lundi 23 septembre 2019 03:38:11

Alternative de sortie de crise : Les propositions des experts

Les questions de conjoncture économique actuelle, de la règle 49/51, du climat des affaires, du code des investissements et de l’économie digitale ont été au centre des débats, hier à Alger, à l’occasion de la tenue de la première édition 2019 des discussions du Forum des chefs d’entreprises (FCE).

PUBLIE LE : 12-09-2019 | 0:00
Ph. Y. Cheurfi
Les questions de conjoncture économique actuelle, de la règle 49/51, du climat des affaires, du code des investissements et de l’économie digitale ont été au centre des débats, hier à Alger, à l’occasion de la tenue de la première  édition 2019 des discussions du Forum des chefs d’entreprises (FCE). Cette importante rencontre, animée par quatre experts (Farid Bourennani, Lachemi Siagh, Mohamed Cherif Belmihoub,  Djaoued Salim Allal), a constitué une opportunité idoine, pour donner un aperçu global sur la situation économique actuelle de l’Algérie. Intervenant, à cette occasion, le président du FCE, Mohamed Sami Agli, a insisté  sur la nécessité de réviser la règle 51/49 qui constitue, selon lui, un frein réel pour encourager l’investissement étranger (IDE). «Il ne faut pas que cette règle soit généralisée sur tous les secteurs. L’État doit cibler à travers celle-ci les secteurs sensibles», a-t-il dit. M. Agli a estimé que pour développer et booster la croissance  économique, il faut que la politique économique soit orientée par des acteurs économiques.
En réponse à une question de savoir si les pouvoirs publics ont déjà sollicité son organisation patronale pour voir comment résoudre et trouver des solutions à la crise économique actuelle, il a indiqué que jusqu'à présent, aucune invitation n’a été envoyée au niveau de notre association. Il a indiqué que la concertation entre les différents acteurs économiques, experts universitaires et pouvoirs publics, constitue le seul moyen pour examiner ensemble les mécanismes à mettre en place à court et à long termes.  De son côté, Mohamed Cherif Belmihoub a souligné que la seule alternative de sortie de crise ne peut être que la transformation des structures de l’économie algérienne qui doit passer par une nouvelle gouvernance économique qui tranchera les questions de stratégies économiques, d’allocation de ressources, de la nature des politiques publiques, etc.
Il estime que l’économie nationale est déjà fragile et très vulnérable avant le Hirak. Elle est peu compétitive, peu diversifiée, dépendante des hydrocarbures et depuis deux années fortement hypothéquée par le financement non conventionnel qui a dépassé toutes les normes admises (1/3 du PIB, 60% du budget de l’État). Et d’ajouter : «Sans aucun doute, la persistance de la crise politique et son corolaire le mouvement populaire affecteront l’activité économique de manière directe ou indirecte. De manière directe, nous allons assister à un ralentissement de l’activité économique, en raison certainement des perturbations liées à des problèmes de financement ou de relations avec les banques, l’administration des douanes, et de manière indirecte, toutes les administrations économiques, dus essentiellement à des peurs en lien avec les affaires judiciaires en cours.» 
Pour sa part , l’expert Lachemi Siagh a estimé que l'Algérie nécessite un prix de baril de pétrole moyen à 116 dollars, pour équilibrer son budget pour l'année 2019. Il a indiqué que selon les prévisions des économistes, le ralentissement de l’activité industrielle au niveau mondial peut impacter les prix de pétrole qui peuvent baisser pour atteindre les 24 dollars le baril. Il a appelé à la nécessité de mettre en place des solutions adéquates pour faire face à cette crise. Quant à l’expert Djaoued Salim Allal, il a estimé qu’il est temps de penser à mettre en place tous les moyens nécessaires pour encourager le développement de l’économie numérique qui peut drainer, selon lui, des sommes importantes en devise pour l’Algérie.  
Makhlouf Ait Ziane 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions