jeudi 14 novembre 2019 06:10:16

Nouvelles de Sétif, Campagne Labours-semailles : Plus de 195.000 hectares seront traités

Service public : Le Gaz naturel gagne du terrain

PUBLIE LE : 22-10-2019 | 1:00
Ph. : Dj. Krache

La wilaya de Sétif serait-elle en passe de renouer avec ses grandes productions céréalières d’antan qui lui ont valu le qualificatif de grenier de Rome, et relever ainsi les défis qui lui sont assignés en matière de sécurité alimentaire sur bien d’exploitations agricoles ?

La réponse va sans conteste dans le sens de l’affirmative au vu de la vocation essentiellement agricole que continue à entretenir jalousement cette vaste wilaya du pays, reconnue depuis la nuit des temps par ses productions exceptionnelles avec des variétés locales à haut rendement du genre «Md el Bachir», une production en orge jamais réalisée cette année et des potentialités toutes extraordinaires que recèlent ces hautes plaines sétifiennes pour doubler les productions actuelles.  
Dans cette nouvelle dynamique, boostée par l’état et la récupération de près de 1.000 hectares de jachère, les volets importants inhérents à la vulgarisation et l’accompagnement des céréaliculteurs pour le respect de l’itinéraire technique —comme devait le souligner le ministre de l’agriculture lors de sa dernière visite à Sétif et le wali à l’issue du lancement de la campagne labours-semailles 2019-2020, le premier octobre dernier— sont en effet des actions fortes qui doivent être menées sur le terrain.
Par ailleurs et comme en fera état Akkouche Abdelmalek, le directeur de wilaya des services agricoles, l’autre volet non moins important concernant les pertes post-récolte devra être limité à sa plus simple expression pour faire que chaque grain soit récupéré et ne soit pas laissé à travers les champs. «Nous devons donc agir en conséquence pour ne rien perdre et tout gagner», ajoute notre interlocuteur qui fonde beaucoup d’espoir sur cette nouvelle année agricole.
Un optimisme consolidé par cette quantité record de près de 1.500.000 quintaux qui a été collectée pour la première fois cette année dans la wilaya de Sétif qui atteste ainsi de l’adhésion des 6.460 céréaliculteurs livreurs sur lesquels 6.384 ont été déjà payés le  1er octobre dernier avec une enveloppe de 6.041.521.260 ,82 DA.  
Cette année, la campagne-labours-semailles 2019-2020 a été lancée suffisamment à temps pour permettre aux agriculteurs de bien s’organiser. D’ailleurs, pour le crédit RFIG, 115 demandes étaient déjà déposées, le 23 septembre dernier, après l’ouverture du guichet unique (CCLS, CRMA et BADR) le 27 juillet 2019 pour leur examen.
Cette année, les intentions de mise en place des cultures céréalières s’étalent sur une superficie de 195.100 hectares dont 128.500 pour le blé dur et 44.000 pour l’orge qui a donné une excellente production. «Autant nous sommes fiers de ces rendements, autant nous allons tout faire pour travailler davantage sur l’itinéraire technique, le désherbage, l’engraissement des sols et les pertes post-récolte pour obtenir de meilleurs résultats, sachant que sur certaines parcelles de la wilaya, nous avons obtenu des rendements de pointe qui dépassent les 50 quintaux à l’hectare», conclut le directeur des services agricoles.

--------------------------------

Service public
Le Gaz naturel gagne du terrain

Aussi vital que l’eau qui continue de constituer une préoccupation importante des populations, en dépit des investissements d’envergure qui ont été consentis par l’Etat et qui permettront à cette contrainte d’être définitivement levée avec le grand projet structurant des grands transferts, le gaz naturel a défié ces dernières années monts et montagnes pour arriver aujourd’hui dans les contrées montagneuses éloignées de cette wilaya où le taux de couverture a atteint 96%.
Un taux qui, à première vue, illustre les efforts consentis sur le vaste territoire de cette wilaya mais n’est pas sans faire émerger des déséquilibres qui ont fait dire au wali la nécessité d’aller dans le sens d’une nécessaire mise à niveau des communes, notamment dans les zones rurales, où les citoyens continuent de revendiquer cette source d’énergie.
Cette réalité a été portée au grand jour par le wali Mohamed Belkateb qui a sollicité le ministre de l’intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, lors de sa récente visite à Sétif, pour une dotation financière à l’effet de répondre aux sollicitations des populations rurales dans une wilaya où il fait rudement froid en hiver. Pour rappel, un programme national a été consolidé sur le budget de wilaya à hauteur de près de 227 milliards de centimes pour le raccordement de 19.757 foyers.
Des sollicitations auxquelles le membre du gouvernement ne restera pas insensible, puisque après quelques jours seulement, le ministre de l’intérieur répondra par l’affirmative à cette demande et attribuera à la wilaya une enveloppe de 165 milliards de centimes sur le fonds de garantie et de solidarité des collectivités locales, dont 125 milliards  destinés à la couverture en gaz et 40 milliards à l’électrification rurale.
Une information qui n’a pas été sans susciter un profond sentiment de satisfaction au sein des populations des agglomérations relevant de plusieurs communes où le taux de couverture est encore faible. les travaux seront entamés une fois les procédures nécessaires achevées. Une mise à niveau est également prévue pour le sud de la wilaya qui marque le pas par rapport à la zone nord.

--------------------------------

Energies renouvelables
L’exemple de l’école Medjaouri-Hacene

Dans la wilaya de Sétif, l’intégration et la généralisation progressive de l’énergie solaire photovoltaïque gagnent de plus en plus du  terrain et constituent une des préoccupations majeures des pouvoirs publics locaux, plus que jamais décidés à s’intégrer de plain-pied dans la dynamique engagée au niveau national à moyen terme pour exploiter cette énergie gratuite, renouvelable et non polluante.   Dans ce contexte, les actions déjà menées par les communes dans la production et la gestion de l’éclairage public — fussent-elles encore timides comparées à l’immensité du territoire de cette wilaya et la dynamique engagée dans les écoles primaires depuis la ville de Sétif— sont révélatrices de cette volonté d’ancrer dans l’environnement et les mémoires de nos enfants l’impact de cette énergie qui permet de réaliser des gains appréciables et de s’inscrire dans une dynamique environnementale qui répond aux exigences de l’heure.
C’est dans ce contexte que s’inscrit l’école Mohamed-Medjaouri de Sétif, première du genre à être “illuminée” et fonctionner à l’énergie solaire photovoltaïque avec des effets positifs qui ont été constatés sur les lieux par le ministre de l’intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, qui effectuait alors une visite dans cette wilaya. Ce dernier n’a pas manqué, à l’occasion, d’exprimer  sa satisfaction pour de telles initiatives et exhorter les responsables locaux à s’investir davantage dans cette dynamique.
Le président de l’APC de Sétif, qui gère un potentiel de 90 écoles, ne manquera pas de répondre par l’affirmative en soulignant que toutes ces écoles seront dotées d’énergies nouvelles avant la fin de l’année 2020, sachant, de surcroit, que la commune de Sétif ne manque visiblement pas de moyens pour s’investir dans ce monde du savoir qui compte des dizaines de milliers d’enfants qui y sont scolarisés et méritent, de par l’impact produit par de tels investissements, de s’armer d’une nouvelle culture environnementale.
Une action qui ira progressivement en se généralisant pour toucher les autres établissements scolaires, les espaces relevant des collectivités locales et d’autres institutions non moins importantes, soulignera également le wali qui fait de la gestion de l’environnement et l’amélioration urbaine une de ses préoccupations majeures à l’effet de redonner, entre autres, sa verve à la ville de Sétif qui a perdu de son allant ces dernières années.

--------------------------------

Du 5 au 7 novembre
Colloque national sur le patrimoine archéologique et l’eau

La 2ème édition du colloque national "Le patrimoine archéologique et l’eau à travers les âges en Algérie" se tiendra du 5 au 7 novembre prochain à Sétif, a indiqué la directrice du musée public national de la wilaya, Chadia Khelfallah. Organisée par le musée avec le concours du laboratoire patrimoine et études archéologiques de l’université Mohamed-Debaghine, la rencontre vise à mettre en lumière la place de l’eau dans les sites d’établissements humains à travers les phases successives de l’histoire par le recours, entre autres, au Système d’information géographique, a indiqué Mme   Khelfallah.  
La rencontre abordera le recensement archéologique en Algérie et ses connexions avec les points d’eau, les installations hydrauliques (bains, moulins, pressoirs et jets d’eau), les systèmes de transfert d’eau et de drainage, outre la sensibilisation à la préservation des sites historiques et l’élaboration d’une banque de données sur les pièces de toutes les collections muséales du pays, a-t-on indiqué de même source. Le colloque, de trois jours, débattra plusieurs axes dont "l’homme et ses croyances liées à l’eau", "les premiers établissements humains au sud de la Méditerranée et leur rapport à l’eau", "l’évolution de l’architecture de   transport d’eau à travers les âges". "L’archéologie subaquatique" et "la protection des vestiges sous-marins", "l’eau, les métiers, la culture alimentaire et les techniques de production", "les vestiges archéologiques d’ouvrages hydrauliques et la dynamique urbaine dans la région de Sétif" seront également débattus par les conférenciers, a noté Khelfallah. Des chercheurs et experts des diverses universités du pays participeront à cette rencontre dont les travaux se tiendront au musée public de Sétif, a souligné sa directrice.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions