jeudi 14 novembre 2019 06:03:09

Santé et développement de la population : Miraoui salue les progrès enregistrés par l’Algérie

La Conférence internationale sur la population et le développement se tiendra du 12 au 14 novembre prochains à Nairobi (Kenya).

PUBLIE LE : 09-11-2019 | 0:00
Ph. Louiza M.
 
Des progrès notables ont été enregistrés par l’Algérie en matière de santé et de développement de la population et les réalisations accomplies sur le plan organisationnel et structurel ont concerné plusieurs domaines.
C’est ce qu’a assuré, ce jeudi, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière lors d’une rencontre d'évaluation des réalisations en matière de population et de développement, dans le cadre des engagements des Etats en faveur de la mise en œuvre du programme de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD), qui s'est tenue au Caire, en 1994. Mohamed Miraoui, qui a passé en revue les réalisations accomplies par notre pays 25 années après la tenue de la CIPD, a évoqué en premier la promotion de la santé de la mère et de l’enfant à travers la réduction de la mortalité maternelle. A en croire ses dires, celle-ci est passée de 300  pour 100.000 naissances vivantes durant les années 80, à 57 décès maternels pour 100.000 naissances vivantes ces dernières années. Il citera également la réduction de la mortalité infantile et l’instauration du programme élargi de vaccination qui a été actualisé récemment. «Ce programme de vaccination a réussi à éradiquer plusieurs maladies graves», a-t-il expliqué, se félicitant également des progrès observés également en matière de planification familiale et de lutte contre les maladies transmissibles comme le Sida. 
Sur le plan organisationnel, le ministre a fait part de la création d’une direction centrale dans la structure organisationnelle et rappelé la création du Comité national de la population regroupant 17 départements ministériels, 10 organismes en relation avec la population, 5 associations et 5 experts, soulignant le rôle « important » de la commission sectorielle chargée de la santé productive et de la planification familiale dont les prérogatives ont été élargies à la «promotion du bien-être» de l’individu. Aussi, il a relevé l'intérêt « particulier » accordé par les pouvoirs publics à la promotion et à la protection des droits de la femme et de l'enfant, traduit, selon lui, par la création du ministère de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme qui s’attelle à « multiplier » les actions susceptibles de « promouvoir » leurs droits et de « les protéger ».
Dans le même contexte, Miraoui a indiqué que la nouvelle loi sur la santé, parue au Journal officiel en juillet 2018, a consacré des chapitres « à part entière » à la santé maternelle et infantile, à la santé de la reproduction, à la planification familiale, à la santé des adolescents, des personnes handicapées et aux besoins spécifiques et des personnes âgées se trouvant en situation difficile. Il a précisé dans ce sens que le principe de l’égalité sans aucune discrimination entre les deux sexes est un principe consacré par la Constitution et la législation algérienne dans tous les domaines, social, économique et politique.
 
Réalisation de 32 EHS et 1.700 polycliniques en 20 ans !
Evoquant les réalisations enregistrées en matière d’infrastructures de base, il a révélé la réalisation de 32 établissements hospitaliers spécialisés (EHS) depuis l’année 2000, en vue de prendre en charge la santé de la mère et de l’enfant, en sus de 1.700 polycliniques réparties sur l’ensemble du territoire national. « Ces polycliniques assurent des services de santé dans le domaine de la santé de reproduction et du planning familial, la distribution gratuite de contraceptifs, et le dépistage précoce pour la prévention du cancer du col de l'utérus», a-t-il expliqué.
En matière de lutte contre le Sida, le ministre a indiqué que l’Algérie dispose actuellement de 62 centres de dépistage volontaire du virus et 15 autres centres de référence pour le traitement et la prise en charge des malades atteints de cette maladie, outre un centre de référence au niveau de l’Institut Pasteur d’Alger. Il dira qu’en dépit de toutes ces réalisations, des efforts « supplémentaires » sont « nécessaires » pour « relever les défis » et « renouveler nos engagements» sur le plan national et international au programme d’action de la Conférence sur la population et le développement à l’horizon 2030. «D’autres engagements et d'autres défis nous attendent, notamment en ce qui concerne la poursuite de la réduction de la mortalité des femmes enceintes et des nourrissons», a-t-il noté, ajoutant que notre pays participera à la conférence pour présenter nos engagements en matière d’accélération dans l’application de la stratégie mondiale de la population et du développement.
Pour sa part, la représentante du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), Wahiba Sekkani, a souligné les efforts du Fonds pour accompagner l'Algérie dans le domaine de la recherche sur la population et l'élaboration d'enquêtes nationales tous les cinq ans, et réitéré le soutien du FNUAP pour la mise en œuvre du programme de la conférence du Caire, qui comprend 39 indicateurs de développement contribuant à la réalisation des Objectifs du développement durable à l'horizon 2030.
Kamélia Hadjib
 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions