vendredi 13 dcembre 2019 10:11:54

NOUVELLES De bechar

Une situation essentiellement imputée à la construction de cette structure qui n’a pas pris en considération l’accroissement de la population

PUBLIE LE : 15-09-2019 | 1:00
D.R
Page animée par ramdane bezza
 
Unité médico-chirurgicale
UNE AFFLUENCE qui ne faiblit pas
 
Situées dans l’enceinte de l’hôpital Tourabi Boudjemâa de Béchar et depuis leur inauguration il y a quelques années, les urgences médicales et chirurgicales n’ont cessé de connaître une forte affluence de patients, devenue quelque peu insurmontable et à laquelle demeurent confrontés les médecins urgentistes, en raison aussi bien du nombre éleveé quotidiennement de malades ( 200 à 250 patients/jour), que de l’étroitesse des lieux.
 
Une situation essentiellement imputée à la construction de cette structure qui n’a pas pris en considération l’accroissement de la population. En dépit de cela, médecins urgentistes et agents paramédicaux ne lèsent point sur les efforts en matière d’accueil et de soins des malades venus également des communes avoisinantes. Composées de trois médecins généralistes et d’agents paramédicaux qui se cotoient à l’intérieur de deux petits bureaux, l’un pour les consultations et tri et l’autre pour l’observation, les UMC de Béchar sont non seulement  perturbées par des patients aux blessures bénignes, ne nécessitant point leur présence aux urgences médicales réservées normalement aux pathologies lourdes, mais trop souvent confrontées à l’indiscipline et l’incivisme de certaines personnes. Si la dotation de cette structure en équipement médical ( matériel d’imagerie médicale, échographie, scanner, écho-doppler) semble être satisfaisante, c’est bien plus l’étroitesse des lieux qui a nécessité son installation à l’intérieur de l’hôpital, au lieu d’être intégré dans un même bloc au sein des UMC et d’éviter des déplacements, chaque fois qu’il s’avère nécessaire d’utiliser l’un de ces appareils. 
L’agrandissement des UMC de Béchar, pour un meilleur exercice de la fonction d’urgentiste, une utilisation rationnelle des moyens mis en place et une prise en charge adéquate des patients, s’avère bien plus qu’indispensable et mériterait une intervention urgente des services compétents. 
 
DES PLUIES TORENTIELLES ET DES OUEDS EN CRU 
 
Les fortes chutes de pluies qui se sont abattues sur la wilaya de Béchar ces dernières quarante huit heures n’auront pas été sans causer de dégâts matériels, notamment au niveau de la localité de Béni-Ounif, où en plus de l’inondation de certaines maisons, un véhicule a été emporté par les eaux de l’oued, heureusement sans aucune perte humaine. 
En outre, la majorité des oueds de la wilaya sont en cru, notamment entre Béchar et Taghit, à l’exemple de celui de la RN 6, entre Béchar et Tindouf dont le niveau élevé aura nécessité, après que cet oued ait bloqué un camion, la fermeture de la circulation par mesure de sécurité. Par ailleurs, les cumuls de pluie qui ont avoisiné les 30 mm ont certes permis un apport hydrique au barrage de Djorf Torba qui alimente en eau potable les trois localités de Béchar, Kénadsa et Abadla mais également de procéder à un grand nettoyage de l’oued Béchar, devenu avec le temps un véritable dépotoir.
 
COMMERCIALISATION ILLICTE  DE PSYCHOTROPES
 
Les éléments de la brigade de recherche et d’investigation, relevant de la Sûreté de wilaya de Béchar, ont réussi en un temps record à résoudre 3 affaires de détention illicite en vue de la commercialisation de psychotropes, ayant impliqué 5 personnes et permis la saisie de 259 comprimés psychotropes de différentes marques. 
Présentés en comparution directe devant le procureur de la République près le tribunal de Béchar, les 4 inculpés ont été placés sous mandat de dépôt et le 5e placé sous contrôle judiciaire. 
Par ailleurs, trois autres individus ont été arrêtés en possession de 299,31 gr de kif traité, destiné à la vente illicite. Ces derniers ont immédiatement été placés en détention. Des affaires qui reflètent les efforts consentis par les éléments de la BRI, dans le cadre de la lutte incessante contre la criminalité, sous toutes ses formes. 
 
 
Arts et musique 
Le conservatoire REGIONAL OUVRE SES PORTES
 
 
 
L’Institut régional de musique de Bechar récemment inauguré, ouvre ses portes pour cette première année 2019/2020 aux jeunes âgés entre 16 et 20 ans pour leur garantir une formation artistique. 
Ce projet, dont la réalisation et l’équipement auront coûté quelque 90 millions de dinars et en dépit des retards accusés dans sa réception, constitue l’unique structure artistique du genre dans tout le Sud-ouest du pays et est situé à proximité du théâtre régional de 500 places. Il aura pour  mission essentielle de développer l’enseignement académique de la musique dans la région. Un espace indubitablement voué à la formation des jeunes talents et au perfectionnement des musiciens de toutes catégories d’âge, ainsi que de participer, en collaboration avec des artistes expérimentés, à des recherche musicales, dans le cadre d’une promotion du rayonnement artistique et culturel de l’ensemble des wilayas du sud-ouest : Tindouf, Adrar, Béchar, Nâama et El Bayadh. Une structure qui vient ainsi conforter le secteur de la Culture, effectivement dans le besoin en matière d’activités et de développement artistique et culturel.
 
Enseignement supérieur 
Une faculté de médecine pour la ville
 
Un projet de réalisation et d’équipement d’une faculté de médecine a été retenu pour la wilaya de Bechar. Cette annonce a été faite par  le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, qui a présidé mercredi dernier (4 septembre), au CEM "Bachir El Ibrahimi", la cérémonie de l’ouverture officielle de la nouvelle année scolaire 2019-2020. Il a indiqué en marge d’une visite à l’université «Tahri Mohamed», qu’un projet de réalisation et d’équipement d’une faculté de médecine a été retenu pour cette wilaya, dans l’objectif d’«offrir de nouvelles perspectives de  formation aux futurs bacheliers de cette région du sud-ouest du pays».   
Dans la wilaya de Bechar, on compte 86.279 élèves inscrits dans les trois paliers, 42.346 élèves au primaire, dont 8.608 nouveaux inscrits, 27.403 élèves dans l’enseignement moyen, et 10.976 autres dans l’enseignement secondaire.  1.974 nouveaux bacheliers se sont inscrits cette année, à l’université de Bechar.  Pour cette nouvelle année scolaire, cinq groupes scolaires et quatre nouveaux CEM ont été ouvert délivrés à travers la wilaya de Bechar pour faire face aux besoins en places pédagogiques, notamment dans les deux cycles primaire et moyen, indiquent des responsables locaux du secteur de l’éducation.
 
BON À SAVOIR 
LA «MORINGA» POUSSE À TABELBALA
 
Encore une fois, et après avoir relevé le défi de cultiver quelques 50 hectares et produire de la pomme de terre, de la tomate en serre, l’olivier et le palmier dattier, les jeunes agriculteurs de Tabelbala, cette contrée enclavée, ancestrale et mythique, située à 400 km du chef lieu de la wilaya, se sont lancés depuis bien longtemps dans la culture de la plante «moringa», bien plus connue sous le nom d’«arbre de la vie ». 
Cette plante, à croissance rapide et résistante à la sécheresse, provient des pays subtropicaux, comme l’Inde, et se serait adaptée aux conditions climatiques de la région, dont bien-entendu le soleil et le sol sablonneux. Cultivé pour ses fruits en gousse en forme de baguette de tambour ainsi que ses feuilles comestibles après cuisson, la moringa est considéré comme un légume aussi complet et riche en vitamines, minéraux et protéines que les petits pois. 
En plus donc d’un apport nutritif et médicinal, cet arbre contribue à la diversification de la biodiversité de la région, ainsi qu’à son économie. Les bienfaits de cette plante s’étendent au-delà de leur simple caractéristique nourrissante, puisque ses feuilles sont également bénéfiques pour les diabétiques de type 2, les personnes souffrant d’hypercholestérolémie ou d’athérome.
 
.
Festival du Diwane
La troupe Ouled El Gaâda d’Ain-Sefra a remporté le premier prix 
 
La troupe Ouled El Gaâda d’Ain-Sefra (Wilaya de  Naâma), a remporté le premier prix de la 12e édition du Festival culturel national de musique et danse diwane, clôturée mardi dernier à Bechar. 
Cette troupe composée essentiellement de jeunes musiciens issus de la tradition diwane de la même région, a réussi à convaincre le jury de cette édition sur sa présentation, sa maîtrise de la scène, sa chorégraphie et la  dextérité et l'authenticité de sa prestation. 
La deuxième place est revenue aux jeunes membres de la troupe "Ouled Ahl Tarh" de Bechar, tandis que la troisième place a été obtenue par "Ahl Diwane Jil Sayed", également de Bechar. 
Le prix spécial de cette manifestation musicale et culturelle à laquelle a pris part, à son volet compétition, une douzaine de troupes de différentes régions du pays, a été attribué à la troupe "Dendoun feminin Lalla Kheira"  de Ghardaïa, qui méritait l’une des trois premières places eu égard à la parfaite maîtrise par sa Maalma Lalla Kheira, du jeu du goumbri, instrument  à cordes à la base de la musique diwane, ont estimé des spectateurs et chercheurs locaux en patrimoine culturel présents à cette édition. 
Au cours de la cérémonie de clôture, un vibrant hommage a été également rendu au doyen du diwane dans le pays, en l’occurrence le  «maâlem» Mohamed Bahaz, l’un des ténors des traditions sacrés et profanes du  diwane, qui s’est dit très heureux de cette louable initiative des organisateurs du festival. 
Un autre hommage a été également rendu au «maâlem» Boufeldja Djedi, un des plus anciens musiciens diwane de la région de Bechar, qui a dédié une grande partie de sa vie à la promotion de ce genre artistique traditionnel  à travers la région de Bechar et ailleurs. 
La soirée de clôture de ce festival (31 août-3 septembre) qui a été animée par le groupe "Chraâ" de Kenadza (wilaya de Bechar), a été marquée par une forte présence du public, notamment les jeunes qui ont apprécié  l’organisation de pareille manifestation consacrée à une musique et chorégraphie qui a voyagé à travers le temps, grâce aux femmes et hommes qui ont su transmettre ce patrimoine culturel et artistique aux nouvelles  générations des gens du diwane .
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions