jeudi 14 novembre 2019 06:12:00

Nouvelles de Mascara, Zone humide de la MACTA : quel avenir ?

Gare routière : Mouvement de protestation des taxieurs

PUBLIE LE : 30-10-2019 | 1:00
D.R

La zone humide qui s’étant sur une superficie de 45.000 hectares zone optimale se trouve dans une dépression triangulaire parallèle au littoral méditerranéen à l’Ouest de l’Algérie. Elle est classée dans la convention de RAMSAR (Iran) depuis 2001,  couvrant 23.000 ha, où est localisée la biodiversité végétale la plus importante. Avec des habitants des plus remarquables qui varient avec la dynamique temporelle de l’eau, les marais de la Macta constituent un habitat naturel particulier d’une importance primordiale pour la conservation de la biodiversité. C’est un habitat indispensable pour l’hivernage et la nidification des oiseaux migrateurs. Il joue un rôle écologique important. Mais de leur localisation en bordure littorale, les marais de la Macta sont exposés à différentes menaces allant des menaces endogènes, salination,
érosion hydrique et érosion éolienne, le pompage pour l’irrigation des cultures agricoles, le pâturage des cheptels ovins et bovins qui ne cessent d’augmenter, la pollution, les décharges qui sont au nombre de 25, dont 8 sauvages et 7 autorisées et non contrôlées, la pollution d’origine terrestres, les pollutions marines et atmosphériques, générées par l’industrie pétrochimique le long du golfe d’Arzew. Les conséquences pourraient être irréversibles pour la zone humide de la Macta si des mesures ne sont pas prises dans l’immédiat. Mais qui en a la
charge ? Si la Macta demeure une zone à l’abandon administrativement, elle n’est gérée par aucun secteur, sans identité si on peut dire, et chaque administration la renvoie à l’autre. Les services de l’environnement affirment qu’elle ne dépend pas de leur secteur, la direction de l’agriculture, s’en lave les mains, alors que la direction des forêts gère un patrimoine qui ne dépend pas de ses prérogatives. Une zone humide qui abrite une faune très importante, menacée, en effet, la Macta a comptabilisé plus de 24.000 oiseaux en 2015 dont plusieurs espèces inscrits sur la liste rouge de l’IUCN, alors que les services des Forêts agissent comme ils peuvent quant à la protection d’un patrimoine qui ne dépend pas de leur autorité, et pour lequel ils ne peuvent ni sanctionner ni verbaliser les personnes réfractaires. D’ailleurs, on se demande comment se fait-il qu’une zone soit classée mondialement et nécessite une protection, alors qu’elle n’a pas de statut dans le pays propriétaire qui n’est pas en mesure de la réglementer, lui offrir une carte d’identité officielle qui peut lui garantir une survie ? Il y a une importante faune animale et végétale qui se trouve sur le point de disparaitre et qui peut causer une catastrophe écologique par la faute de certaines administrations qui ne veulent pas jouer le jeu, même s’il est dans l’intérêt de la nation. A titre d’exemple, une association fait des pieds et des mains pour bénéficier d’un projet de proximité au niveau du ministère de l’Environnement, et par la faute de la direction de l’environnement de la wilaya, le projet a failli être annulé, faute de communication entre ce dernier et la wilaya. Heureusement que la DRAG a sauvé la mise pour que ce projet soit maintenu et le voilà qui accuse un retard de deux ans. Qui doit-on incriminer ?
La zone humide et la Macta sont en danger

----------------------------

GARE ROUTIÈRE
Mouvement de protestation des taxieurs

En cette fin de semaine et suite à la grève qui a été déclenchée par les taxieurs lors de laquelle, les transporteurs ont exposé leurs préoccupations, le wali de Mascara, a tenu une réunion au niveau du cabinet en présence des cadres concernés, des syndicats des transports et des représentants des transporteurs, lesquels ont exposé le problème de la dégradation et la mauvaise gestion de la gare routière, la permanence, le tarif des entrées des véhicules, l’activité des clandestins, le renforcement de la ligne de transport entre la ville de Mohamadia et le pôle urbain en affectant des taxis.
Les points exposés ont fait l’objet de discussions avec les directeurs concernés de l’exécutif et les représentants des transporteurs au sein de la direction des transports, ainsi que les représentants des services de sécurité, des impôts et des mines.
 Ces derniers ont réussi à solutionner certains souci, en attendant de résoudre tous les problèmes enregistrés à moyen terme. Ensuite, la parole est donné au chef de la daïra de Mascara et le P/APC qui ont déclaré que la gare routière va connaitre un aménagement qui porte sur la réalisation d’un poste de police dont les travaux sont a 40 %, l’aménagement des voies à l’intérieur de la gare routière. Les travaux ont déjà commencé. Le Wali a insisté sur l’étude immédiate d’un château d’eau et la mise en place des bassins pour approvisionner la gare, la peinture et l’éclairage en LED dans un délai qui ne dépasse pas les trois semaines. L’installation d’abris de bus et surtout une étude pour moderniser la gare routière sont inscrits dans le budget 2020.
Le wali a ordonné au chef de la Daïra et le
P/APC d’installer des caméras de surveillance dans le périmètre de la gare routière pour que ces lieux soient surveillés à partir du poste de police, ce qui dissuadera les véhicules clandestins.

----------------------------

JOURNÉE NATIONALE DE L’ARBRE
Célébrée aux côtés des forestiers

Le wali de Mascara a célébré aux cotés des forestiers de la Conservation de Mascara, la journée de l’Arbre où il a planté un arbre symbolisant l’évènement. À cette occasion, le wali a eu droit à des explications sur le programme de reboisement de toute l’année, à travers le territoire de la wilaya.
 L’objectif de cette journée est de susciter une mobilisation générale de toute la population pour la restauration des forêts et les monts dégradés de notre wilaya. Il faut créer des campagnes de plantation, d’entretien des montagnes et bois, la protection de la nouvelle faune arboricole et celle nouvellement mise en terre.  L’arbre est l’ami de l’être avec ses multiples fonctions et ses services socio-économiques. Les femmes et hommes en vert qui sont des forestiers doivent être reconnus et récompensés. Ce sont des acteurs intervenants dans le domaine forestier et ce sont eux qui préservent nos ressources forestières. 

----------------------------

FORMATION DE JOURNALISTES SUR L’ENVIRONNEMENT

La Maison de l’Environnement de Mascara a abrité une formation pour une quinzaine de journalistes dans la spécialitée «environnement», dispensée par le ministère de l’Environnement et assurée par l’Institut national des formations sur l’environnement et ce durant douze jours. 
Cette formation, qui  est sanctionnée par une attestation, a porté sur cinq importants thèmes, chacun  assuré par un Docteur de l’université de Mascara. La formation qui s’est déroulée dans de très bonnes conditions, s’est déroulée au niveau de la maison de l’environnement de la wilaya de Mascara, suivant un programme pédagogique mis en place par le Conservatoire national des formations à l’environnement, une information environnementale de premier ordre, notamment la gestion technique des déchets ainsi que la préservation de la biodiversité dans le circuit de la production propre et la consommation durable dans une économie verte et de énergies renouvelables.

----------------------------

Santé
37 nouveaux spécialistes 

Pas moins de 37 nouveaux spécialistes sont en poste dans les établissements de santé de la wilaya de Mascara après avoir été affectés par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, a-t-on appris dimanche du directeur de la santé, le Dr Lamri Mohamed.  Dans une déclaration à la presse,
le Dr Lamri a fait savoir que la wilaya a employé dernièrement 37 nouveaux spécialistes en cardiovasculaire, gynécologie obstétrique, chirurgie générale, radiologie, réanimation et néphrologie, dans les établissements de santé et pris en charge pour ce qui est du logement afin d'assurer des prestations sanitaires nécessaires à la population.  Ainsi, neuf spécialistes n’ont pas rejoint encore leurs postes en attendant l’achèvement des procédures administratives pour combler le déficit en matière de spécialités, notamment en médecine physique, maladies cardiovasculaires et chirurgie générale dans certains établissements. Le directeur de la santé de la wilaya de Mascara a évoqué un manque dans certaines spécialités médicales, notamment en réanimation, radiologie, néphrologie, maladies des voies urinaires, soulignant que les postes seront assurés progressivement au fur et à mesure de venue de spécialistes. Le Dr. Lamri s'est félicité de l’amélioration que connaît le secteur de la   santé dans la wilaya de Mascara, notamment en gynécologie où les transferts vers les hôpitaux de wilayas limitrophes a nettement baissé. 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions