mercredi 16 octobre 2019 13:25:46

Révision du code des marchés publics : PROMOUVOIR LES START-UP

Vers la création d’un Fonds national

PUBLIE LE : 15-09-2019 | 0:00
Ph. Nacéra I.
La Conférence nationale des start-up a eu lieu, hier, au Centre national des conférences d’Alger, en présence d’experts et de porteurs 
de projets innovants venus de différentes régions. 
 
Le Premier ministre, Noureddine Bedoui a annoncé dans un message lu en son nom par son représentant, Abdelhakim Chater, la création de trois zones technologiques au niveau national au profit des start-up et la création d’un Fonds national d’appui à leurs initiatives. Il a annoncé la tenue l’année prochaine en Algérie, de Smart Africa-2020 dédié aux nouvelles technologies. «Les jeunes entrepreneurs et les porteurs de projets et d’idées font l’objet d’un suivi et d’un accompagnement particulier», a-t-il dit, avant d’ajouter que «le gouvernement accorde une grande importance à ce domaine porteur pour l’économie nationale. L’émergence des start-up et la consécration de la culture entrepreneuriale parmi les jeunes suscitent un réel intérêt et une priorité dans tous nos dossiers», dit-il. «C’est pour cela que notre démarche vise à impliquer et à écouter les jeunes porteurs de projets, à travers, en premier lieu, des mécanismes institutionnels mis en place au niveau des ministères du Commerce, du Travail et de l’Industrie sous la supervision du Premier ministère, lesquels furent fructueux et ont permis d’orienter notre vision, en tant qu’autorités publiques, vers ce que le jeune entrepreneur attend et espère pour permettre sa contribution au développement de son pays», a-t-il noté.
Le gouvernement est convaincu que «l’exclusion ne peut faire aboutir à une juste opinion, mais que celle-ci ne sera atteinte que par la participation et l’écoute de ceux qui ont de meilleures connaissances que nous dans le domaine». 
 
Levée du gel, à titre exceptionnel, de tous les projets de jeunes dans les wilayas du Sud 
 
M. Bedoui a fait part de la levée du gel, à titre exceptionnel, de tous les projets et activités créées par les jeunes porteurs de projets dans le cadre des dispositifs de soutien de l’Etat à la création de micro-entreprises dans les wilayas du Sud». Le Premier ministre a mis en avant, en outre, «la nécessité de l’adaptation du système juridique et organisationnel aux nouveaux concepts des start-up», à travers l’intégration de certains domaines d’activité de start-up dans un cadre juridique spécifique en vue de leur approbation et protection juridique. M. Bedoui a rappelé «la large consultation au profit des jeunes entrepreneurs afin de définir le concept juridique des start-up et porteurs d’initiative en tant que procédure s’inscrivant également dans le cadre des dispositions prises par le gouvernement dans ce cadre». Le Premier ministre a évoqué «la révision du Code des marchés publics pour l’octroi d’avantages et de facilitations aux start-up activant dans différents domaines, en vue de pouvoir répondre aux commandes publiques». M. Bedoui a insisté sur la mise en œuvre des nouvelles dispositions des délégations du service public en attribuant aux jeunes porteurs d’idées ou groupes de jeunes diplômés d’universités ou d’instituts, la gestion des structures publiques de proximité comme les crèches, les bibliothèques communales, les piscines, les marchés de proximité et autres. Des instructions ont été données aux autorités locales pour engager ces opérations, a-t-il assuré.
 
Une agence de la numérisation en 2019
 
Le Premier ministre a aussi annoncé la mise en place de l’Agence nationale de numérisation, avant la fin de l’année, laquelle définira les grandes lignes stratégiques pour la promotion de l’utilisation des technologies modernes et l’émergence d’une économie numérique. 
M. Bedoui a souligné le rôle important de cette agence dans la promotion, l’utilisation des technologies modernes et l’émergence d’une économie numérique reposant sur les start-up, et qui en sera l’acteur principal. Cette agence est placée parmi les projets et les solutions intelligentes lancés pour l’intensification de l’activité des start-up et leur émergence. 
«Le cadre juridique de cette agence a été élaboré en consultation avec les associations et les start-up», a fait savoir M. Bedoui qui a rappelé ce qui a été accompli au cours des derniers mois et ce que le gouvernement espère réaliser à «très court terme». Il a cité la mise en place d’un programme d’optimisation des avantages apportés par la carte d’identité nationale biométrique et électronique, à travers des solutions et des services électroniques au profit des citoyens. «Ce programme sera lancé avant la fin de l’année en cours, avec la participation des start-up innovantes afin qu’elles proposent leurs solutions technologiques et leurs applications de services et participent à la réalisation de cet important projet», a-t-il soutenu. 
M. Bedoui a évoqué la question de la généralisation de l’utilisation des terminaux de paiement électronique au niveau de l’ensemble des annexes du Centre national du registre de commerce et la programmation des autres administrations et services publics. Le Premier ministre a annoncé la mise en place d’un Commissariat aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique en septembre pour définir la stratégie nationale dans le domaine énergétique. 
Le Premier ministre a fait état aussi de l’introduction de dispositions dans le PLF 2020 relatives à l’exonération des start-up et des investissements des jeunes porteurs de projets des différents impôts et taxes et la mise en place de mesures incitatives à même de leur faciliter l’accès au foncier, pour faciliter l’inscription des start-up au centre du registre de commerce, outre leur dispense de disposer d’un local et a rappelé la consécration de plus de 8.000 locaux au profit des porteurs de projets.
De son côté, le ministre du Commerce, Saïd Djellab, a indiqué que les technologies modernes constituent un facteur clé de la transformation économique et que l’Algérie aussi sera concernée.
Il a souligné que cette conférence vise à rassembler les capacités novatrices dans le domaine des technologies modernes, à impliquer les institutions publiques pour l’intégration des start-up dans l’économie et instaurer un climat de dialogue. 
Il a ajouté que ce séminaire est la base de départ pour établir une stratégie nationale à long terme afin que l’Algérie figure parmi les pays qui ont réussi à utiliser les technologies et l’efficacité de l’économie grâce aux efforts des jeunes. 
Mettant l’accent sur le Salon international Vivatech Paris, il a indiqué que «malgré la simplicité de l’organisation, la limite des possibilités et d’autres circonstances difficiles, nous avons pu, grâce à cette participation, honorer l’image de l’Algérie à travers les créations de nos jeunes», qualifiant cette participation de «succès». 
Le ministre a invité les jeunes entrepreneurs à relever les défis et de booster l’économie nationale pour hisser notre pays en tant que leader des pays africains dans le domaine de l’économie numérique, affichant à cet effet sa confiance quant aux capacités des jeunes Algériens. Il y a lieu de noter qu’en marge de cette rencontre le ministre du Commerce, Djellab, et Lacina Koné, directeur général de Smart Africa, ont procédé à la signature d’une convention qui a pour objectif l’adhésion officielle de l’Algérie à Smart Africa.
 
Makhlouf Ait Ziane et APS
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions