lundi 23 septembre 2019 03:39:15

Demande mondiale de pétrole : En baisse pour 2019-2020

Une initiative qui s’inscrit dans le cadre du processus de coopération Opep-Non-Opep pour le soutien des cours de l’or noir par le biais de la diminution de l’offre. En parallèle, l’Energy Information Administration (EIA), l’agence fédérale américaine d’information sur l’énergie, vient d’abaisser ses

PUBLIE LE : 12-09-2019 | 0:00
D.R
La concertation au sein de l’Opep se poursuit, à travers la réunion, prévue aujourd’hui à Abu Dhabi, du comité ministériel conjoint de suivi de la mise en œuvre de l’accord de réduction de la production, pour consolider leur action commune visant la stabilité du marché pétrolier. Une initiative qui s’inscrit dans le cadre du processus de coopération Opep-Non-Opep pour le soutien des cours de l’or noir par le biais de la diminution de l’offre. 
En parallèle, l’Energy Information Administration (EIA), l’agence fédérale américaine d’information sur l’énergie, vient d’abaisser ses perspectives de croissance de la demande pétrolière mondiale de 110.000 barils par jour (bpj), à 890.000 barils par jour, pour cette année. Dans ses prévisions mensuelles, publiées mardi dernier, l’agence a également prédit une réduction de la croissance de la demande globale de brut pour 2020 de 30.000 barils/j, à 1,40 million de bpj. La même source prévoit que la production de pétrole brut aux États-Unis atteindra en moyenne 12,2 millions de b/j en 2019, en hausse de 1,2 million par rapport à 2018. La production de pétrole brut prévue devrait ensuite augmenter de 1,0 million de barils par jour en 2020 pour atteindre une moyenne annuelle de 13,2 millions de barils par jour, confortant ainsi leur position de premier producteur mondial devant l’Arabie saoudite et la Russie. 
Le ralentissement de la croissance de la production de pétrole brut reflète des niveaux de prix du pétrole brut relativement stables et un ralentissement de la croissance de la productivité au niveau des puits. Une donne qui devrait d’ailleurs influer sur les cours mondiaux, au cours des prochaines années, soutiennent les analystes du marché pétrolier. Dans ses prévisions, l’agence estime que les prix au comptant du baril de Brent, qui étaient en moyenne de 59 dollars le baril en août, en baisse de 5 dollars par rapport à juillet et de 13 dollars par rapport à la moyenne d'août de l'année dernière, devraient connaître une progression, à moyen terme. Ainsi, les cours de Brent seront en moyenne de 60 dollars, au quatrième trimestre de 2019, et de 62 dollars en 2020. L'EIA prévoit que les prix du West Texas Intermediate (WTI) seront en moyenne inférieurs de 5,50 dollars par rapport aux prix du Brent en 2020.
L'EIA prévoit également que la consommation mondiale de combustibles liquides augmentera de 0,9 million de barils par jour (b / j) en 2019, en baisse par rapport à la croissance d'une année sur l'autre de 1,3 million de b/j en 2018. Le ralentissement de la croissance de la demande de combustibles liquides reflète l'hypothèse de l’EIA (selon les prévisions d’Oxford Economics) de la décélération de la croissance du produit intérieur brut (PIB) mondial. L'EIA s'attend à ce que la demande mondiale de combustibles liquides augmente de 1,4 million de barils par jour, en 2020, en raison de la croissance attendue de la croissance du PIB mondial.
D. Akila
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions