mercredi 16 octobre 2019 13:33:46

Education des enfants : quelle place pour les grands-parents ?

Qui d’entre nous ne garde pas en mémoire tous ces beaux moments passés avec les grands-parents ou encore leurs petits gestes d’affection, d’attachement émotionnel, de complicité et le sens du devoir et de la responsabilité ?

PUBLIE LE : 08-10-2019 | 0:00
D.R

Qui d’entre nous ne garde pas en mémoire tous ces beaux moments passés avec les grands-parents ou encore leurs petits gestes d’affection, d’attachement émotionnel, de complicité et le sens du devoir et de la responsabilité ?

Les grands-pères et les grands-mères, en fait,  qui s’occupaient, nous encourageaient, réprimandaient aussi, quand il le fallait, ont de tout temps joué un rôle déterminant dans l’éducation de leurs petits-enfants. La relation entre  ces derniers, le papy, la mamy et l’enfant est fusionnelle. Elle s’inscrit  même chez-nous, dans le prolongement familial, après les parents,  assurant une mission complémentaire à celle du père et de la mère certes, mais importante dans l’éducation des bambins. Aujourd’hui, la société algérienne a beaucoup évolué et la cellule familiale n’est plus la même avec le processus de mutation qu’elle a subi et le rôle des grands  parents s’est vu, du coup, réduire de plus en plus. La structure familiale traditionnelle s’est métamorphosée ces dernières années, subissant ainsi un véritable bouleversement social, avec l’émergence de l’individualisation  et la perte de pertinence des valeurs et des traditions.  La «grande famille»,  ce terme qui faisait allusion, autrefois, à cette complémentarité entre tous les membres de la famille, a disparu et les petits-fils et filles voient de moins en moins leurs grands-parents, avec le rythme de vie accéléré des parents, pour ne garder de cette relation qu’un vague souvenir qui tient à un fil, difficilement entretenu, par des rencontres familiales de plus en plus espacées.  L’éducation des enfants a bel et bien changé et les parents  refusent tout bonnement l’implication de leurs parents dans l’éducation des rejetons. Pis encore, cette tâche de veiller et d’éduquer aussi les enfants est confiée et à des personnes, très souvent hors du circuit familial. Les nounous viennent en effet s’approprier ce rôle classique confié autrefois aux grands parents, après le père et la mère.
Aujourd’hui, les conséquences de cette rupture avec ce maillon important de la chaîne familiale  sont palpables chez beaucoup d’enfants, peu disciplinés, individualistes et irrespectueux des bonnes valeurs, sans parler des traumatismes psychologiques que font subir certaines nourrices aux bambins.
De nos jours, confier son enfant à sa belle mère ne tente pas beaucoup de femmes qui confient leurs bébés plutôt aux nourrices, quitte à  courir des dizaines de kilomètres pour les y déposer. Plus que ça, le fait de se passer des  louables services des grands-parents pour éduquer les bambins  fait partie de nos mœurs,  ne cessant de grandir, à même de rompre  les passerelles reliant les enfants à leurs grands-parents, avec  les fervents défenseurs de la nouvelle   «option» très en vogue  qu’est  de  renoncer carrément à une quelconque  implication  du papy et de la mamy dans  l’éducation des
mômes. Sur cette question, Lynda, une jeune maman est formelle : «Je préfère confier mes enfants  à une nourrice même si cela engendre des dépenses et frais supplémentaires. Ma belle mère étant une femme trop rigide», dira-t-elle. Et d’ajouter, qu’avec la mère de son mari tout ne baigne pas dans l’huile et qu’elle entretient des relations plus ou moins tendues avec cette dernière, étant l’épouse de son fils aîné qui a choisi de vivre en couple, hors de la maison familiale.
Samia D.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions