mercredi 16 octobre 2019 13:21:52

Élection présidentielle : Respect de la volonté du peuple

Deux mois séparent les Algériens d’un des plus importants rendez-vous électoraux, la présidentielle du 12 décembre, à la faveur de laquelle sera engagé concrètement le processus de renouveau démocratique, en vue de l’instauration d’une nouvelle Algérie.

PUBLIE LE : 10-10-2019 | 0:00
D.R

Deux mois séparent les Algériens d’un des plus importants rendez-vous électoraux, la présidentielle  du 12 décembre, à la faveur de laquelle sera engagé concrètement le processus de renouveau démocratique,  en vue de l’instauration d’une nouvelle Algérie.

Les éléments d’une compétition qui marquera cette course pour la magistrature suprême sont déjà là. En d’autres termes, tous les prétendants aspirant à être aux commandes de l’Algérie de demain offrent l’image de candidats potentiels qui n’ont plus une minute à perdre. Ils s’affairent, suivant une logique de course contre la montre, à l’élaboration et à la mise en place des derniers préparatifs de leurs programmes.
Des programmes appelés à s’adapter immanquablement aux aspirations du peuple en termes d’approfondissement des valeurs républicaines, de consolidation des principes d’une justice indépendante, de mise en place d’un système de représentation démocratique et de promotion de la bonne gouvernance, de manière à provoquer une réelle rupture avec les pratiques bureaucratiques source de mépris du citoyen.
Ce sont là, en effet, les principaux objectifs de la prochaine présidentielle auxquels l’on peut ajouter la moralisation de la vie publique, la redynamisation de l’économie nationale suivant le principe de la libération des initiatives pour une exploitation efficiente de notre potentiel et de nos richesses diversifiées, sans oublier l’amélioration du cadre de vie de nos concitoyens et la consolidation des acquis sociaux.
En somme, c’est toute la conjoncture qu’il faudrait revoir de fond en comble, sans négliger aucun des secteurs de la vie publique, tant il est vrai que le défaitisme, le laisser-aller, le fléau de la corruption qui s’est amplifié des années durant, constituent tous ces maux qui n’ont épargné aucun créneau d’activité et qu’il faudrait, à l’avenir, arracher à la racine. Parler de renouveau exige le passage d’un système caractérisé par l’arbitraire, le mépris de l’Algérien, plus particulièrement la frange de la jeunesse, le pillage des richesses, à un mode de gouvernance transparent, respectueux des notions de citoyenneté et des libertés individuelles et collectives.
Ces aspirations porteuses d’un lendemain prometteur seront assurément traduites en engagements qui seront inclus dans la quasi- majorité des programmes électoraux établis en prévision du scrutin. Autrement dit, les candidats qui franchiront avec succès l’étape de la collecte de signatures et qui seront ainsi déclarés officiellement en lice pour ce rendez-vous décisif n’ont d’autres choix que de se soumettre à la volonté populaire, soit un changement tous azimuts.
Ils seront aussi appelés à consentir un effort colossal pour convaincre les électeurs, en présentant, dès l’entame de la campagne électorale, des projets de société réalistes en réelle adéquation avec les exigences de l’heure. Ils devront composer de ce fait avec cette prise de conscience dont ont fait preuve les Algériens qui ont démontré leur parfaite maîtrise des enjeux liés à leur avenir immédiat. Fini donc le temps des discours populistes et des promesses sans lendemains.
Karim Aoudia  
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions