lundi 23 septembre 2019 03:44:11

Grand angle : En attendant la réhabilitation

Les ministres arabes des Affaires étrangères se sont retrouvés hier au Caire pour la 152e session de la Ligue arabe.

PUBLIE LE : 11-09-2019 | 0:00
D.R
Les ministres arabes des Affaires étrangères se sont retrouvés hier au Caire pour la 152e session de la Ligue arabe. Lors de leur réunion, les chefs de la diplomatie ont eu à débattre de «plusieurs dossiers importants en rapport avec certains conflits dans la région arabe». Il n’est pas difficile de deviner lesquels. En fait, à un ou deux dossiers près, ce sont les mêmes sujets qui sont régulièrement abordés depuis des années. Des sujets «actualisés» à la faveur des derniers développements. Et comme de coutume, les ministres ne manqueront d’achever leur session par une déclaration dans laquelle le souci de trouver un équilibre entre les différents points de vue, parfois divergents, apparaitra clairement. le plus important est de préserver l’illusion que les pays arabes sont sur la même longueur d’onde et que leurs positions sont convergentes, notamment en ce qui concerne la cause palestinienne, maintenue vaille que vaille comme la question centrale de la Nation arabe. Pourtant, les efforts déployés pour sauver la face et donner l’impression d’une unité sans faille ne peuvent cacher indéfiniment la réalité. A savoir que les pays arabes sont de plus en plus divisés et que leur incapacité à mettre un terme aux conflits qui rongent la région est de plus en plus criarde. Comment remédier à cet état de fait ? La solution réside dans la réforme de l’organisation panarabe. Mais certains Etats membres refusent d’engager ce processus pour diverses raisons. Pourtant cette réforme s’avère urgente pour permettre à la Ligue arabe de prétendre jouer un rôle actif dans la recherche d’un règlement aux crises et autres conflits arabes. Pour l’Algérie, qui n’a de cesse de plaider pour mettre en œuvre cette réforme, il s’agit là d’une action salutaire qui permettra à l’organisation de «s’adapter aux mutations en cours et de trouver des solutions aux problèmes posés». Lors du dernier sommet de la Ligue arabe tenu au mois de mars en Tunis, le représentant de l’Algérie avait rappelé les défis auxquels les dirigeants arabes sont confrontés en la conjoncture actuelle. Et selon lui, seule l’introduction de la réforme pourrait permettre de les relever. «La situation de crise que traverse la Nation arabe confirme que nous avons grand besoin d'y remédier par la réhabilitation de notre Ligue arabe, en la réformant et en révisant son mode de fonctionnement et ses performances, afin qu'elle soit au diapason des nouveaux développements régionaux et internationaux», avait-il affirmé. Des propos restés malheureusement sans écho. 
Nadia K.
 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions