vendredi 06 dcembre 2019 18:16:03

Formation et enseignement professionnels : Développer l’offre de places pédagogiques

Améliorer la qualité de la formation

PUBLIE LE : 11-11-2019 | 0:00
D.R


La conférence nationale de la formation et de l’enseignement professionnels s’est ouverte, hier, à l’Institut national de la formation et l’enseignement professionnels d’El Biar. Présidée par le ministre de l’Enseignement et de la Formation professionnels, cette importante rencontre examinera en profondeur les travaux des conférences régionales, l’évaluation de la rentrée de septembre dernier ainsi que l’établissement d’un plan d’action pour préparer la prochaine rentrée en février 2020. Il est question d’arrêter les principaux axes du programme d’action pour l’année 2020, d’adopter les recommandations des conférences régionales concernant les thèmes examinés et formuler des propositions et les modalités pratiques de mise en œuvre. Cette conférence est une occasion de tirer les conclusions quant à l’amélioration des performances et de la gouvernance des établissements du secteur. Dans son allocution d’ouverture, M. Dada Moussa Belkhir a indiqué que les participants arrêteront un plan d’action relatif à la préparation de la rentrée de février 2020 et les principaux axes du programme d’action du secteur pour la même année. Il a précisé qu’il est nécessaire de poursuivre les actions dégagées et de prendre des mesures «complémentaires» pour offrir « davantage» de places pédagogiques possibles aux jeunes qui n’ont pas eu accès à une formation lors de la rentrée de septembre 2019. «Cela se fera à travers l’identification des nouveaux établissements qui seront réceptionnés et mis en service, la livraison dans les délais des équipements programmés et le redéploiement des équipements au niveau local selon les procédures en vigueur et la rationalisation de l’utilisation des moyens disponibles, sans oublier l’engagement d’une campagne d’information et de sensibilisation en direction de toutes les catégories de la population en collaboration avec les différents partenaires du secteur», a-t-il expliqué.

Améliorer la qualité de la formation

Selon le ministre, il est «indispensable» de poursuivre la politique et les actions engagées pour l’amélioration des performances du secteur à travers la «formation» et le «perfectionnement» des ressources humaines, la «généralisation» de l’utilisation de l’outil informatique, le «dialogue» et la «concertation» avec le partenaire social, «l’amélioration constante» de la qualité de la formation, en particulier, de formateurs, «l’actualisation» et «l’adaptation» des programmes, le «développement» des filières d’excellence avec les partenaires nationaux et étrangers leaders dans leur domaine d’activité. «Les actions engagées visent à adapter la formation aux besoins des utilisateurs et du marché du travail, à diversifier l’offre de formation et la prise en charge de la formation des différentes catégories ; à développer les modes de formation, notamment l’apprentissage et la formation à distance ; et la relance du baccalauréat professionnel sur la base des conclusions de la commission interministérielle et des décisions du gouvernement», a-t-il détaillé. Concernant cette conférence, le ministre a affirmé qu’elle devra examiner et adopter les recommandations des conférences régionales relatives à la révision de la procédure d’acquisition, d’affectation et de gestion des équipements et des compléments d’équipements, à la création d’établissements publics dédiés exclusivement à la formation par apprentissage, et à la révision du système d’évaluation du cursus de la formation professionnelle initiale. Il précisera à cette occasion que les recommandations et les propositions de la réunion constitueront la «feuille de route» au titre de l’année 2020 et « même au-delà», en ce sens que ces recommandations concernent les principaux axes de développement du secteur.
Quant aux établissements privés, agréés par le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Dada Moussa Belkhir nous fait savoir qu’une journée d’étude sera programmée prochainement pour débattre de l’organisation et de la gestion de la formation privée, notamment pour définir les modalités relatives aux examens et à l’inspection. «Afin de permettre à ces établissements de se mettre en conformité selon les dispositions du cahier des charges, nous avons convenu de proroger d’une année le délai initial, fixé au 31 décembre 2019, pour la mise en conformité», a-t-il révélé, exhortant les participants à s’impliquer «complètement» pour «aboutir  aux résultats escomptés en matière de développement du secteur et d’amélioration de ses performances».
    Mohamed Mendaci
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions