lundi 23 septembre 2019 03:35:04

Production céréalière : Autosuffisance en blé dur et orge

La production céréalière pour la saison 2018-2019 dépassera largement les 60 millions de quintaux enregistrés la saison dernière, a révélé, avant-hier, le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche.

PUBLIE LE : 10-09-2019 | 0:00
D.R
La production céréalière pour la saison 2018-2019 dépassera largement les 60 millions de quintaux enregistrés la saison dernière, a révélé, avant-hier, le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche.
 
Chérif Omari a qualifié cette production d’« historique » et affirmé, lors de la réunion d'installation de la commission nationale sectorielle chargée de la préparation et du suivi de la campagne nationale de reboisement, qu’elle a atteint un niveau « jamais » enregistré depuis l'Indépendance. 
L'Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) a pu, à travers les Coopératives de céréales et légumes secs (CCLS), dépasser les hauts niveaux des stocks nationaux enregistrés la saison dernière, estimés à 27 millions de quintaux. 
Pour le ministre, les efforts des agriculteurs, qui ont réussi à augmenter la production céréalière, permettront de « satisfaire » la demande nationale en matière de blé dur et d’orge. A cet effet, l’Algérie ne recourra pas à l’importation de ces deux types de céréales. En revanche, l’importation du blé tendre restera d’actualité, dans la mesure où la production nationale de ce produit ne satisfait pas la demande locale. « Le marché algérien est suffisamment approvisionné en orge et tous les indicateurs relèvent que le pays se passera de l’importation de ce produit », a-t-il indiqué.
Pour ce qui est de l’importation du blé tendre, le ministre nous apprendra qu’une équipe d'experts agricoles vient de lancer une étude afin d'identifier les voies à même de s'affranchir de la dépendance de l’étranger en matière de ce type de céréale, notamment en étendant la culture de cette céréale au Sud, en revoyant le mode de consommation des citoyens et en mettant un terme à la surconsommation et au gaspillage. 
Dans sa déclaration à la presse, Omari affirmera que son département sera chargé de la création d'un conseil spécial destiné à la réorganisation de cette filière et à la promotion de la production nationale. Cette création sera inscrite dans une feuille de route qui est actuellement en cours d’élaboration, et ce, suite aux instructions données par le Premier ministre, Noureddine Bedoui.
Le gouvernement prévoit également de mettre en avant plusieurs mesures de soutien et d’accompagnement pour « consolider » la production nationale céréalière. Il est également indispensable d’entreprendre des recherches scientifiques dans le domaine agricole en vue de développer ce secteur porteur de richesse et garant de la souveraineté nationale.
Par ailleurs, une commission intersectorielle, qui englobe les secteurs de l'Agriculture, des Finances, de l'Industrie et du Commerce a été installée récemment, est chargée de la régulation du marché des céréales et de l'organisation de l'activité des minoteries. Le ministre n'a donné aucun chiffre sur la production nationale globale actuelle des céréales, soulignant que les opérations de collecte des récoltes se poursuivent toujours. 
Pour rappel, la valeur de la production agricole des céréales a dépassé 220 milliards DA en 2018 dont 141 milliards DA de blé dur, ce qui représente 7,5 % de la production agricole globale du pays, offrant plus de 1,2 million de postes de travail. Plus de 600 exploitations agricoles activent dans la production céréalière sur une superficie de 3,5 millions d'hectares, soit 41% de la superficie agricole utile.
Mohamed Mendaci
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions