jeudi 14 novembre 2019 06:01:22

Paiement électronique : 142.507 transactions en 2019

Signature d’une convention entre « GIE monétique » et l’ANPT

PUBLIE LE : 19-10-2019 | 1:00
Ph. A. Asselah

Une rencontre sur le développement du paiement électronique a été organisée, jeudi dernier, au Cyber-parc de Sidi Abdallah (Alger), par l'Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT), en partenariat avec le Groupe d’intérêt économique (GIE-Monétique).

À l’ouverture des travaux de cette rencontre, qui a regroupé les différents acteurs de l’écosystème monétique national, l’Administrateur du GIE–Monétique, Madjid Messaoudène, a souligné que l’objet de ce rendez-vous est «d’identifier» les contraintes et les difficultés que rencontrent les différents acteurs du paiement électronique afin de «trouver» les solutions pour les lever. De son côté, Abdelhakim Bensaoula, le directeur de l’ANPT, a insisté sur le rôle que «peuvent jouer» les start-up dans le développement du paiement électronique en Algérie. Les différents intervenants à cet événement ont reconnu que le paiement électronique a connu des «progrès important», ces trois dernières années, notamment après la promulgation de la loi sur le commerce électronique en mai 2018, mais les résultats demeurent en deçà des objectifs fixés.
Selon les chiffres avancés, lors de la rencontre, le montant des transactions e-paiement, effectuées entre janvier et septembre 2019, est de 323,9 millions de DA, pas loin du montant enregistré en 2018 qui était de 332,5 millions de DA. Durant la même période, 142.507 transactions ont été effectuées pour 33 web-marchands, réparties sur les secteurs des télécom (100.348 transactions), électricité/eau (29.801), assurances (6.207), prestations de services (3.582), transport (2.122) et les services administratives (2.122). Pour les différents acteurs de l’écosystème monétique national, la loi sur le commerce électronique «n’a pas opéré le déclic tant attendu» pour le développement du paiement électronique. Cependant, ils ont affiché leurs «disponibilité» et leur «volonté» pour faire adhérer plus de web-marchands en offrant des garanties sur la simplification du processus d’intégration d’un commerçant sur la plateforme de paiement sur internet. Par ailleurs, la rencontre a été un lieu d’échange entre les e-fournisseurs et les acteurs du secteur monétique, et l’occasion pour eux de présenter leur retour d’expérience depuis l’entrée en vigueur de la loi sur le commerce électronique.

Signature d’une convention entre « GIE monétique » et l’ANPT

En marge de cette rencontre, une convention a été signée par le Groupement d'intérêt économique de la monétique avec l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques, dans l’objectif d'impliquer les start-up dans le développement de l’e-paiement en Algérie. Paraphée par l'administrateur du GIE-Monétique, Madjid Messaoudène, et le directeur général de l'ANPT, Abdelhakim Bensaoula, cette convention permettra, notamment de «développer» des projets en rapport avec l’intégration du «e-paiement» dans les sites web marchands. «Il s’agit de référencier, au niveau des banques, les start-up qui travaillent dans le développement du e-paiement et qui peuvent apporter une valeur ajoutée dans l’écosystème de la monétique en Algérie», a précisé, à cette occasion, M. Messaoudène, qui explique que lorsqu’une banque a besoin d’une entreprise qui active dans un domaine qui a trait au paiement électronique, elle aura des «références» déjà agréées au niveau de la GIE-Monétique.

Un portail internet dédié aux web  marchands

Dans ce sens, l’Administrateur du GIE–Monétique a regretté que malgré la promulgation de la loi relative au e-commerce, en mai 2018, il n'y a actuellement qu’un seul web marchand autorisé par le GIE-Monétique à intégrer le paiement par internet dans son site de vente des biens en ligne. «Nous voulons communiquer davantage avec les web marchands afin de connaître leurs soucis et d’améliorer notre collaboration, en vue de faciliter leur intégration dans la plateforme de l’e-paiement», a-t-il noté. M. Messaoudène a annoncé, à cet égard, un projet en perspective visant à lancer un site électronique dédié aux web marchands qui veulent intégrer l’e-paiement dans leurs services. «Jusque-là, les demandes d’intégration se font au niveau des banques. Nous avons audité le process actuel, et nous avons trouvé que sa configuration freine le développement de ce créneau. Pour beaucoup de web marchands, il est contraignant de venir à Alger et suivre à chaque fois les étapes d’avancement de leurs demandes», a-t-il souligné, affirmant que dans un «pays continent » comme l’Algérie, il est «indispensable» de créer un portail web pour les «accompagner» et suivre toutes les démarches sans avoir besoin de se déplacer.
Salima Ettouahria
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions