mercredi 16 octobre 2019 13:23:42

Nouvelles mesures en faveur des start-up : Concrétiser les projets

Les nouvelles mesures décidées par le gouvernement en faveur des start-up et les jeunes porteurs de projets leur permettront d’être exonérés des impôts et autres taxes, et leur faciliteront les procédures d’accès au foncier

PUBLIE LE : 14-09-2019 | 0:00
D.R
Les nouvelles mesures décidées par le gouvernement en faveur des start-up et les jeunes porteurs de projets leur permettront d’être exonérés des impôts et autres taxes, et leur faciliteront les procédures d’accès au foncier. Elles ont pour but de booster les petites et moyennes entreprises et inciter les start-up à concrétiser leurs projets. C’est ce qu’a indiqué, jeudi, le directeur du cabinet du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Nasreddine Bouguerra, lors d'une réunion avec les cadres des organismes relevant de son secteur, sur la numérisation de l’administration, la mise en place de commissions locales pour gérer les contentieux, et l'encouragement des jeunes à créer des micro-entreprises dans le cadre de l’ANSEJ et la CNAC.
Le même responsable a insisté sur l’activation de la commission locale installée récemment dans chaque wilaya pour étudier les dossiers des locaux invendus des OPGI et de l’AADL afin de les octroyer aux micro-entreprises créées dans le cadre des dispositifs ANSEJ, CNAC et ANGEM. 
M. Bouguerra a également mis l'accent sur l’écoute des préoccupations des travailleurs pour rapprocher davantage les usagers de l’administration, avec l'espoir de voir tous les engagements pris par le secteur matérialisés sur le terrain, lors de cette rencontre qui a été une opportunité pour les participants d’échanger les points de vue sur les questions ayant trait à l’amélioration des conditions de travail et des conditions d’accueil. Le représentant du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale s'est félicité des dernières mesures portant sur l’augmentation du taux d’employabilité des personnes aux besoins spécifiques de 1 à 3% et de la prime de 4.000 à 10.000 DA, insistant sur l’installation d'un comité sectoriel des conflits collectifs au travail ainsi qu’une cellule de veille au niveau des différentes structures relevant de son secteur pour gérer au mieux les conflits et les mouvements de contestation tout en privilégiant le dialogue. 
Bouguerra, qui était accompagné des directeurs généraux des organismes sous tutelle du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, à savoir la Caisse nationale d'assurance sociale des salariés (CNAS), le Fonds national de péréquation des œuvres sociales (FNPOS) et la Caisse nationale des congés payés et du chômage des secteurs du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique (CACOBAPTH), a mis l’accent sur l’encouragement des jeunes à créer leurs propres PME, «socle sur lequel repose ce dispositif pour le développement de l’économie», et insisté sur l’orientation et l’accompagnement des jeunes porteurs de projets, estimant par exemple que le nombre de 160 projets réalisés en 2019 est insignifiant pour une wilaya comme Oran. 
Sur un autre registre et mettant à profit cette opportunité, il a appelé à réétudier le cas des demandes d’aide à l’habitat rural rejetées sur la base des travaux établis par les directions du logement des wilayas lors du dépôt des demandes, en application des instructions du Premier ministre. 
 
Améliorer de la gestion des établissements pour un meilleur service
 
De son côté, l’inspecteur général au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mustapha Mouhoubi, a insisté sur l’importance de l’amélioration de la gestion des établissements sous tutelle pour garantir de meilleures prestations de service aux citoyens. «La modernisation des outils de gestion et la facilitation des procédures administratives assureront une meilleure qualité de service au citoyen», a-t-il précisé lors de sa réunion avec les cadres locaux de la Casnos, la Cnac, la Cnas, la Cacobatph, l’Ansej, l’Angem, l’inspection du travail et la CNR. Une rencontre qui s’inscrit, selon le même responsable, en droite ligne avec les instructions du ministre portant sur le «recensement des préoccupations» des affiliés aux différents organismes et des entraves auxquelles sont confrontés les personnels exerçant dans ces institutions. M. Mouhoubi a exhorté les participants à engager une réflexion sur les voies et «méthodes de gestion modernes» à adopter pour arriver à l’objectif escompté. L’accent a été, à cette occasion, mis sur l’importance de la coordination entre les différentes directions et «l’entraide administrative». 
Présent à cette occasion, le directeur général de la CASNOS, Youcef Chawki Acheuk, a relevé que la rencontre offre «un cadre idéal» pour l’échange des points de vue et l’instauration d’un débat appelé à aplanir les difficultés entravant la mission des organismes sous tutelle invitant les affiliés à la CASNOS à s’acquitter de leurs cotisations. Il a rappelé que le délai de paiement des cotisations a été prorogé au 30 septembre avec des facilités accordées, soulignant que des guichets itinérants sillonnent les communes dépourvues de structures CASNOS pour la prise en charge des non- salariés.
Salima Ettouahria
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions