lundi 18 novembre 2019 19:13:12

Présidentielle du 12 décembre : Dans de bonnes conditions

Le samedi 26 octobre, dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature.

PUBLIE LE : 22-10-2019 | 1:00
D.R

Pas moins de six prétendants à la candidature pour la magistrature suprême du pays ont déjà demandé des rendez-vous, pour procéder au dépôt de leurs dossiers respectifs, a révélé le président de l'Autorité nationale indépendante des élections.

S’exprimant lors d’une conférence de presse qu’il a animé au siège de l'autorité, M. Mohamed Charfi a révélé en effet que sur les 145 postulants ayant retiré les formulaires de souscription des signatures individuelles en prévision de la présidentielle du 12 décembre prochain, six ont demandé un rendez-vous pour le dépôt de leurs dossiers de candidature au niveau de l'ANIE». Il faut savoir que si l’autorité est en mesure d’accueillir jusqu’à 50 candidats, ces derniers sont tenus, cependant, de contacter à l'avance l’autorité, pour prendre rendez-vous. Notons aussi dans ce cadre que l’Autorité nationale indépendante des élections veille à accorder toutes les facilités nécessaires aux candidats potentiels, comme mis en relief par le conférencier.
L’autre remarque importante à retenir, c’est qu’en vertu de l’article 140 de la loi organique relative à la loi électorale, la déclaration de candidature doit être déposée impérativement, au plus tard, dans les 40 jours suivant la publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral. Aussi, les délais de dépôt des dossiers de candidature pour l'élection présidentielle expirent le 26 octobre, à minuit, comme rappelée par l'ANIE. En ce qui concerne la possibilité de prolonger la période de collecte des signatures, le président de l’ANIE a fait remarquer que les délais légaux ne peuvent pas être prolongés ou réduits. Poursuivant ses propos, il a assuré que l’autorité procédera à l'examen des dossiers de candidature, conformément aux conditions citées dans le code électoral et soutenu que jusqu'à preuve du contraire, toutes les signatures sont réputées authentiques, soulignant dans la foulée que seule la justice est habilitée à trancher dans toute question. Clair, net et précis, il affirme que la mission de l'Autorité n'est pas de poursuivre les personnes en justice.

284.600 inscrits et 52.600 personnes radiées  des listes électorales

Convié à s’exprimer, d’autre part, sur la période de révision exceptionnelle des listes électorales qui a eu lieu, faut-il le rappeler, du 22 septembre au 6 octobre dans un premier temps avant que l’ANIE ne décide d’une autre révision période du 12 au 17 octobre et ce, «sur demande pressante des citoyens», M. Charfi a fait état de 156.600 inscrits au titre de la première étape et de 128.000 nouveaux inscrits durant la prolongation de la période, portant ainsi le nombre total à 284.600».
Concernant en revanche les personnes qui ne feront plus partie des listes électorales, le président de l’ANIE a confié que 40.000 personnes ont été radiées de ces listes pour cause de décès lors de la révision exceptionnelle et 12.600 autres citoyens radiés lors de la période périodique, soit un total de 52.600 radiations du fichier électoral. En outre, le nombre d'inscrits ayant changé de lieu de résidence s'élève quant à lui à 98.414 personnes.

Les postulants sont dans une véritable course  contre la montre !

A moins d’une semaine de la date de clôture de l’opération de remise des dossiers de candidature, les postulants au palais d’El Mouradia sont dans une véritable course contre la montre en faisant de leur mieux, chacun de son côté, pour pouvoir réunir les signatures exigées par la réglementation même si une dizaine ‘entre eux assurent en avoir terminé avec cette question du parrainage. On pense notamment à Mihoubi, Bengrina, Bekhlili ou enciore Sahli et Belaid.
Pour rappel, la nouvelle loi organique relative au régime électoral stipule que le candidat à l’élection présidentielle doit présenter une liste comportant cinquante-mille signatures individuelles au moins, d'électeurs inscrits sur une liste électorale.
Ces signatures doivent être recueillies à travers au moins 25 wilayas. Le nombre minimal des signatures exigées pour chacune des wilayas ne saurait être inférieur à 1.200. Le candidat à la Présidence de la République doit déposer une demande d'enregistrement auprès du président de cette Autorité, selon cette nouvelle loi exigeant au candidat de joindre à son dossier de candidature qui doit être déposé par lui-même auprès de l'instance, plusieurs document dont un diplôme universitaire ou un diplôme équivalent et un certificat de nationalité algérienne d'origine.
Soraya Guemmouri

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions