jeudi 05 dcembre 2019 17:11:06

Dernière ligne droite pour les cinq candidats : La communication au cœur de la campagne électorale

La campagne électorale débutera le 17 novembre, et s'annonce assez ardue pour les cinq candidats qui comptent l’investir.

PUBLIE LE : 12-11-2019 | 0:00
D.R

Les cinq candidats retenus pour la présidentielle du 12 décembre prochain peaufinent leurs programme et slogan, pour se lancer dans une compétition électorale qui s'annonce difficile par rapport à un contexte politique inédit, qui nécessite une certaine réactivité par rapport à l’offre électorale.

L’élément fondamental dans la stratégie de communication des candidats est la recherche de l’influence. Les candidats seront donc amenés à exposer leurs idées, projet et programme en vue de convaincre les citoyens. Pour voter sur le candidat de leur choix, ces derniers doivent d’abord parvenir à se faire une opinion sur les thèmes et les sujets d’actualité qui concernent leur vie quotidienne, et surtout ce qu’ils attendent de l’avenir.
C’est dans cette perspective que la loi organique n° 19-08 relative au régime électoral stipule dans son article 177 que, «tout candidat aux élections locales, législatives ou présidentielles dispose, pour présenter son programme aux électeurs, d’un accès équitable aux médias audiovisuels autorisés à exercer en application de la législation et de la réglementation en vigueur».
Dans ce contexte, et selon le même article, «la durée des émissions accordées est égale pour chacun des candidats aux élections présidentielles». Il est clair, aux termes de cet article, que le législateur algérien a pris en considération la très grande disparité des moyens financiers dont disposent les candidats.
La recherche de l’équilibre et de l’égalité est l’un des premiers objectifs recherchés : accorder à chacun des candidats un accès équitable aux médias audiovisuels nationaux dans les mêmes conditions, les mêmes chances et les mêmes conditions techniques, surtout pour se faire connaître auprès des électeurs, et de leur présenter le programme électoral et les projets élaborés.
Partant de là, l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) est entrée en scène, en annonçant, il y a quelques jours, qu’elle travaille en coordination avec l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) sur la question du passage des candidats à la présidentielle sur les différents supports médiatiques de l’audiovisuel, afin d’assurer une répartition équitable du temps alloué à chaque candidat.
Cette mesure vient en application de la nouvelle loi portant création de l’ANIE, qui stipule que «la répartition d’une manière juste et équitable du temps d’antenne dans les médias audiovisuels nationaux au profit des candidats, en coordination avec l’Autorité de régulation de l’audiovisuel, est parmi les missions qui sont dévolues à l’ANIE, ainsi que la facilitation du travail des institutions médiatiques et des journalistes pour leur permettre de suivre les différentes phases des opérations électorales».
Abondant dans ce sens, l’ARAV a fait savoir qu’elle a saisi l’ensemble des intervenants de l’audiovisuel, aussi bien publics que privés, afin de les «inviter à s’éloigner du sensationnel et de l’alarmisme lors de la couverture du scrutin du 12 décembre prochain», tout en leur réitérant «sa confiance quant à leur sens de responsabilité et de conscience professionnelle». L’ARAV recommande, dans le même ordre d’idées, «d’être à la hauteur de cet événement électoral qui constitue une amorce de la concrétisation de la solution constitutionnelle de la crise que vit le pays, et ce, à travers l’élection d’un président de la République qui, fort de sa légitimité, pourra exercer ses prérogatives constitutionnelles». L’ANIE travaille actuellement sur un projet, en collaboration avec l’ARAV, afin d’organiser des débats télévisés entre les candidats à la présidentielle du 12 décembre, selon Abdelhafidh Milat, vice-président de cette instance.
Il faut rappeler dans ce contexte que l’ANIE avait proposé une charte d’éthique de la pratique électorale entre les candidats et les chaînes de télévision. Quant à l’objectif de ladite charte, selon la même source, c’est l’instauration d’un climat de campagne où tous les acteurs, dont la presse, devraient respecter ladite charte sans dérapage, le respect de l’autre, et assurer le fair-play, afin d’éviter tout dépassement verbal ou autres.
    Tahar Kaidi

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions