jeudi 14 novembre 2019 06:05:05

Nouvelles de Béchar, Rentrée professionnelle 2019/2020 : 7 nouvelles spécialités proposées aux apprentis

Pour une promotion de ses prestations : Algérie Poste rénove ses structures

PUBLIE LE : 06-10-2019 | 1:00
D.R

Page animée par Ramdane Bezza

c es spécialités seront couronnées, à titre d’exemple, du diplôme de technicien supérieur en récupération et gestion des déchets, commerce international, techniques d’exploitation et de maintenance des équipements audiovisuels, sécurité industrielle, contrôle et emballage des produits laitiers.
Il est à noter qu’à travers les différents centres de formation que compte la wilaya de Béchar et sur les 113 spécialités proposées, les inscriptions ont atteint les 92% (5.721) des 6.200 places pédagogiques ouvertes pour cette nouvelle rentrée professionnelle, réparties comme suit et selon le niveau scolaire requis : 1.305 places pédagogiques pour le secondaire, 1.330 pour le moyen, 2.175 pour le primaire. Il ne va pas sans dire également que 419 femmes au foyer sont concernées par une formation de leur choix alors que 415 places pédagogiques sont réservées aux détenus en quête d’une formation diplômante et 250 au secteur privé.

Igli : le CFPA ouvre ses portes

Tant attendu par les habitants d’Igli (daïra située à 165 km au sud-ouest du chef-lieu de la wilaya de Béchar), le Centre de formation professionnelle vient d’ouvrir ses portes aux jeunes de cette ville, leur offrant ainsi des opportunités de formation dans différentes spécialités et dont nous retiendrons essentiellement l’informatique, le bâtiment, le froid, la couture et bien d’autres domaines susceptibles de répondre aux besoins locaux du marché du travail. A l’instar des autres centres de formation professionnelle et afin de parvenir aux objectifs à atteindre à l’issue des différents cursus, ce centre est doté de tous les moyens et équipements pédagogiques aptes à concrétiser les résultats escomptés. Inauguré à l’occasion de cette nouvelle rentrée professionnelle, cette infrastructure, et selon son premier responsable, permettra indubitablement de participer à une émergence de compétences et à la promotion du secteur de l’emploi.

---------------------------------

L’aménagement de l’oued Béchar en attente

L’un des plus importants projets qui n’aura cessé de faire couler bien d’encre, notamment depuis les dégâts survenus à la suite des inondations d’octobre 2008, n’est en fait que l’Oued Béchar, un site qui a toujours fait la fierté des citoyens de la ville, en dépit des multiples dégradations qu’il n’a cessé d’enregistrer, à commencer par la quasi disparition de sa palmeraie, de son jardin zoologique et de ses berges transformées, ça et là, en véritable dépotoir. Si certains travaux ont été entrepris par une surélévation des berges de l’oued, dans une optique de préservation des habitations riveraines, l’on s’attend toujours à voir se concrétiser les maintes études faites dans ce sens et qui auront couté des fortunes au trésor public. L’une des rencontres les plus importantes à ce sujet a été celle organisée en 2016 et a regroupé une délégation ministérielle de l’hydraulique, des représentants d’associations locales et du bureau d’études ONID-RI en charge du projet d’aménagement de l’oued et de sa réhabilitation. Cette dernière devait en réalité être similaire à celle de l’Oued El Harrach, alors qu’un bureau annexe de l’ONID-RI devait être ouvert à Béchar, pour recueillir toutes les éventuelles suggestions pouvant enrichir le projet, tout en lui attribuant des variantes, allant de l’aspect esthétique à celui des équipements (aires de loisirs et espaces verts), dans une optique d’apport financier pour la commune, tout en  redonnant à l’oued Béchar toute sa splendeur. Le « sort » oublié de l’Oued Béchar et notamment la prévention des risques d’inondation dans le  bassin versant de cet oued, pour une gestion des crues et les stratégies de réduction, demeure encore une problématique évoquée par plusieurs partenaires concernés dont nous évoquerons, à titre informatif, celle de M. Merzougui Touhami, professeur chercheur à l’Université de Béchar, et qui, tout en rappelant les dégâts causés par les inondations de 2008 (8 décès, 506 familles sinistrés, 17.677 têtes de bétail perdues et plusieurs œuvres d’art détruites) a mis en évidence dans ses travaux la nécessité d’un recalibrage de l’oued Béchar, de la mise en place de réseaux séparatif des eaux, etc. Pour l’instant, tout cela semble avoir été mis en sourdine par les concernés et après ces années d’attente, le bout du tunnel n’est pas encore visible.

-----------------------------

Lorsque le virtuel devient créativité

Tout a, en effet, débuté virtuellement lorsque Nour El Houda, cette jeune architecte ambitieuse, a décidé de créer un groupe fermé, «Délices Nour El Houda», entièrement réservé aux femmes désireuses d’étaler sur une page Facebook leur savoir-faire culinaire. Ce qui n’était au début qu’un simple échange sur l’un des réseaux sociaux les plus prisés, entre une vingtaine de membres, n’allait pas tarder à devenir un groupe impressionnant de femmes, fonctionnaires, étudiantes et femmes au foyer, engagées à participer à différents échanges, entre art culinaire, coiffure, habits, etc. Devant cette demande ascendante et pressante d’adhésion (13.000 membres de divers horizons en une année) et des multiples et diverses publications, à la fois enrichissantes et compétitives, il était bien plus qu’indispensable que Nour El Houda parvienne à innover et passer du virtuel à la réalité, en lançant divers concours primés, auxquels les adhérentes prendraient part et présenteraient leurs produits, non plus sur cette toile bleue, mais à l’occasion de rencontres. C’est ainsi qu’elle a lancé le concours du meilleur plat traditionnel local, de la modernisation de l’habit traditionnel local et du port du «haïk», avant d’organiser également ceux du dessin, de l’écriture, de la poésie et de la meilleure maquilleuse amatrice, récompensés par ses propres moyens. Afin de joindre l’utile à l’agréable, des séances de sensibilisation, animées par des spécialistes et sur des thèmes entièrement liés aux préoccupation de la femme, tels la contraception, la préparation à l’accouchement sans douleur, le cancer du sein ou encore les maladies chroniques (diabète, tension) et la préparation psychologique des enfants en classe d’examen, sont organisées à l’occasion de ces rencontres. Pour mieux faire part de toutes ces activités, devenues répandues sur la page facebook qui porte le nom des participantes «Delissiyate», de leur donner un cachet officiel, de pouvoir organiser des rencontres réelles, cette jeune téméraire créera le club «Inspiration de la Femme», sous l’aile d’une association locale, lui donnant ainsi accès à la Maison de la Culture de Béchar, qui abritera désormais toutes les rencontres de ces femmes. C’est dire combien la volonté permet de surmonter bien d’obstacles et même de se surpasser en matière d’innovation, tout en enrichissant l’espace culturel local. Aujourd’hui, et conjointement aux autres associations féminines qui évoluent sur la scène bécharie, les activités du club des Délissiyate ne passent plus inaperçues.

--------------------------------

Pour une promotion de ses prestations
Algérie Poste rénove ses structures

Afin de promouvoir ses prestations postales et monétaires et de garantir bien plus d’aisance à ses clients en matière de confort et de repos au sein de ses agences postales, Algérie Poste vient de lancer des travaux de réhabilitation de deux de ses plus importantes agences postales du centre-ville de Béchar et de Haï Salam.
Les travaux engagés devraient en effet permettre une extension, devenue nécessaire, de ses bureaux de poste et de leur équipement. C’est ainsi que le personnel des ces agences en cours de réhabilitation a été transféré vers d’autres bureaux de poste de la ville. Selon certains observateurs et clients d’Algérie Poste et compte tenu de ces travaux qui risqueraient de durer, le moment semble avoir été mal choisi pour de telles opérations et en pareille circonstance, à savoir la rentrée sociale et scolaire. En outre, les autres bureaux de poste se retrouvent ainsi souvent débordés par une clientèle dont les agences sont actuellement fermées et les distributeurs de billets de banque également hors service.
A cela vient s’ajouter certaines pannes répétées des autres distributeurs automatiques GAB. Il faudrait rappeler que ces appareils sont énormément briqués par les clients, notamment les week-ends. Malgré la stratégie d’amélioration des prestations de service mise en place par cette importante structure, il n’en demeure pas moins qu’elle ne devrait pas être source de soucis supplémentaires pour ses clients. La période estivale serait bien plus adaptée pour entreprendre de telles opérations, puisque Béchar se vide de ses habitants en pareille occasion. En outre, une surveillance et une alimentation en billets de banque des GAB s’avèrent bien plus qu’indispensables, puisque ces appareils demeurent, en fait, très sollicités.  

-----------------------------------

Logement
Des listes à l’origine  de mécontentement

Telle une ritournelle, c’est le mécontentement dès l’affichage d’une liste de bénéficiaires de logements ou de lots de terrain à bâtir, et c’est aussitôt des demandeurs dont les noms ne figurent pas sur ces listes qui s’attroupent devant le siège de la daïra et de la Wilaya pour y déposer leur recours, voire même parfois extérioriser leur « colère », notamment lorsqu’ils sont empêchés de pénétrer à l’intérieur de ces deux administrations. Cette semaine, c’est la liste des bénéficiaires des 650 logements de type LSL (logements sociaux locatifs) qui aura donc été à l’origine d’un important rassemblement de plusieurs citoyens, des deux sexes et de différents âges, venus exprimer leur désarroi et dénoncer, selon eux, ce manque de transparence et d’équité dans l’étude des dossiers et des recours. Ce sit-in, notamment devant le siège de la daïra, aura quelque peu perturbé la circulation, lorsque certains de ces plaignants n’ont rien trouvé de mieux que de s’asseoir sur la chaussée, jusqu’à une heure tardive de la nuit. Il ne va pas sans dire que ce vaste mouvement de contestation aurait tendance à se répéter, voire à durcir, chaque fois qu’une liste de bénéficiaires de différents types de logements est communiquée, tout en ayant un impact négatif sur le quotidien des citoyens.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions