vendredi 13 dcembre 2019 10:16:12

Tizi Ouzou : En finir avec l’ancien système

Une déferlante humaine a manifesté hier à Tizi-Ouzou, pour un 31e vendredi de suite pour revendiquer l’établissement d’un Etat démocratique consacrant le respect des libertés et les droits.

PUBLIE LE : 21-09-2019 | 1:00
D.R
Une déferlante humaine a manifesté hier à Tizi-Ouzou, pour un 31e vendredi de suite pour revendiquer l’établissement d’un Etat démocratique consacrant le respect des libertés et les droits. La manifestation a eu lieu dans une véritable ambiance de ferveur d’une population déterminée à aller vers une deuxième république. 
Les dizaines de milliers de manifestants, des deux sexes et de différents âges, ont scandé à gorge déployée des slogans hostiles à la tenue dans des conditions actuelles de l’élection présidentielle.
La feuille de route de sortie de crise actuelle est, selon les manifestants, tout à fait à l’opposé des revendications de la dynamique populaire. Ils exigent le départ de toutes les anciennes figures de ce système. Brandissant de géants emblèmes, des banderoles et pancartes sur lesquelles ont été transcrites les principales revendications de la contestation populaire, les manifestants ont fustigé les candidats à la candidature pour la présidentielle et contesté l’arrestation de plusieurs figures du Hirak. La marche qui s’est déroulée et dispersée comme d’habitude pacifiquement a emprunté l’itinéraire habituel, à savoir du campus Hasnaoua jusqu’au Mémorial des martyrs. 
La veille de cette grandiose mobilisation populaire pour le changement radical du système, les avocats du barreau de Tizi-Ouzou ont de leur côté battu le pavé de la ville des Genêts pour exprimer leur refus de faire partie de l’encadrement de la prochaine élection présidentielle. 
Lors de cette marche, qui a drainé plusieurs centaines de robes noires, les manifestants ont déployé des banderoles et pancartes revendicatives et à leur tête le bâtonnier, Me Salah Brahimi, ils ont aussi réitérer leur engagement dans la dynamique populaire pour le changement et l’établissement d’un Etat démocratique respectueux des droits, des libertés et de l’indépendance de la justice. 
Les robes noires ont observé une grève générale. Les habitants de Tigzirt et d’Azazga ont aussi marché le même jour pour réitérer leur engagement dans la dynamique populaire et revendiquer la libération des détenus du Hirak.
Bel. Adrar
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions