jeudi 05 dcembre 2019 17:22:11

Usine Peugeot d’Oran : Opérationnelle en mai prochain

Une capacité de production de 75.000 unités.

PUBLIE LE : 10-11-2019 | 0:00
D.R

L’usine bénéficiera des dernières avancées du Groupe PSA.

L’usine de production automobile du Groupe Peugeot Citroën (PSA) en Algérie sera inaugurée au courant du premier semestre 2020 à Oran, et devrait être opérationnelle au mois de mai prochain, avec une capacité nominale de production de 50.000 unités, dans une première étape, avant d’augmenter la cadence d’assemblage pour atteindre les 75.000 unités. C’est ce qu’a affirmé, jeudi, Samir Cherfan, directeur de la région Moyen-Orient-Afrique à PSA lors des essais dynamiques de la nouvelle Peugeot 208 au Maroc. « L’usine commence à prendre forme », a-t-il expliqué.
A la question sur la position de l’usine algérienne par rapport à celle de Kenitra (Maroc), le dirigeant du Groupe PSA soulignera que le projet algérien bénéficiera de « l’ensemble des avancées » du Groupe en termes de performances et de fabrication, au même titre que l’usine de Kenitra.
Il indiquera aux journalistes algériens que le site sur lequel seront assemblés les modèles de la marque au lion « Made in bladi » est encore en construction et que les travaux de réalisation avancent à une cadence « soutenue ». Le conférencier, qui n’a pas voulu divulguer les modèles que l’usine produira, indiquera que l’assemblage s’effectuera en mode CKD avec une intégration locale et comprendra des modèles Peugeot, Citroën et peut-être même Opel, la marque allemande qui a rejoint le Groupe PSA après avoir été lâchée par l’américain General Motors. « Le groupe PSA dispose de plateformes modulables, aucun modèle d’aucune marque du groupe PSA (Peugeot, Citroën, DS et Opel) ne pourrait être exclu », ajoutera le cadre du groupe automobile français.
Concernant le taux d’intégration, le nouveau directeur de la région Afrique et Moyen-Orient a souligné que PSA «respectera » les conditions imposées par le ministère de l’Industrie, à savoir atteindre le taux de 15% durant les trois premières années, avant de passer à 40% durant les deux années qui suivent. Cherfan révélera que son groupe est en discussion avec quelques fournisseurs et sous-traitants algériens avec lesquels il nouera des partenariats, en sus de plusieurs autres européens que Peugeot invitera à investir en Algérie pour fournir les pièces nécessaires à l’assemblage des modèles PSA. « Pour réaliser cette intégration, nous allons construire des partenariats avec des équipementiers locaux et internationaux qui vont monter progressivement en puissance », a-t-il noté. Le cadre de PSA rejoint ainsi les déclarations de la ministre de l’Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt, qui avait affirmé que des conventions seront signées avant la fin de l’année 2019 avec des équipementiers automobiles pour fabriquer en Algérie les pièces et composants nécessaires pour les usines d’assemblage de véhicules. La construction de l’usine de la marque au lion permettra à Peugeot de « reconquérir » sa place dans le marché algérien après une absence remarquée depuis quelques années, suite à l’arrêt des importations de véhicules et l’imposition de quotas pour les quatre usines de montage. Le cadre du groupe français soulignera que l’usine algérienne exportera vers les pays africains ses modèles après un certain temps.  Dans le même ordre d’idées, l’ancien DG de Peugeot Algérie, Yves Peyrot Des Gachons, a précisé que le groupe PSA s’est toujours plié aux exigences des autorités algériennes et aux instructions données par les partenaires gouvernementaux. «On a un type de production extrêmement flexible et on saura s’adapter à toutes les situations, ce qui nous permettra d’exporter nos modèles à l’international », a-t-il affirmé. Le projet qui coûtera un peu plus de 550 millions d’euros prévoit également la création de plus d’un millier de postes d’emploi directs et indirects en premier lieu, avant d’augmenter ce nombre en fonction de la hausse de la capacité de production.
Au sujet du nombre de modèles que l’usine production PCPA (Peugeot Citroën Production Algérie) produira, Yves Peyrot Des Gachons dira : « Nous n’allons pas produire une vingtaine de modèles, ce sera pas plus que quatre. » « Nous sommes en étroite communication avec les autorités algériennes quant à l’avancement de la réalisation du projet et nous avançons à pleine charge, sans aucune hésitation, pour la concrétisation du projet et ainsi remettre nos marques à la place qu’elles méritent sur le marché algérien », a conclu Cherfan.
Mohamed Mendaci
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions