jeudi 14 novembre 2019 06:12:26

Célébration d’El-Maoulid Ennabaoui

Chaque année et comme partout ailleurs, le Mouloud Ennabaoui est un jour béni, célébré comme il se doit, une circonstance pleine de spiritualité et de festivités.

PUBLIE LE : 09-11-2019 | 0:00
D.R

BECHAR : Spiritualité et Festivités

Chaque année et comme partout ailleurs, le Mouloud Ennabaoui est un jour béni, célébré comme il se doit, une  circonstance pleine de spiritualité et de festivités.
 
La célébration de l’anniversaire de la naissance du Prophète Mohammed (QSSL) et qui coïncide avec le 12 Rabïe El Awal, est fêtée à Béchar, d’abord en famille, autour d’un repas très spécial, avec des bougies allumées dans les balcons et les intérieurs, et l’odeur du «bkhour», «djaoui» et «amber » qui embaument tous les espaces. 
Après ce copieux diner, c’est le thé avec les fruits secs et frais, dans une atmosphère de joie, de gaîté et de partage. Alors que les hommes s’empressent d’évoquer, dans une ambiance sereine, pleine de spiritualité, certaines conduites du Prophète (QSSL) et de ses enseignements, les femmes s’adonnent à cœur joie à des ritournelles religieuses, à la cadence du tambour et des claquements de mains rythmés, pour exprimer toute l’affection et l’amour profond au plus noble des envoyés de Dieu. 
Célébrer cet événement, c’est aussi penser aux pauvres et aux nécessiteux. Un geste que beaucoup d’associations de bienfaisance s’évertuent à perpétrer, en ce jour, en leur organisant des repas et leur offrant des présents, alors que beaucoup de familles organisent la circoncision des petits garçons. Une occasion également pour faire la « zakat ». Si l’ambiance de Mouloud Ennabaoui est palpable bien avant le jour même de sa célébration, à travers tous ces étals de divers produits (bougies multicolores, henné, objets hétéroclites et même les pétards ) proposés dans les marchés et chez les commerçants (avides de gains rapides, comme pour toute fête religieuse), la sainteté de cet anniversaire de la naissance du Prophète (QSSL) se fait d’autant plus ressentir au niveau des mosquées où l’on se recueille pour la récitation du Saint Coran, en marge des «Hadith» qui y sont également alloués pour la circonstance. Enfin, le Mouloud Ennabaoui, c’est aussi le septième jour de la naissance du Prophète (QSSL), fêté en grande pompe aussi bien à Béni-Abbès qu’à Timimoun. Une dimension spirituelle supplémentaire à cet événement.  
 
Ramdane Bezza
MOSTAGANEM
Tbouchir, une tradition relayée de génération en génération
 
 La célébration du Mawlid Ennabaoui a un cachet particulier dans la wilaya de Mostaganem où les ménages se font un point d'honneur de perpétuer, comme le faisaient les ancêtres, la tradition de «Tbouchir» ou «Bouchra» pour célébrer la naissance du Prophète Mohamed (QSSSL).
Les Mostaganémois accueillent cette fête dans une ambiance de solidarité et d'entraide familiale marquée par la préparation de festins et des réunions de récitation collective du Coran.
Dans les zaouias soufies, les mouridine (adeptes) organisent des séances de «samaâ» (madihs) et les habitants de Tijditt et de Bouguirat conservent encore la tradition de Tbouchir.
 
Tidjdit au cœur de la célébration du Mawlid Ennabaoui à Mostaganem
 
La célébration du Mawlid Ennabaoui à Mostaganem commence au début du mois de Rabie El Awal de l'Hégire et se poursuit une semaine après la naissance du prophète (QSSSL). Les festivités se déroulent en famille, dans les mosquées, les zaouias et même dans la rue qui enregistre pendant plusieurs jours des processions de «Tbouchir», indique le moqadem (préposé) de la zaouia alaouia de Tijditt, cheikh Moulay Bentounès.
«Tbouchir» est une coutume mostaganémoise héritée des ancêtres qui se regroupaient dans la vieille mosquée de Sidi Mohamed Allal pour se lancer dans un cortège, suivi d'une ribambelle d'enfants vêtus d'habits traditionnels, sillonnant les artères de la vieille Médina de Tijditt, entonnant des louanges à Allah et à Son Prophète Mohamed (QSSSL) sous les youyous fusant des balcons où les femmes aspergeaient la procession avec de l’eau de fleur. Les vers sont déclamés par la foule lors des Tbouchir louant les qualités du Sceau des Prophètes.
En pareille fête, précise cheikh Moulay Bentounes, les ménages de Mostaganem, attachées à leurs traditions culinaires, ornent les mains des enfants de henné, préparent des plats de couscous au poulet, du trida et du r'fiss autour desquels se réunissent tous les membres de leurs familles la nuit du Mawlidf Ennabaoui, avant de souligner que les louanges et la prière sur le Messager lors du cortège de Tbouchir est un signe de fidélité à la Sunna du Prophète (QSSSL) et une expression d'amour envers lui.
 
Des cortèges de Bouchra après la prière d'El Icha à Bouguirat
 
La célébration du Mawlid Ennabaoui se distingue, dans la région de Bouguirat (sud de Mostaganem), par un rituel qui débute spontanément au mois de Rabie El Awal pour exprimer, chaque nuit après la prière d’El Icha, la joie d'accueillir l'anniversaire de la naissance du Prophète Mohamed (QSSSL), indique Khettab Tekkouk, président de l’association soufie cheikh Mohamed Ben Ali Es-Senoussi.
 La tradition de Bouchra se déroule à Bouguirat, chaque nuit, jusqu’à la célébration du Mawlid Ennabaoui, jour où les cortèges se dirigent vers le mausolée de Sidi Charef, situé à quelques encablures de la zaouia du cheikh Ben Tekkouk (zaouia Senoussia) à El Araar où s'organise une veillée religieuse de récitation du Coran par les talebs (étudiant) et de la Bourda par les mouridine (disciples), soutient-on.
M. Tekkouk a souligné que la célébration collective autour de plats traditionnels renforce la fraternité entre mouridine qui revisitent la vie sainte du Prophète et affirme le rôle de la zaouia Senoussia dans la perpétuation de la sunna et les valeurs islamiques de solidarité et de tolérance.
 
Mawlid et Sebouê, des traditions ancrées
 
La célébration du Mawlid Ennabaoui se déroule dans une belle ambiance, où la joie de vivre se conjugue aisément avec les pratiques de dévotion, fait remarquer la chargée du patrimoine immatériel à la direction de la culture, Kheira Belhocine.
La fête est l’occasion du grand nettoyage des maisons et l’achat d'ustensiles et autres objets domestiques. La famille se regroupe autour de tables garnies de gâteaux et de plats traditionnels, comme à la naissance d'un bébé, où berkoukès au poulet, trida,  rogag, rfis et makenta (tammina), entre autres mets et gourmandises.
Les familles à Mostaganem célèbrent cette occasion religieuse en ornant les mains des enfants avec du henné et en les vêtant de costumes traditionnels et illuminent les balcons et intérieurs avec des bougies. Certains ménages saisissent aussi cette occasion pour la circoncision des enfants, souligne-t-on.
Parallèlement à ces traditions, les mosquées et les zaouias célèbrent cette fête par la récitation de qacidate de madih dont «Houmazia» du cheikh Nabhani qui compte 1.000 vers sur la vie sainte du Prophète (QSSS), "El Bourda" d'El Boussairi et des poèmes de Sidi Boumediène Chouaib  et du cheikh El Alaoui, ainsi que des hadiths du cheikh El Kairaouani expliquant la conduite du Sceau des Prophètes.
CHLEF
Perpétuer la Sira Nabaouia à travers «Floukete El Maoulid» 
 
La célébration d'El Mawlid Ennabaoui Echarif constitue, outre la perpétuation de la Sira Nabaouia (Conduite du prophète) et ses vertus et mérites, une occasion pour les familles de la ville de Ténès (55 km au nord-ouest de Chlef ) d'affirmer leur fidélité au prophète de l’Islam (QSSSL), mais, également, leur attachement à l’héritage de leurs aïeux en remettant au goût du jour «Floukete El Maoulid» (l'embarcation ou la nef du Mawlid Ennabaoui).
Pour fêter la naissance du prophète Mohamed (QSSSL), la population locale se lance, tradition oblige, à l'ornement d'une barque qui sillonnera les rues de la ville aux sons de chants religieux exécutés par une troupe des Aissaoua. Tout au long de son parcours «Floukete El Maoulid», aux décorations lumineuses et variées, commence à s'ébranler pesamment suivie par une nuée d’enfants semant joie et allégresse sur son passage.
Cette barque festive, dont la tradition remonte aux années 30 du siècle dernier, constituait un symbole vivant de l’attachement de la population locale à son identité islamique et algérienne, et représentait aussi un moyen pour faire face aux campagnes d’évangélisation de l’époque.
Tout est mis à contribution pour orner la barque avec des lanternes et bougies multicolores, en vue de son lancement programmé annuellement à la fin de la prière du Maghreb à partir de la mosquée «Sidi Maiiza» de Ténès.
Selon Merouane Safta, enseignant en histoire et guide touristique de son état, l’histoire de cette barque remonte à l’ère coloniale, lorsque le comité des sages de la ville de Ténès a imaginé cette manière de célébrer le Mawlid Ennabaoui Echarif, en réponse aux colons qui célébraient la vierge Marie, en portant sa statue, à pied, du centre ville jusqu'à ses hauteurs.
Pour les anciens habitants de Ténès, cette embarcation était une manière à eux de rejeter subtilement les tentatives françaises d’évangélisation de leur ville, réputée, à travers les époques, pour ses valeurs et monuments islamiques. D’où l’idée de cette barque, tirée à travers les ruelles par les jeunes et les enfants de la ville, à chaque célébration de la naissance du prophète (QSSSL), a expliqué M. Safta.
Chaque année, à cette période, une cérémonie religieuse, marquée par des récitations du Coran, a lieu au niveau de la vieille mosquée Sidi Maiiza, après la prière du Maghreb, avant le lancement, par les habitants de la région, de cette barque, scintillante aux lumières des bougies et lanternes, à travers les ruelles du vieux Ténès, en passant par le port, puis la ville coloniale, avant de revenir à son point de départ (mosquée) dans un long cortège avançant aux rythmes des chants religieux et des youyous lancés par des femmes, le tout ponctués par les notes de la troupe Aissaoua.
Un concitoyen, Mohamed Daykhi, a salué, pour sa part, «cette belle tradition qui laisse un souvenir impérissable dans l’esprit des enfants de cette région, qui a su vaillamment faire face à toutes les campagnes d’évangélisation françaises», a-t-il soutenu. 
 
 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions