mercredi 16 octobre 2019 13:32:36

Instauration de l’Autorité des élections : Larges consultations à partir de cette semaine

Les membres de l’instance nationale de dialogue et de médiation lanceront bientôt des consultations sur les mécanismes de l’instauration de l’Autorité nationale des élections et la désignation d’une personnalité pour la présider.

PUBLIE LE : 15-09-2019 | 0:00
D.R
Les membres de l’instance nationale de dialogue et de médiation lanceront bientôt des consultations sur les mécanismes de l’instauration de l’Autorité nationale des élections et la désignation d’une personnalité pour la présider.
 
Après l’adoption des deux projets de loi organique modifiant et complétant la loi électorale et le projet de loi organique relatif à l’Autorité nationale indépendante des élections, les membres de l’Instance nationale de dialogue et de médiation sont actuellement à pied d’œuvre pour lancer, à partir de cette semaine, des réunions de consultation «intensives et urgentes», en vue de réfléchir avec les spécialistes, acteurs et intervenants politiques sur les «mécanismes de l’instauration de l’autorité nationale des élections et la désignation d’une personnalité consensuelle et crédible pour la présider», l’objectif étant de «restaurer» la confiance «perdue» dans le processus électoral.
L’on se souvient à ce sujet que le coordinateur de l’INDM, Karim Younes, a été chargé par le chef de l’Etat par intérim à «poursuivre ses efforts» et à mener les consultations «nécessaires» pour former et installer une autorité indépendante chargée des élections. Sa mission prendra fin dès l’achèvement du processus d’installation de cette autorité. 
C’est dans cette optique que des consultations informelles ont été engagées avec les représentants de certains partis politiques et des acteurs de la société civile afin d’échanger des points de vue pour parvenir à un consensus sur la personnalité à désigner à la tête de la future autorité des élections, assurent plusieurs sources médiatiques. Les consultations se poursuivront pour persuader les Algériens quant à «la bonne volonté des autorités du pays» par rapport à la refondation de la pratique démocratique, dont le vote constitue l’une des dimensions les plus importantes. Des années durant, classe politique et électeurs n’ont cessé d’exprimer leur scepticisme quant au processus de déroulement des élections et les anomalies sans cesse enregistrées dans les différents scrutins. Afin d’assurer le lancement du processus de création de cette instance indépendante, une personnalité nationale indépendante et consensuelle est donc nécessaire. 
Ce choix de sélection sera renforcé par des conditions d’éligibilité garantissant une «totale» neutralité des membres et permettra aux membres de cette instance d’exercer «pleinement» les larges prérogatives qui leur seront dévolues pendant toutes les phases du processus électoral.
A noter que le Parlement a adopté jeudi et vendredi les deux textes de loi relatifs à l'Autorité nationale indépendante des élections et au régime électoral. Le ministre de la Justice, garde des Sceaux a souligné que ces textes de loi «reflètent les bonnes intentions des hautes autorités du pays pour rendre la parole au peuple à travers des élections transparentes, qui sont la seule voie pour faire sortir le pays de la crise et la stagnation actuelles». Belkacem Zeghmati a affirmé que ces deux textes de loi «sont d'une importance capitale à plus d'un titre, étant donné qu'ils marquent une rupture avec les anciennes pratiques qui ont tant caractérisé les opérations de vote dans notre pays et ont souvent donné lieu à tant de suspicion et de polémiques». Ces deux textes «concrétisent la volonté du peuple au changement et son droit à choisir ses représentants en toute liberté et transparence, en écartant l'Administration des processus électoraux, du début jusqu'à la proclamation des résultats», a indiqué le ministre, avant de relever que l'Autorité nationale indépendante en charge des élections, «de par sa composition et les missions qui lui sont conférées, est à même de garantir la transparence des élections et leur régularité, ce qui constitue un grand acquis pour notre pays et un pas de géant vers la consécration des préoccupations légitimes de notre peuple ainsi que ses aspirations à la moralisation de la vie politique et à l'exercice de son droit à choisir ses représentants en toute liberté». La loi organique relative à l'Autorité nationale indépendante en charge des élections prévoit le transfert «de toutes les prérogatives des autorités publiques, voire administratives en matière électorale, à l'Autorité indépendante en charge des élections». Cette autorité aura toutes les prérogatives, qui étaient confiées à l'Administration publique en matière électorale et disposera de son propre budget de fonctionnement et des affectations destinées aux opérations électorales.
Tahar Kaidi
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions