mercredi 16 octobre 2019 13:25:06

Renault Production Algérie : Vers le gel des activités ?

L’usine de production automobile de Renault Algérie de Oued Tlélat d’Oran fermera t-elle ou ne fermera t-elle pas ?

PUBLIE LE : 23-09-2019 | 0:00
D.R

L’usine de production automobile de Renault Algérie de Oued Tlélat d’Oran fermera t-elle ou ne fermera t-elle pas ?  Telle est en ce moment la question qui préoccupe actuellement le Groupe Renault, particulièrement sa branche Renault Production Algérie. En effet, Renault Algérie a épuisé son quota d’importation des kits de composants SKD/CKD utilisés dans l’assemblage de ses trois modèles à savoir les Renault Symbol et Clio IV ainsi que Dacia Sandero Stepway, tous relevant du logo : «Made in Bladi».
Depuis l’inauguration de l’usine en 2014 par les hautes autorités de l’Etat, la marque au losange n’a pu faire mieux que d’assembler trois modèles dont deux low-cost sur une seule chaîne de montage que Renault production Algérie n’a pas estimé de mettre sur le marché d’autres modèles pour concurrencer les autres constructeurs qui alimentaient le marché de plusieurs modèles d’entrée de gamme et de haut de gamme.
Pour l’instant l’usine de montage est toujours opérationnelle et continuera de faire sortir de sa chaîne d’assemblage des voitures jusqu’au 1er octobre 2019, date où Renault Production Algérie devrait geler momentanément les activités de l’usine faute d’autorisation d’importation des pièces et références utilisées dans le montage.
Pour l’heure, l’usine  ne compte pas fermer définitivement mais devrait procéder à un gel temporaire de ses activités, en attendant de reprendre le processus de montage dès le début de l’année 2020. Ceci, du fait qu’à partir du mois de janvier, un nouveau quota des importations des kits sera libéré par les pouvoirs publics.
Renault Algérie qui avait atteint une vitesse de production flirtant avec les 75.000 unités montées  l’année dernière, a vu son rythme de production altéré par les différentes mesures imposées par les pouvoirs publics pour enregistrer une production ne dépassant pas les 43.000 unités. Pour ce qui de l’extension de l’usine de Oued Tlélat à Oran, une extension s’inscrivant dans le cadre de la deuxième phase de la stratégie de l’entreprise annoncée l’année dernière par Renault France, celle-ci  n’a pas pu voir le jour. Si ce n’est quelques travaux de réaménagement, le projet réel n’a pas encore été entamé vu le contexte politique et économique actuel du pays.
Ce qui a également freiné les ambitions de l’investisseur qui doute que son activité puisse se pérenniser suite à la crise économique que traverse actuellement le pays.  L’usine Renault-Algérie Production avait célébré la production du 200.000e véhicule en mars dernier et prévoyait d’atteindre les 300.000 unités dès la fin de l’année avant l’imposition du système des quotas qui a chamboulé tout la stratégie industrielle de l’investisseur français, le mettant dans l’expectative, en ce qui concerne la poursuite de l’activité de l’usine dans les années à venir. Pour rappel, en mai dernier le gouvernement a décidé que Renault Algérie Production (Renault/Dacia) aura la plus grosse part des quotas d’importation des kits SKD/CKD, avec un quota d’une valeur de 660 millions de dollars, suivi de Sovac production(Volkswagen/Seat/Skoda/Audi) avec 600 millions de dollars, quand Gloviz (Kia) et Tahkout Manufacturing Company (Suzuki-Hyundai) sont autorisés à importer respectivement à hauteur de 380 millions de dollars et 360 millions de dollars US. Les quatre quotas représentent en réalité les deux milliards de dollars dédiés à l’importation des kits automobiles du tourisme fixés par le l’État algérien durant une année.
Les autres usines activant sur le marché ont été tout simplement écartées et cela a donc été le début de la fin pour le groupe Peugeot, notamment. Les pouvoirs publics ont également décidé de ne plus accorder de quotas à l'usine Suzuki dans la wilaya de Saïda, représentée par le groupe Tahkout, ainsi que l'usine BAIC à Batna, propriété de l'investisseur privé Seriak Auto.
Il faut souligner à l’occasion que l’usine Renault est le fruit d’un partenariat « solide et durabl» entre le Groupe Renault, l’Entreprise Nationale des Véhicules Industriels (SNVI) et le Fonds national d’investissement (FNI). L’usine de Oued Tlélat a, en un peu plus de 5 ans, intégré 3 modèles à sa chaîne de montage et créé près de 2.000 emplois directs et indirects.
    Mohamed Mendaci

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions