après- midi, par les responsables des médias nationaux publics et privés, lors d’une cérémonie tenue sous l’égide du président de l’Anie, ayant notamment exprimé sa «confiance entière en les capacités professionnelles des médias» et qu’il a qualifié de «véritables alliés».
Karim Aoudia

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions